EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La Maison Blanche affirme que le Hamas utilise l’hôpital Al-Chifa comme "centre de commandement"

Des Gazaouis réfugiés dans le sud de la bande de Gaza.
Des Gazaouis réfugiés dans le sud de la bande de Gaza. Tous droits réservés -/AFP or licensors
Tous droits réservés -/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plus de 11 300 Palestiniens seraient morts dans les bombardements israéliens depuis le 7 octobre dernier. Tsahal annonce de son côté contrôler une grande partie de Gaza.

PUBLICITÉ

Nouveau record funeste dans la bande de Gaza : plus de 11 300 Palestiniens seraient morts dans les bombardements israéliens depuis le 7 octobre dernier selon le Hamas.

Ce mardi, les autorités palestiniennes ont appelé à un cessez-le-feu pour évacuer plus de 30 nouveau-nés et autres patients du plus grand hôpital de Gaza, devenu un "charnier" selon son directeur. les coupures d'électricité ont obligé le personnel à enterrer plus de 120 corps de la morgue dans la cour de l'hôpital.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a affirmé que le Hamas et le Jihad islamique opéraient "un centre de commandement et de contrôle depuis l’hôpital Al-Chifa" à Gaza. Il a assuré lors d’un entretien avec des journalistes que les Etats-Unis avaient pu le confirmer avec leurs propres sources de renseignement, et ajouté que le site de l’hôpital était utilisé pour stocker des armes.

Les troupes israéliennes contrôlent déjà une grande partie de la ville de Gaza et le nord de l'enclave palestinienne. L'armée a également annoncé ce mardi avoir pris le contrôle du parlement et d'autres institutions gouvernementales dirigées par le Hamas.

Le mouvement islamiste poursuit lui aussi ses tirs de roquettes sur l'Etat hébreux. Les derniers tirs ont fait deux blessés dans le quartier de Jaffa à Tel Aviv.

Au même moment, les familles d'otages détenus par le Hamas ont organisé une marche dans les grandes villes israéliennes. Les participants exigent que le gouvernement "approuve d'ici ce soir un accord" pour "ramener leurs proches à la maison". Ils demandent également de ne bloquer aucune négociation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le chef de la diplomatie de l’UE entame en Israël une tournée au Proche-Orient

Guerre entre le Hamas et Israël : les frappes se poursuivent à Gaza

L'UE envisage la création d'un corridor maritime pour l'aide à Gaza, mais le projet rencontre des difficultés