Sam Altman, pionnier de l'IA et créateur de ChatGPT limogé d'OpenAI

Sam Altman, fondateur d'OpenIA
Sam Altman, fondateur d'OpenIA Tous droits réservés Eric Risberg/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Christelle Petrongari avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le conseil d'administration d'OpenAI, qui a lancé la plateforme d'intelligence artificielle générative ChatGPT il y a un an, a annoncé vendredi le départ avec effet immédiat du patron Sam Altman, affirmant qu'il n'avait pas toujours été "franc" avec cette instance.

PUBLICITÉ

"Le départ de M. Altman fait suite à une procédure d'examen délibératif par le conseil, qui a conclu qu'il n'avait pas toujours été franc dans ses communications avec le conseil, faisant entrave à sa capacité à remplir ses responsabilités", précise le conseil d'administration dans un communiqué.

Mira Murati, directrice technique d'OpenAI, a été désignée pour faire l'intérim à la tête de l'entreprise en attendant que le processus en cours pour trouver un successeur permanent aboutisse. Elle y travaille depuis cinq ans.

Son renvoi a surpris la Silicon Valley, tant l'entrepreneur de 38 ans était considéré comme un pionnier et une des figures de proue d'un secteur aux enjeux considérables, celui de l'intelligence artificielle (IA).

Sam Altman a créé OpenAI en 2015 - initialement une fondation à but non-lucratif - dans l'idée de développer une IA qui serait "sûre et bénéficierait à l'humanité", selon les mots d'Elon Musk dans une interview au New York Times.

L'IA est sous les projecteurs depuis que des millions de personnes ont adopté ChatGPT, l'interface d'OpenAI capable de converser avec les humains en langage naturel et de générer toutes sortes de textes sur simple requête.

"Au fur et à mesure que l'intelligence (artificielle) sera intégrée partout, nous aurons tous des superpouvoirs à la demande", a promis Sam Altman lors d'une conférence jeudi, à la veille de son renvoi d'OpenAI.

Et face aux fortes inquiétudes suscitées, notamment quant à la démocratie et à l'emploi, l'entrepreneur a assuré jeudi à l'AFP: "J'ai beaucoup d'empathie pour le ressenti des gens, quel que soit leur ressenti".

"Intense"

"A moins d'une fusion avec l'IA, soit elle nous asservit, soit nous l'asservissons", déclarait-il en 2016 à un reporter du New Yorker. "Les humains doivent monter d'un niveau."

Né en avril 1985, l'entrepreneur grandit à St Louis (Missouri).

Sa vie change quand il reçoit un Mac pour son huitième anniversaire, et internet l'aide à vivre son homosexualité quand il n'a encore "personne à qui en parler", relate-t-il à Esquire en 2014.

Il étudie l'informatique à la prestigieuse Stanford, mais quitte rapidement l'université pour créer, en 2005, le réseau social Loopt, valorisé à plus de 43 millions de dollars quand il le revend en 2012.

En 2014, il prend la tête de Y Combinator, qui investit dans des start-up et conseille les entrepreneurs, en échange d'actions. L'organisation a notamment aidé Airbnb, Stripe et Reddit.

Sous sa direction, l'incubateur s'étend bien au-delà des logiciels, pour inclure des jeunes pousses de nombreux autres secteurs, comme Industrial Microbes, une start-up de biotechnologie.

Son président, Derek Greenfield, se souvient de quelqu'un de très "intense".

"Il pense et parle vite, il pose les questions difficiles, mais toujours de façon encourageante", décrit-il. "Il a repoussé les limites. Je ne sais pas où nous serions s'il n'avait pas transformé (Y Combinator)."

"C'est un penseur (profondément réfléchi) qui cherche à tout prix à faire les choses correctement", commente aussi Jeremy Goldman d'Insider Intelligence.

Adepte des shorts et T-shirts, amateur de voitures de sport et pilote d'avion à ses heures perdues, Sam Altman donne souvent l'impression d'être introverti.

Il se dit optimiste mais c'est aussi un survivaliste, d'après le New Yorker: il stocke des armes, de l'or, de l'eau et des antibiotiques dans sa propriété de Big Sur, sur la côte californienne.

PUBLICITÉ

Vision

L'entrepreneur prolifique a personnellement investi dans différentes entreprises, dont 375 millions de dollars dans Helion, une start-up de fusion nucléaire.

"Ma vision de l'avenir et la raison pour laquelle j'adore (Helion et OpenAI) c'est que si nous parvenons à faire vraiment baisser le coût de l'intelligence et le coût de l'énergie, la qualité de la vie pour tout le monde va considérablement augmenter", a-t-il expliqué à CNBC en mai.

En juillet, il a lancé officiellement Worldcoin, une nouvelle cryptomonnaie dotée d'un système de vérification de l'identité à partir de l'iris humain. L'objectif affiché: réduire le risque de fraude et d'arnaque dans un secteur où le recours aux pseudonymes est courant.

Côté politique, il a qualifié Donald Trump de "menace pour la sécurité nationale" et conçu en 2016 une application pour inciter les jeunes à voter.

Fin 2019 il a organisé une collecte de fonds pour le candidat démocrate Andrew Yang, qui prône le revenu universel, c'est-à-dire une allocation minimum pour tous, qui compenserait la perte des emplois à cause de l'automatisation.

PUBLICITÉ

"Ce n'est pas compliqué: nous avons besoin que la technologie crée plus de richesse et d'une politique qui la distribue équitablement", a écrit Sam Altman sur son blog.

"Le progrès technologique que nous (atteindrons) ces cent prochaines années sera beaucoup plus important que tout ce que l'on a accompli depuis que nous avons maîtrisé pour la première fois le feu et inventé la roue", prévoyait-il dans un billet de blog en 2021.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Donald Trump condamné à une amende de 355 millions de dollars pour fraudes financières

Les États-Unis s'inquiètent d'un projet d'arme nucléaire spatiale russe

Les républicains refusent d'examiner un projet de loi sur l'aide à l'Ukraine