Au Monténégro, la crainte d'une montée en puissance des revendications de la minorité serbe

AP
AP Tous droits réservés Darko Vojinovic/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Slaven Dimitrić avec Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un recensement crucial au Monténégro pourrait renforcer les revendications de la minorité serbe. Reportage à Podgorica, la capitale du pays.

PUBLICITÉ

Un recensement crucial débute au Monténégro le 3 décembre, au cours duquel la population déclarera son appartenance communautaire. Une importante minorité des quelques 600 000 habitants de la République adriatique pourrait se déclarer serbe. Selon les chiffres officiels, les Monténégrins représentent 45 % de la population et les Serbes près de 28 %.

Nikola Rakočević, est député, membre du parti nationaliste monténégrin : "M. Vučić (président de la Serbie) a dit sur une télévision que le recensement au Monténégro est l'une des questions clés pour l'intérêt vital de la Serbie, imaginez cette déclaration, imaginez si avant un recensement en Serbie, un président croate ou monténégrin dirait la même chose à propos de leurs minorités en Serbie. Ce serait pour le moins étrange".

La propagande de Belgrade fait pression sur les Serbes locaux pour qu'ils fassent état de leur appartenance. Les autres communautés sont très inquiètes.

"Le long des routes de la côte maritime, des panneaux publicitaires promouvant l'identité serbe ont été placés. Les autorités du Monténégro pensent que plus de 50 % des citoyens déclareront parler la langue serbe, ce qui pourrait ramener la langue serbe dans les écoles et dans l'usage officiel dans ce pays", analyse Slaven Dimitrić d'Euronews Serbie.

Au Monténégro, le Serbe est couramment utilisé. La langue n'est donc pas un critère permettant de définir l'identité.

"Ceux qui étaient contre le référendum d'indépendance en 2006 sont au pouvoir et ils forcent le recensement comme une occasion de renforcer leurs arguments et d'essayer d'influencer le changement de la catégorie constitutionnelle-légale et la position de la langue et de la nationalité serbes", juge Miroslav Doderović, professeur de la faculté de philosophie de l'université de Podgorica.

Le Monténégro a abandonné la fédération avec la Serbie en 2006. En 2023, une nouvelle majorité a balayé, après une élection, les nationalistes monténégrins qui étaient au pouvoir depuis l'indépendance.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : 150 000 Russes et 16 000 Ukrainiens sont partis vivre en Serbie

Monténégro : quatre personnes tuées dans l'incendie d'un campement rom

L'interdiction du dinar serbe au Kosovo réveille les tensions