L'armée israélienne resserre l'étau sur le sud de Gaza, inquiétudes pour les civils

Après le nord, Tsahal concentre ses forces sur le sud de la bande de Gaza
Après le nord, Tsahal concentre ses forces sur le sud de la bande de Gaza Tous droits réservés Hatem Ali/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'armée israélienne a resserré l'étau sur le sud de la bande de Gaza, où des dizaines de chars sont entrés lundi dans le cadre de son offensive contre le Hamas palestinien, rendant la situation plus périlleuse encore pour une population prise au piège des bombardements.

PUBLICITÉ

Engagée depuis le 27 octobre dans une campagne terrestre dans le nord du territoire palestinien assiégé, l'armée israélienne a élargi ses opérations au sol à l'ensemble de la bande de Gaza, presque deux mois après le début de la guerre déclenchée le 7 octobre par une attaque sanglante du mouvement islamiste en Israël.

Depuis la reprise des combats le 1er décembre à l'expiration d'une trêve de sept jours, l'armée israélienne pilonne le sud du petit territoire surpeuplé de 2,4 millions d'habitants, faisant de très nombreux morts et blessés parmi les habitants et les centaines de milliers de civils venus s'y réfugier, confinés dans un périmètre de plus en plus réduit.

Ajoutant au chaos, la compagnie palestinienne des télécommunications Paltel a affirmé lundi soir que "tous les services de télécommunications de la bande de Gaza" étaient à l'arrêt, invoquant "une coupure des principaux réseaux de fibre du côté israélien".

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, arrivée lundi à Gaza, a dénoncé les souffrances "intolérables" de la population, appelant à la "protection des civils" face à l'"échec moral" de la communauté internationale.

Lundi soir, le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a lui affirmé sur X que l'armée israélienne avait demandé à l'OMS de vider "dans les 24 heures" son entrepôt du sud de Gaza, "car des opérations au sol le rendront inutilisable".

"Avec force"

Plus tôt, le directeur de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) à Gaza, Thomas White, avait déploré que "même à Rafah, vers où les gens sont contraints de fuir, le bruit des frappes aériennes rythme la journée".

"Les gens nous demandent conseil pour savoir où se mettre en sécurité. Nous ne savons que leur dire", a-t-il écrit sur X.

Lundi, l'armée israélienne a dit agir "avec force" à Khan Younès, grande ville du sud de la bande de Gaza déjà visée massivement par des frappes depuis la reprise des combats vendredi, et où chaque jour désormais elle avertit dans des tracts largués sur certains quartiers qu'"une terrible attaque est imminente", ordonnant aux habitants d'en partir.

Des dizaines de chars, de transports de troupes et de bulldozers israéliens sont entrés dans le sud du territoire palestinien à proximité de Khan Younès, où s'entassent une partie des civils sommés par Israël de fuir le nord de Gaza durant la première phase de l'offensive, ont indiqué des témoins à l'AFP.

Amine Abou Hola, 59 ans, a raconté que ces véhicules étaient entrés "sur une profondeur de deux kilomètres", dans le village d'al-Qarara, au nord de Khan Younès.

De la fumée s'élevait dans le ciel au-dessus de Rafah, ville du sud frontalière de l'Egypte et voisine de Khan Younès, selon des images tournées par l'AFP.

Le ministère de la Santé du Hamas a affirmé lundi que 15.899 personnes, à 70% des femmes et enfants et adolescents, ont été tuées depuis le début des bombardements israéliens sur la bande de Gaza le 7 octobre.

En Israël, l'attaque menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza a fait 1.200 morts, en majorité des civils, selon les autorités. En représailles, Israël a déclaré la guerre au Hamas et promis de détruire le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël amplifie son offensive militaire, 15.523 palestiniens tués dans la bande de Gaza

Guerre Israël-Hamas : la France suspend à son tour son aide après la polémique autour de l’Unrwa

Guerre Israël-Hamas : l'armée israélienne redéploye ses brigades de combats dans la Bande de Gaza