Coup de filet antiterroriste au Danemark et aux Pays-Bas

Des interpellations ont notamment eu lieu au Danemark
Des interpellations ont notamment eu lieu au Danemark Tous droits réservés Dan Himbrechts/AAP IMAGE
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs opérations antiterroristes menées en Europe ces derniers jours ont permis l'interpellation d'individus en lien avec le Hamas.

PUBLICITÉ

Trois personnes ont été arrêtées jeudi au Danemark et une autre aux Pays-Bas pour contrer un projet d'attentat terroriste, ont annoncé la police et les services de renseignement danois (PET), Israël affirmant que les suspects arrêtés au Danemark étaient liés au Hamas.

L'Allemagne a pour sa part annoncé l'arrestation de quatre membres présumés du Hamas, dont un aux Pays-Bas, soupçonnés d'avoir planifié de "possibles attentats contre des institutions juives en Europe".

Les quatre hommes, suspectés d'être de longue date membres du mouvement islamiste, auraient notamment été chargés de rassembler des armes à Berlin en vue d'éventuels attentats.

Les services de renseignement danois ont souligné qu'il n'y avait pas de lien direct entre les arrestations annoncées par l'Allemagne et celles effectuées au Danemark.

"Il n'y a pas de lien direct entre les arrestations terroristes effectuées au Danemark et l'affaire concernant des personnes affiliées au Hamas arrêtées en Allemagne. La personne mentionnée dans la presse comme un homme de 57 ans arrêté aux Pays-Bas n'a aucun lien avec l'affaire danoise et n'est pas identique à la personne évoquée (par les autorités danoises) arrêtée aux Pays-Bas dans l'affaire danoise", a écrit le PET dans un communiqué.

"Il existe des liens avec l'étranger dans cette affaire, mais nous n'en sommes qu'au début de l'enquête et nous n'avons pas encore déterminé quels sont les liens entre l'affaire danoise et l'étranger", est-il ajouté.

Lors d'une conférence de presse à la mi-journée, les autorités du pays scandinave avaient indiqué que les arrestations concernaient "un groupe qui était en train de préparer un acte de terrorisme".

"Il y a des liens avec des pays étrangers" et le crime organisé, a expliqué le directeur des opérations des services de renseignement, Flemming Drejer.

Aucune information n'a été communiquée sur une éventuelle cible d'un attentat terroriste.

La police a dit qu'elle allait augmenter sa présence à Copenhague mais que la capitale danoise restait "sûre". La communauté juive a toutefois annulé une célébration publique d'Hanouka, a rapporté la presse danoise.

Pour la Première ministre, ce coup de filet "montre la situation dans laquelle nous nous trouvons au Danemark".

Cela fait "plusieurs années que nous avons pu constater qu'il y a des gens qui vivent au Danemark et qui ne nous veulent pas du bien, qui sont contre notre démocratie, notre liberté et qui sont contre la société danoise", a déclaré Mette Frederiksen à la presse.

Les services de renseignement considèrent la menace terroriste comme "critique", la plaçant au niveau quatre sur cinq.

Profanations

Le Danemark et la Suède voisine ont récemment cristallisé la colère au sein de pays musulmans après des profanations du Coran sur leur sol.

En Irak par exemple, des centaines de partisans de l'influent leader religieux Moqtada Sadr ont tenté fin juillet de marcher en direction de l'ambassade danoise à Bagdad.

Le Danemark a depuis légiféré pour interdire les autodafés du livre saint de l'islam, arguant qu'il s'agissait de protéger la sécurité nationale.

En 2006 déjà, une vague de violences antidanoises avait embrasé le monde musulman après la publication de caricatures de Mahomet, entraînant le rehaussement de la vigilance des services de renseignement et de la police qui ont depuis déjoué plusieurs projets d'attentat.

Toutefois, Copenhague avait été meurtrie en février 2015 par une attaque djihadiste, qui semblait s'inspirer des attentats commis à Paris un mois auparavant contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo et le magasin Hyper Cacher.

PUBLICITÉ

L'auteur de cette attaque avait visé un centre culturel où avait lieu un débat sur la liberté d'expression et la principale synagogue de la capitale de ce pays scandinave avant d'être abattu par la police.

Il y a un an, la justice danoise a condamné un sympathisant de l'organisation Etat islamique à 16 ans de prison pour un projet d'attentat à la bombe, la plus lourde condamnation prononcée au Danemark dans un dossier relevant de la législation antiterroriste.

L'accusé plaidait non coupable, affirmant que les 12 kilos de poudre et de produits chimiques retrouvés cachés à son domicile devaient être utilisés pour fabriquer des feux d'artifice.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un glissement de terrain toxique menace de provoquer une catastrophe écologique au Danemark

Mort d'Alexeï Navalny : plus de 100 arrestations en Russie

Pays-Bas : un tribunal annule l'exportation de pièces de rechanges de F-35 vers Israël