Hongrie : les routiers mettent fin à leur blocus à la frontière ukrainienne

Des routiers ukrainiens attendent à Korczowa, en Pologne, le jeudi 7 décembre 2023.
Des routiers ukrainiens attendent à Korczowa, en Pologne, le jeudi 7 décembre 2023. Tous droits réservés Karl Ritter/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec Ádám Magyar
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Dix jours qu’ils bloquaient la frontière avec l’Ukraine. Les routiers hongrois ont décidé de mettre fin à leur blocus, sans avoir obtenu gain de cause. Le gouvernement n’a pas cédé à leurs revendications. Ce qu’ils dénoncent : une concurrence qu’ils jugent déloyale, des des routiers ukrainiens.

PUBLICITÉ

Dix jours qu’ils bloquaient la frontière avec l’Ukraine. Les routiers hongrois ont décidé de mettre fin à leur blocus, sans avoir obtenu gain de cause. Le gouvernement n’a pas cédé à leurs revendications. Ce qu’ils dénoncent : une concurrence qu’ils jugent déloyale, de la part de leurs collègues ukrainiens.

"Nous avons entendu le discours de notre gouvernement qui affirme qu'il ne laissera personne sur le côté. Aujourd'hui, il semble que ce ne soit pas le cas", explique Károly Szamosfalvi, un routier hongrois.

Ces routiers protestent contre une décision de l'Union européenne en faveur de l’Ukraine. Pour soutenir Kiev après l’invasion russe, l’UE avait renoncé au système de permis d’entrée pour les camions ukrainiens en Europe.

D’abord signé pour un an, cet accord a été prolongé jusqu’en juin 2024.

"Les camionneurs des pays non-membres de l'UE peuvent entrer sur le marché européen avec un avantage significatif en termes de prix. Nous ne pouvons pas les concurrencer", poursuit Károly Szamosfalvi.

Les routiers hongrois, qui souhaitent continuer leur mouvement en 2024, ne sont pas les seuls à être en colère. Leurs collègues polonais et slovaques eux aussi s’estiment lésés et bloquent depuis plusieurs semaines leurs frontières respectives avec l’Ukraine.

Le mouvement crée de longues files d’attente, qui perturbent notamment le travail des routiers ukrainiens.

"Il y a une semaine, nous avons dû attendre trois jours parce que la file d'attente faisait 28 kilomètres de long. Depuis, la situation s'est un peu améliorée, peut-être 6 kilomètres, et nous pouvons traverser rapidement, en 15 ou 17 heures. Ce n'est pas beaucoup. Il y a tellement de choses qui se passent aux différentes frontières qu'ici, c'est mieux", explique un routier ukrainien.

Le ministre ukrainien des Infrastructures, a annoncé jeudi avoir rencontré son homologue polonais pour tenter de trouver une solution au blocage.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

OTAN : la Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède, ultime étape pour rejoindre l'Alliance atlantique

Hongrie : faible participation au rassemblement anti-gouvernemental à Budapest

États-Unis : Donald Trump a remporté samedi la primaire républicaine de Caroline du Sud