L'armée ukrainienne dit s'être retirée vers la "périphérie de Marinka", ville revendiquée par Moscou

a
a Tous droits réservés Felipe Dana/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Valery Zaloujny, a affirmé mardi que ses forces s'étaient retirées vers "la périphérie" de Marinka, ville de l'Est du pays dont Moscou a revendiqué la capture la veille.

PUBLICITÉ

"Le fait que nous nous soyons déplacés vers la périphérie de Marinka et que, dans certains endroits, nous ayons déjà dépassé les limites de la localité, ne doit pas susciter un tollé général", a déclaré M. Zaloujny lors d'une conférence de presse.

Selon lui, des soldats ukrainiens se trouvent toujours dans la partie nord de la ville, mais ses forces ont "préparé une ligne de défense à l'extérieur de cette localité" vers laquelle se replier.

Marinka "n'existe plus" au vu des destructions, a-t-il dit.

La Russie a affirmé lundi avoir pris le contrôle de cette ville située à cinq kilomètres au sud-ouest de Donetsk, principale ville sous occupation russe dans la région.

Marinka avait été transformée par l'armée ukrainienne en place-forte depuis 2014 et le début d'un conflit avec des séparatistes prorusses pilotés par Moscou, qui s'étaient emparés notamment de la ville de Donetsk.

Vladimir Poutine s'est félicité lundi de la prise de Marinka qui, selon lui, a éloigné l'artillerie ukrainienne de Donetsk et permis aux forces de Moscou de "disposer d'un espace opérationnel plus large" dans la zone.

Valery Zaloujny a estimé mardi que la Russie avait "aujourd'hui la force de concentrer ses efforts pour détruire une ville comme Bakhmout en trois mois", en référence à la bataille la plus longue et meurtrière de la guerre.

La Russie avait capturé la ville de Bakhmout, également dans l'Est, en mai dernier au prix d'énormes destructions. Elle assiège depuis des mois une autre place-forte du Donbass, Avdiïvka, dans l'espoir de l'encercler.

"Je comprends parfaitement que nos combattants font un travail très difficile dans des conditions extrêmement difficiles", a ajouté M. Zaloujny.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un navire russe "endommagé" par des frappes ukrainiennes en Crimée annexée

Kyiv dément que la prise d'Avdiivka a fait des "centaines" de prisonniers

Guerre en Ukraine : Kyiv nie la prise de Krynki par l’armée russe