EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Leo Varadkar optimiste pour l'aide de l'UE à l'Ukraine

Euronews
Euronews Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier ministre irlandais convaincu que l'UE trouvera un moyen, avec ou sans la Hongrie, de valider son plan d'aide 50 milliards d'euros pour l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre irlandais est optimiste pour l'Ukraine.

Leo Varadkar est convaincu qu'avec ou sans l'accord de la Hongrie, l'Union européenne trouvera un moyen de valider son plan d'aide de 50 milliards d'euros pour soutenir l'effort de guerre ukrainien.

En principe, le financement doit être approuvé à l'unanimité, Budapest s'y oppose, mais Leo Varadkar évoque un plan B.

Leo Varadkar, Premier ministre irlandais : "Le Conseil européen se réunira le 1er février. Je pense qu'il sera possible d'approuver ce paquet de 50 milliards d'euros de subventions et de prêts pour l'Ukraine. S'il ne nous est pas possible de le faire en tant qu'Union européenne, je pense que nous devrons le faire en tant que gouvernements. J'espère que nous n'en arriverons pas là. Je préférerais de loin que nous le fassions à l'unanimité. Mais nous devons avoir un plan B et une option de repli. Et pour moi, ce serait les gouvernements qui sont prêts et capables de continuer à soutenir l'Ukraine, et donc la grande majorité des gouvernements en Europe, qui le feraient sur une base multilatérale."

Viktor Orban refuse de donner son feu vert au financement de l'aide à l'Ukraine alors que de son côté, la Commission européenne maintient pour l'instant le gel de 20 milliards d'euros de fonds européens destinés à la Hongrie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Attaque de drone ukrainien contre un dépôt pétrolier en Russie

Etat palestinien : "Il est fondamental de renforcer les voix modérées", selon Simon Harris

En Irlande aussi, l'accueil des migrants commence à diviser la société