Espagne : Mar Galcerán est la première personne atteinte de trisomie 21 à être élue députée

Mar Galcerán assise sur son siège au Parlement de Valence.
Mar Galcerán assise sur son siège au Parlement de Valence. Tous droits réservés Cortesía: Partido Popular
Par Christina Thykjaer
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Cette femme politique espagnole est la première personne - et la première femme - atteinte du syndrome de Down à être élue dans un parlement régional en Europe.

PUBLICITÉ

Mar Galcerán n'est pas une femme politique comme les autres. À 46 ans, dont 26 passés dans la fonction publique, elle est entrée dans l'histoire, en 2023, en devenant la première personne - et la première femme - atteinte de trisomie 21 à être élue à un parlement régional en Espagne, voire dans toute l'Europe.

Peu de personnes atteintes de trisomie 21 ont déjà brigué un siège dans les parlements nationaux et régionaux des pays européens. Celan'a toutefois pas freiné l'ambition de cette femme politique valencienne qui, en septembre dernier, a pris ses fonctions de députée avec une mission claire : changer les mentalités à l'égard des personnes handicapées.

"Je comprends qu'il s'agit d'un poste avec beaucoup de responsabilités, mais je l'assume avec le désir de continuer à travailler pour que notre programme soit réalisé, mais aussi pour changer les mentalités. Nous, les hommes politiques, sommes au service des Valenciens", confie Mar Galcerán lors d'une interview accordée à Euronews.

Une députée populaire

À l'âge de 18 ans, Mar Galcerán a rejoint les Nouvelles Générations du PP. Mais ce n'est que lorsqu'elle rencontre l'actuel président de la Communauté valencienne, Carlos Mazón, que la possibilité d'occuper des postes importants au sein du parti s'ouvre à elle.

Mar Galcerán a été secrétaire pour les personnes handicapées au sein de la commission exécutive de la communauté autonome de Valence et, par la suite, candidate aux élections régionales.

La députée Mar Galcerán et le président de la Communauté valencienne, Carlos Marzón.
La députée Mar Galcerán et le président de la Communauté valencienne, Carlos Marzón.Cortesía: Cortes Valencianas

"Il a continué à me donner des opportunités et m'a inscrite sur les listes pour les dernières élections du 28 mai. C'est alors que je me suis demandée si je pouvais être députée régionale. Je suis très reconnaissante à notre président pour les opportunités qu'il m'a données", explique-t-elle.

Il reste beaucoup à faire

Bien qu'elle ne se soit jamais sentie discriminée en politique, au sein de son parti ou dans son travail, ses mauvaises expériences en tant qu'étudiante l'ont marquée à jamais. "C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que j'étais traitée différemment. À cette époque, je n'avais pas d'amis, mais des camarades de classe. Ils me voyaient différemment, ils me tournaient le dos. C'est à ce moment-là que j'ai vraiment souffert du rejet et c'est une étape qui m'a marquée", confie-t-elle. 

"Il reste encore beaucoup à faire. Dans le groupe des personnes handicapées, le handicap est transversal et touche la santé, l'éducation, l'emploi... et il y a beaucoup de travail à faire", ajoute-t-elle. 

Un changement pour le mieux

Récemment, et après 20 ans d'attente, une réforme visant à modifier l'article 49 de la Constitution espagnole a été approuvée par le Parlement espagnol. Le terme "handicapé" a été supprimé et remplacé par "personnes handicapées", ce qui, selon Mar Galcerán, aurait dû être modifié depuis longtemps.

"C'est une chose très positive et il était temps qu'ils le fassent parce que le terme "handicapé" est une insulte au groupe de personnes ayant des capacités ou des handicaps différents", précise Mar Galcerán

La députée populaire Mar Galcerán au Parlement de Valence.
La députée populaire Mar Galcerán au Parlement de Valence.Cortesía: Partido Popular

"Le mot "handicapé" suggère que nous sommes moins valables, alors que nous sommes aussi valables que n'importe qui d'autre. Et les mots ont de l'importance", souligne-t-elle.

Les femmes doivent être responsabilisées. C'est difficile pour une femme qui aspire à devenir quelqu'un, mais c'est aussi difficile pour nous tous en général. Nous ne nous battons pas pour nos droits, car nous les avons déjà, mais nous nous battons pour des opportunités.
Mar Galcerán

Pour Mar Galcerán, le chemin n'a pas été facile, pas plus que la lutte pour l'égalité et l'inclusion sociale. Malgré cela, elle affirme qu'elle ne se bat pas pour ses droits, mais plutôt pour des opportunités.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : stérilisation des femmes handicapées, le consentement en jeu (épisode 2/5)

La stérilisation forcée en Europe, une pratique abusive encore d'actualité (épisode 1/5)

Le sport, outil d'intégration pour les jeunes en Lettonie et Lituanie