Chez les Verts, un duo homme-femme pour mener la campagne des européennes

L’Allemande Terry Reintke et le Néerlandais Bas Eickhout ont été désignés comme têtes de liste.
L’Allemande Terry Reintke et le Néerlandais Bas Eickhout ont été désignés comme têtes de liste. Tous droits réservés Ronald Zak/AP
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L’Allemande Terry Reintke et le Néerlandais Bas Eickhout ont été désignés comme têtes de liste lors d'un congrès à Lyon.

PUBLICITÉ

A cinq mois des élections, les Verts européens se mettent en ordre de marche. Le congrès du parti a désigné, samedi à Lyon, l’Allemande Terry Reintke et le Néerlandais Bas Eickhout comme têtes de liste pour les européennes.

Si l’ambition climatique est de plus en plus contestée par certains responsables politiques de l'UE, les Verts assurent que renforcer le Pacte vert européen demeure la seule réponse aux défis internationaux et européens.

Bas Eickhout, eurodéputé (les Verts), co-tête de liste des Verts aux élections européennes : "La Chine mène des politiques industrielles très claires. Regardez comment elle gère la voiture électrique. L'Amérique et les Etats-Unis investissent beaucoup d'argent dans l'innovation verte. La course verte est donc lancée. Et l'Europe était à l'avant-garde. Maintenant, nous nous arrêtons, nous faisons une pause, Le repos, tout moratoire, quel qu'il soit, ne fera qu'aggraver la situation de notre industrie. Et je pense que ce sera le message adressé à notre industrie mais aussi aux citoyens. Si vous voulez un avenir où vous avez un emploi d'avenir, vous avez besoin du Green Deal."

Les Verts estiment aussi que la transition climatique, plus juste, est la meilleure solution pour répondre à la poussée, annoncée par les sondages, de l’extrême droite.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Allemagne : nouvelle manifestation contre l'extrême droite à Berlin

L’extrême droite pourrait devenir incontournable dans le prochain Parlement européen

Les partis pro-UE peuvent contrer la poussée de l'extrême droite, assure Roberta Metsola