Marie-Agnes Strack-Zimmermann est prête à mener les libéraux lors des élections européennes

Marie-Agnes Strack-Zimmermann s'exprime lors de l'événement du mercredi des cendres du FDP à Dingolfing, Allemagne, mercredi 14 février 2024.
Marie-Agnes Strack-Zimmermann s'exprime lors de l'événement du mercredi des cendres du FDP à Dingolfing, Allemagne, mercredi 14 février 2024. Tous droits réservés Uwe Lein/(c) Copyright 2024, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Tous droits réservés Uwe Lein/(c) Copyright 2024, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Par Mared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La députée allemande Marie-Agnes Strack-Zimmermann, spécialiste des questions de défense, est prête à se lancer dans la course à la tête de la Commission européenne, après avoir été désignée comme candidate principale du parti libéral européen (ADLE) lors du scrutin de juin.

PUBLICITÉ

Marie-Agnes Strack-Zimmermann était le seul nom proposé pour diriger la candidature électorale de l'ADLE. La politicienne allemande est membre Parti libéral-démocrate (FDP) dont la formation participe à la coalition gouvernementale à Berlin.

L'ADLE est l'une des trois forces politiques qui composent le groupe centriste Renew Europe où siègent les partis politiques libéraux et pro-européens au Parlement européen.

Marie-Agnes Strack-Zimmermann, experte en matière de défense, s'est fait connaître au niveau national pour ses critiques à l'égard de la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine.

Elle préside la commission de la Défense du Bundestag et n'a cessé de faire pression sur le chancelier Olaf Scholz pour qu'il renforce le soutien militaire à Kyiv avec davantage de livraisons de munitions et d'armes à longue portée, notamment des missiles de croisière Taurus.

Sa nomination sera officialisée par un vote des délégués de l'ADLE lors du lancement de la campagne du groupe Renew à Bruxelles le 20 mars. Un porte-parole a précisé à Euronews que sa nomination était pratiquement garantie.

"Le parti ADLE pense que Marie-Agnes a un profil fort et approprié qui est nécessaire pour transmettre notre message libéral dans la campagne européenne pour que l'Europe retrouve un avantage compétitif, pour que nos citoyens retrouvent la confiance dans les institutions européennes et pour faire de l'Europe un endroit sûr pour ses citoyens", explique le parti dans un communiqué.

Parmi les formations membres du groupe figurent le Parti réformateur de la Première ministre estonienne Kaja Kallas et le Parti populaire pour la liberté et la démocratie du Premier ministre néerlandais sortant Mark Rutte.

Le groupe Renew Europe abrite également deux autres partis politiques, le Parti démocrate européen (PDE) et le parti Renaissance du président français Emmanuel Macron. Chacune de ses trois forces politiques présentera des candidats individuels comme tête de liste avant le vote de juin. Le PDE a déjà désigné Sandro Gozi, actuellement eurodéputé, et Renaissance a choisi Valérie Hayer qui préside le groupe Renew au Parlement européen.

Un porte-parole de Renew a souligné à Euronews que lorsque les trois partis se réuniront à Bruxelles à la fin du mois, il est probable que Marie-Agnes Strack-Zimmermann sera désignée comme le premier choix des trois, susceptible de représenter Renew Europe dans les débats électoraux et de mener le combat dans les meetings électoraux.

Les trois partis présenteront également des manifestes individuels, mais se sont mis d'accord sur "10 priorités" communes, qui devraient être dévoilées dans le courant du mois.

Les derniers sondages suggèrent que le groupe Renew pourrait passer de la troisième à la cinquième place lors du vote de juin, perdant ainsi sa position de faiseur de roi au profit des groupes d'extrême droite.

Dans ce contexte, Ursula von der Leyen, la tête de liste du Parti populaire européen (PPE) devrait rencontrer moins de difficulté pour s'assurer un second mandat à la tête de la Commission.

L'Europe de la liberté

Cette confirmation intervient alors que le parti FDP a lancé sa campagne électorale en vue du scrutin européen, qui aura lieu le 9 juin en Allemagne.

Marie-Agnes Strack-Zimmermann a fait de la défense et de l'économie de marché les principes fondamentaux de son programme, s'engageant à réduire la bureaucratie, à accroître les libertés individuelles et à renforcer la sécurité des Européens.

Chairwoman of the Defense Committee of the German Bundestag Marie-Agnes Strack-Zimmermann drinks a beer at the start of the FDP's Ash Wednesday event in Dingolfing, Germany,
Chairwoman of the Defense Committee of the German Bundestag Marie-Agnes Strack-Zimmermann drinks a beer at the start of the FDP's Ash Wednesday event in Dingolfing, Germany,Uwe Lein/(c) Copyright 2024, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten

Dans son manifeste, son parti propose de soutenir davantage l'Ukraine afin qu'elle puisse "gagner la guerre et retrouver son intégrité territoriale", d'encourager la conclusion d'accords de libre-échange, y compris avec les États-Unis, d'adopter une nouvelle "loi sur la réduction de la bureaucratie" dans l'UE et de légaliser le cannabis.

Le chef du FDP, Christian Lindner, actuellement ministre des Finances, a déclaré que la campagne du parti était "une double déclaration de guerre" contre ceux qui sont opposés à l'unification européenne et ceux qui veulent faire de l'UE un "piège à bureaucratie".

La formation espère que le profil solide que Marie-Agnes Strack-Zimmermann a développé sur la politique de défense dans le contexte de l'agression de la Russie contribuera à renforcer son soutien dans les sondages.

Toutefois, les trois partis de la coalition gouvernementale allemande connaissent des difficultés politiques. Le parti de Marie-Agnes Strack-Zimmermann est confronté à une bataille difficile. Les derniers sondages situent le FDP à 5 % des intentions de vote, son niveau le plus bas depuis les élections fédérales de 2021.

PUBLICITÉ

Le FDP a également souvent suscité des remous à Bruxelles pour ses tentatives de dernière minute d'opposer son veto à des lois européennes majeures, notamment l'abandon progressif du moteur à combustion et, plus récemment, de nouvelles règles obligeant les entreprises à vérifier que leurs partenaires commerciaux ne portent pas atteinte à l'environnement et ne commettent pas de violations des droits de l'Homme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ursula von der Leyen, candidate principale du PPE pour les élections européennes

Nicolas Schmit, candidat socialiste à la présidence de la Commission européenne

Chez les Verts, un duo homme-femme pour mener la campagne des européennes