EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Washington annonce de nouvelles sanctions contre la Russie

Joe Biden
Joe Biden Tous droits réservés Evan Vucci/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Evan Vucci/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les États-Unis vont sanctionner plus de 500 entités liées à la Russie et à sa "machine de guerre", selon une une porte-parole du département américain du Trésor.

PUBLICITÉ

C’est au cours d’un déplacement de campagne en Californie que Joe Biden a rencontré une partie de la famille d’Alexeï Navalny : sa veuve Ioulia et sa fille Dasha, étudiante à San Francisco. La Maison Blanche a publié quelques photos de cette entrevue, qui s’est tenue à l’écart des journalistes.

Quelques heures plus tard, les Etats-Unis ont annoncé une série de sanctions contre la Russie.

"Certaines de ces sanctions cibleront les personnes directement impliquées dans la mort de Navalny. La grande majorité d'entre elles, cependant, sont conçues pour viser la "machine de guerre" de Poutine et pour combler les lacunes des sanctions qu'il a réussi à contourner", a déclaré Victoria Nuland, sous-secrétaire d'État chargée des Affaires politiques.

Vladimir Poutine n’a pas encore réagi après l’annonce de ces sanctions. Le président russe ne s’est pas non plus exprimé publiquement sur la mort d’Alexeï Navalny, alors que l’Occident le tient pour responsable.

Avec ces sanctions, qui viseront plus de 500 entités russes, Washington espère affaiblir Moscou et son armée, en attendant le déblocage d’une aide à l’Ukraine. Les pays de l’Union européenne se sont, eux aussi, mis d’accord mercredi sur de nouvelles sanctions contre la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : le journaliste américain Evan Gershkovich condamné à 16 ans de prison pour "espionnage"

Donald Trump investi par le parti républicain

J.D. Vance, colistier de Donald Trump, veut privilégier les travailleurs plutôt que Wall Street