Des milliers de manifestants à Berlin venus manifester leur soutien à l'Ukraine

a
a Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs manifestations de soutien à l'Ukraine ont eu lieu dans différentes villes européennes.

PUBLICITÉ

À Berlin, ce week-end, ils étaient des milliers venus manifester leur soutien à l’Ukraine. Un rassemblement pour marquer le deuxième anniversaire d'un conflit, dans lequel l’armée russe semble prendre le dessus.

Certains manifestants ne cachent pas leur inquiétude face aux intentions de Moscou.

"Je crois que l'on n'a pas compris ce qu'est l'impérialisme russe et le fait que nous soyons toujours dans une guerre impériale. Ni le fait que la Russie ne s'arrêtera pas, même si nous négocions et qu'un cessez-le-feu ne signifie pas la fin de la guerre. En d'autres termes, les négociations diplomatiques ne sont d'aucune utilité, la Russie ne s'arrêtera pas. Et si nous faisons des concessions à la Russie en Ukraine, elle attaquera à nouveau l'Ukraine, ou elle attaquera d'autres pays", explique Krista-Marija Läbe, porte-parole de l'ONG Vitsche.

Ce conflit, qui se prolonge, pourrait également avoir des conséquences pour les très jeunes Ukrainiens.

"J'ai deux neveux plus jeunes, l'aîné a 13 ans. Et si la guerre ne s'arrête pas bientôt, il pourrait être amené à rejoindre l'armée et à se battre à un moment donné. Pour moi, il s'agit donc aussi d'une lutte pour notre identité et notre existence", poursuit Krista-Marija Läbe.

La capitale allemande accueille également des citoyens russes - qui ont fui la répression dans leur pays. C’est le cas notamment de Dimitri Androssov, leader d’un parti d’opposition.

"Je suis arrivé en Allemagne en mai 2022, pour la simple raison que j'étais politiquement persécuté en Russie. Le 24 février, j'ai organisé et appelé à une manifestation contre la guerre d'agression de Poutine en Ukraine et j'ai été arrêté", explique l'opposant russe.

Le militant a, lui aussi, des craintes concernant cette guerre.

"Je suis fermement convaincu que tant que les occupants russes ne seront pas chassés d'Ukraine, il n'y aura pas de fin à cette guerre", poursuit-il.

Loin de son pays, le politicien n’hésite pas à faire entendre sa voix et dénoncer le conflit en Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Josep Borrell estime que la région du Proche et du Moyen-Orient est "au bord d'une guerre régionale"

Guerre en Ukraine : la défense aérienne reste la priorité

No comment : des missiles russes frappent Tchernihiv en Ukraine, faisant 17 morts