EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Pologne en tête du classement mondial NCSI sur la cybersécurité

a
a Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec Magdalena Chodownik
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le pays, allié de l'Ukraine, est souvent la cible de cyberattaques qui proviennent de Russie, selon les données analysées par des experts en cybersécurité.

PUBLICITÉ

Régulièrement visée par des attaques sur ses systèmes informatiques, la Pologne s’est récemment dotée d’une cyber-armée pour se défendre.

Depuis, le pays se place en tête du classement mondial sur la cybersécurité.

"Nos analyses et les informations que nous recevons de nos alliés et partenaires indiquent qu'en ce qui concerne les attaques DDoS, la Pologne est l'un des pays les plus attaqués au monde, et parfois, le pays est même en tête de liste", explique Lieutenant-colonel Przemyslaw Lipczynski, Porte-parole des forces de cyberdéfense.

En août 2023, le réseau de communication des chemins de fer polonais a été la cible d’une attaque informatique, qui a mis à l’arrêt une vingtaine de trains pendant plusieurs heures. Selon des experts, la majorité de ces cyberattaques proviennent de Russie.

"L'Office des transports ferroviaires, qui s'occupe des questions réglementaires dans le domaine du transport ferroviaire est attaqué 2 000 fois par jour. Les Russes s'attaquent en fait à tout ce qui est possible. Voici "GPS JAM", le genre de site web qui montre les interférences dans le GPS. Si l'on regarde les cartes, la seule source à l'ouest ne peut être que Kaliningrad", explique Pawel Makowiec, expert en cybersécurité chez CyberDefense24.pl.

Selon un récent rapport d’IBM, l’Europe a été la région du monde la plus touchée par les attaques informatiques en 2023. Le continent reste malgré tout bien protégé face à l’augmentation de ces menaces.

"Il y a une augmentation des attaques contre, par exemple, des universitaires et des employés d'ONG qui se concentrent sur la refonte de la politique. Il convient de noter que l'Europe est très bien protégée. Nous disposons de différents types de cadres juridiques qui garantissent aux États membres le partage des informations et des cadres juridiques qui garantissent la même ligne de base pour la cybersécurité", explique Felix Aime, analyste des cybermenaces chez Sekoia.io.

L'an dernier, le coût global des dommages causés par la cybercriminalité s'élevait à 18 millions de dollars par minute. Selon les estimations, ce coût va augmenter, pour atteindre plus de 10 000 milliards de dollars par an d'ici à 2025.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les élections locales polonaises, test ultime avant les élections européennes

Pologne : un mort dans l'explosion d'une usine d'armement

Donald Tusk en campagne pour inciter les Polonais à aller voter