PUBLICITÉ

Crise diplomatique entre la Pologne et Israël après la mort de sept humanitaires à Gaza

Donald Tusk, Premier ministre de Pologne et Benyamin Netanyahou, Premier ministre d'Israël.
Donald Tusk, Premier ministre de Pologne et Benyamin Netanyahou, Premier ministre d'Israël. Tous droits réservés AP Photo/Czarek Sokolowski and Ronen Zvulun/AP, File
Tous droits réservés AP Photo/Czarek Sokolowski and Ronen Zvulun/AP, File
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sept employés de l’ONG World Central Kitchen ont été tués lundi 1er avril dans une frappe de l’armée israélienne. La mort de l'un d'entre eux, travailleur humanitaire polonais, a déclenché une crise diplomatique entre la Pologne et Israël.

PUBLICITÉ

La mort d'un travailleur humanitaire polonais à Gaza a déclenché une crise diplomatique entre la Pologne et Israël.

Un travailleur humanitaire polonais de 35 ans a été tué avec six autres personnes alors qu'il distribuait de la nourriture aux Palestiniens assiégés à Gaza, dans le cadre de ses missions pour l'ONG World Central Kitchen. 

Israël a qualifié l'incident "d'erreur" due à une mauvaise identification, mais des photos montrent que ses véhicules étaient clairement identifiés.

Alors que la Pologne est sous le choc, l'ambassadeur d'Israël en Pologne, Yacov Livne, a réagi aux tentatives de "l'extrême droite et de l'extrême gauche en Pologne" d'accuser Israël de "meurtre intentionnel lors de l'attaque".

Il a déclaré sur les réseaux sociaux mardi que "les antisémites resteront toujours antisémites, et Israël restera un État juif démocratique qui se bat pour son droit à l'existence. Et aussi pour le bien de l'ensemble du monde occidental".

Le président polonais Andrzej Duda a qualifié de "scandaleux" ce commentaire, et a décrit l'ambassadeur comme "le plus gros problème de l'État d'Israël dans ses relations avec la Pologne". Il a insisté sur le fait que les autorités israéliennes avaient parlé de la tragédie "de manière très modérée". Il a également ajouté :"Malheureusement, leur ambassadeur en Pologne n'est pas en mesure de faire preuve d'autant de délicatesse et de sensibilité, ce qui est inacceptable".

"L'ambassadeur d'Israël en Pologne est le plus gros problème de l'État d'Israël dans ses relations avec la Pologne"
Andrzej Duda
Président de la Pologne

Le Ministère des Affaires étrangères de Varsovie a indiqué quant à lui qu'il convoquait l'ambassadeur pour une réunion.

Le Premier ministre Donald Tusk, bien qu'il soit un adversaire politique de Andrzej Duda, a affirmé une position similaire. Il a déclaré que le commentaire avait offensé les Polonais et que l'ambassadeur devait s'excuser. Il s'est directement adressé sur les réseaux sociaux auPremier ministre israélien Benjamin Netanyahu et à l'ambassadeur Livne, déclarant que "la grande majorité des Polonais ont fait preuve d'une solidarité totale avec Israël après l'attaque du Hamas. Aujourd'hui, vous mettez cette solidarité à rude épreuve. L'attaque tragique contre des humanitaires et votre réaction suscitent une colère compréhensible".

Il a également demandé à Israël de verser une "compensation appropriée" à la famille du travailleur humanitaire, Damian Soból. 

Damian Soból était en mission d'aide à Gaza depuis six mois, après avoir travaillé en Ukraine, au Maroc et en Turquie.

Pologne-Israël, un lien qui s’était amélioré ?

Les relations entre la Pologne et Israël se sont récemment améliorées après plusieurs années difficiles, notamment marquées par des différends sur la manière de se souvenir du comportement de la Pologne pendant l'Holocauste - lorsque l'Allemagne nazie a occupé la Pologne et perpétré un génocide des Juifs.

Pendant huit ans, jusqu'en décembre, la Pologne a eu un gouvernement nationaliste qui a minimisé la participation polonaise aux massacres de Juifs par l'Allemagne et s'est concentré sur l'aide polonaise aux Juifs. Le gouvernement israélien a estimé que cette approche équivalait à une distorsion historique.

Israël s'est également opposé à une loi qui limitait les demandes de restitution de biens, ce qui a affecté les héritiers des victimes polonaises de l'Holocauste, et a rappelé son ambassadeur en 2021 avant d'envoyer Livne l'année suivante, lorsque les liens se sont améliorés.

Le président polonais Duda a déclaré que "nous étions d'accord pour que ce représentant soit finalement en Pologne afin de faciliter les relations d'Israël avec la Pologne", mais que l'ambassadeur "rend ces relations plus difficiles".

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU exige l’arrêt des ventes d’armes à Israël

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a exigé ce vendredi l’arrêt de toute vente d’armes à Israël, dans une résolution évoquant les craintes de « génocide » contre les Palestiniens.

Il s'agit de la première prise de position du Conseil sur le conflit qui oppose Israël au Hamas, depuis le 7 octobre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël retire ses troupes du sud de la bande de Gaza

Pologne: le Bélarus fait peser la crainte de l’arrivée de clandestins

La Pologne : la sentinelle de la défense européenne ?