Des groupes de défense des droits de l'homme poursuivent le Danemark pour des exportations d'armes vers Israël

Un garçon palestinien est assis devant un immeuble résidentiel détruit par une frappe israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le samedi 9 mars 2024.
Un garçon palestinien est assis devant un immeuble résidentiel détruit par une frappe israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le samedi 9 mars 2024. Tous droits réservés AP Photo/Hatem Ali
Tous droits réservés AP Photo/Hatem Ali
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les groupes ont fait part de leurs vives inquiétudes quant au fait que les armes et les équipements militaires envoyés à Israël pourraient être utilisés en violation du droit international dans la bande de Gaza.

PUBLICITÉ

Un groupe d'organisations de défense des droits de l'homme parmi les plus importantes au monde poursuit les autorités danoises, en raison de la poursuite des exportations d'armes vers Israël, alors que plus de 30 000 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées, à Gaza, par l'armée israélienne.

Les antennes locales d'Oxfam, d'Amnesty, d'Action Aid et du groupe palestinien de défense des droits de l'homme, Al-Haq, ont annoncé une action en justice contre la police nationale danoise et le ministère des Affaires étrangères du pays.

Leur action demande aux autorités danoises de mettre fin aux exportations d'armes du Danemark vers Israël au motif qu'il existe "un risque évident que les armes et l'équipement militaire que le Danemark exporte, directement et indirectement, vers Israël soient utilisés pour commettre des crimes graves contre des civils à Gaza".

Selon le groupe, cela représenterait une violation des règles internationales sur le commerce des armes de la part du Danemark, rendant le pays complice d'un "génocide plausible".

En janvier, la Cour internationale de justice (CIJ), l'instance suprême des Nations unies, a conclu qu'il était plausible que les actions d'Israël à Gaza puissent constituer un génocide.

"Le Danemark ne doit pas fournir d'armes pour bombarder des civils", affirme, Lars Koch, Secrétaire général d'Oxfam Danemark, dans un communiqué, publié sur les réseaux sociaux.

"Avec ce procès, nous allons vérifier si le Danemark respecte le droit international et les valeurs que nous professons", ajoute-t-il. "Nous ne pouvons pas ignorer les violations évidentes du droit humanitaire, les crimes de guerre et l'avertissement d'un génocide potentiel".

Les ONG souhaitent que la Cour internationale de justice se prononce sur la question de savoir si les actions du Danemark constituent une violation du droit international.

Le pays est tenu, en vertu du traité des Nations unies sur le commerce des armes et des règles communes de l'Union européenne en matière d'exportation d'armements, de veiller à ce que les exportations d'armes et d'équipements militaires des entreprises danoises ne soient pas utilisées en violation du droit international.

"Cela fait cinq mois que nous parlons d'un génocide potentiel à Gaza, mais nous n'avons pas vu les responsables politiques agir", déclare, Tim Whyte, Secrétaire général de "Mellemfolkeligt Samvirke", l'une des organisations à l'origine de l'action en justice.

"Le Danemark ne devrait pas envoyer d'armes à Israël alors qu'il existe un soupçon raisonnable que ce pays commet des crimes de guerre à Gaza. Nous devons obtenir l'avis du tribunal sur la responsabilité du Danemark".

En février, un tribunal néerlandais a ordonné aux Pays-Bas de cesser de vendre des pièces détachées d'avions de chasse F-35 à Israël, craignant qu'elles ne soient utilisées en violation du droit international à Gaza.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gaza : entre bombardements meurtriers et distribution chaotique de l'aide humanitaire

Guerre Israël-Hamas : le premier bateau d’aide humanitaire vers Gaza est parti de Chypre

Plusieurs stars signent une lettre ouverte en faveur du désarmement nucléaire