EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Vladimir Poutine prolonge son règne après la répression la plus sévère depuis l'ère soviétique

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une visite de son quartier général de campagne après l'élection présidentielle à Moscou, en Russie, le lundi 18 mars 2024.
Le président russe Vladimir Poutine lors d'une visite de son quartier général de campagne après l'élection présidentielle à Moscou, en Russie, le lundi 18 mars 2024. Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Au terme d'un scrutin calibré pour lui assurer une victoire sans partage, le président russe Vladimir Poutine a été réélu dimanche pour un troisième mandat consécutif dans le contexte de la répression contre l'opposition et la liberté d'expression la plus sévère depuis l'ère soviétique.

PUBLICITÉ

Alors que le résultat n'a jamais fait de doute, les Russes ont tenté de défier l'inévitable, en répondant à l'appel lancé pour protester contre la répression de Poutine dans leur pays et sa guerre en Ukraine, en se présentant dans les bureaux de vote à midi dimanche. Mais dès les premiers résultats, il était clair que Poutine prolongerait son règne de près d'un quart de siècle avec un cinquième mandat.

Après le dépouillement de la quasi-totalité des bureaux de vote lundi, les responsables électoraux ont déclaré que Vladimir Poutine avait obtenu un nombre record de voix, une évolution peu surprenante qui souligne le contrôle total du système politique du pays par le dirigeant russe.

Lorsque les premiers résultats sont tombés, Vladimir Poutine les a salués comme une indication de la "confiance" et de "l'espoir" en lui, tandis que ses détracteurs y ont vu la confirmation de la nature préétablie de l'élection.

"Bien sûr, de nombreuses tâches nous attendent. [...] Personne n'a jamais réussi à nous effrayer, à supprimer notre volonté et notre conscience de soi. Ils ont échoué dans le passé et ils échoueront à l'avenir", a-t-il déclaré lors d'une réunion avec son équipe de campagne après la fermeture des bureaux de vote.

Toute critique publique du Kremlin ou de sa guerre en Ukraine a été étouffée. Les médias indépendants ont été paralysés. Son plus féroce ennemi politique, Alexei Navalny, est mort dans une prison de l'Arctique le mois dernier, et d'autres critiques sont soit en prison, soit en exil.

Outre le fait que les électeurs n'avaient pratiquement pas le choix, le contrôle indépendant de l'élection a été extrêmement limité.

La commission électorale centrale de Russie a déclaré lundi qu'avec près de 100 % des bureaux de vote dépouillés, Vladimir Poutine avait obtenu 87 % des voix. Ella Pamfilova, chef de la commission électorale centrale, a déclaré que près de 76 millions d'électeurs avaient voté pour M. Poutine, soit le score le plus élevé de son histoire.

Dénonciations européennes, félicitations des alliés du Kremlin

Les dirigeants occidentaux ont dénoncé l'élection comme un simulacre, tandis que le président Volodymyr Zelensky a particulièrement critiqué le vote dans les régions ukrainiennes illégalement annexées par la Russie, déclarant que "tout ce que fait la Russie sur le territoire occupé de l'Ukraine est un crime".

L'Allemagne a vivement critiqué le scrutin, la porte-parole du chancelier Olaf Scholz, Christina Hoffmann, déclarant que "selon nous, il ne s'agissait pas d'une élection démocratique".

"Il n'y a pas de liberté d'expression en Russie", a-t-elle déclaré aux journalistes à Berlin. "La Russie, comme l'a déjà dit le chancelier, est aujourd'hui une dictature et est dirigée par Vladimir Poutine de manière autoritaire."

Des personnes participent à une manifestation près du bureau de vote de l'ambassade de Russie à Berlin, après midi, heure locale, le dimanche 17 mars 2024.
Des personnes participent à une manifestation près du bureau de vote de l'ambassade de Russie à Berlin, après midi, heure locale, le dimanche 17 mars 2024.Ebrahim Noroozi/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Le ministre lituanien des affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, a également déclaré que l'exercice ne méritait pas le nom d'"élection".

"Il s'agit d'une procédure censée ressembler à des élections. [...] Certains pourraient parler de reconduction, sans aucune légitimité."

Pendant ce temps, le président chinois Xi Jinping et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un ont rapidement félicité Vladimir Poutine, de même que les dirigeants du Honduras et du Venezuela, ainsi que les présidents de pays anciennement parties intégrantes de l'URSS comme l'Azerbaïdjan, le Belarus, le Kazakhstan, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan.

"Midi contre Poutine"

Dans cet environnement étroitement contrôlé, les associés d'Alexeï Navalny ont exhorté les personnes mécontentes de Vladimir Poutine ou de la guerre à se rendre aux urnes dimanche à midi - et les files d'attente devant un certain nombre de bureaux de vote, tant en Russie, de Saint-Pétersbourg à la Sibérie, ainsi que dans ses missions diplomatiques à travers le monde, ont semblé se gonfler à cette heure-là.

Parmi ceux qui ont répondu à l'appel, Yulia Navalnaya, la veuve de d'Alexeï Navalny, a passé plus de cinq heures dans la file d'attente de l'ambassade de Russie à Berlin. Elle a déclaré aux journalistes qu'elle avait inscrit le nom de son défunt mari sur son bulletin de vote. "S'il vous plaît, arrêtez de demander des messages de ma part ou de la part de quelqu'un pour M. Poutine. Il ne peut y avoir aucune négociation ni rien avec Poutine, car c'est un tueur, un gangster", a déclaré Yulia Navalnaya.

PUBLICITÉ

Un électeur de Moscou, qui s'est identifié uniquement comme Vadim, a déclaré qu'il espérait un changement, mais a ajouté que "malheureusement, c'est peu probable". Comme d'autres, il n'a pas donné son nom complet pour des raisons de sécurité.

Pendant ce temps, les partisans d'Alexeï Navalny ont afflué sur sa tombe à Moscou, certains apportant des bulletins de vote portant son nom.

Vladimir Poutine a balayé l'efficacité de cette protestation apparente et a rejeté les critiques occidentales concernant le vote. Il a tenté de retourner la situation contre l'Occident en accusant les quatre affaires pénales contre le candidat républicain américain Donald Trump d'utiliser le système judiciaire à des fins politiques et en qualifiant de "catastrophe" le dénigrement de la démocratie aux États-Unis. "Le monde entier en rit", a-t-il déclaré.

Lors de la conférence de presse, Vladimir Poutine a cité le nom d'Alexeï Navalny pour la première fois depuis des années, déclarant qu'il était prêt à le libérer dans le cadre d'un échange contre des détenus non identifiés détenus par l'Occident quelques jours avant la mort du leader de l'opposition.

PUBLICITÉ

Interrogés par l'agence Associated Press à la sortie des bureaux de vote, certains électeurs ont déclaré à qu'ils étaient heureux de voter pour Poutine. Des déclarations peu surprenantes dans un pays où la télévision d'État ne cesse de faire l'éloge du dirigeant russe et où il est risqué d'exprimer une autre opinion. Dmitry Sergienko, qui a voté à Moscou, a déclaré : "Je suis content de tout et je veux que tout continue comme avant".

Incidents lors des trois jours de scrutin

Le scrutin s'est déroulé sur trois jours dans des bureaux de vote répartis dans l'ensemble du vaste pays, dans les régions illégalement annexées de l'Ukraine et en ligne.

Plusieurs personnes ont été arrêtées, notamment à Moscou et à Saint-Pétersbourg, après avoir tenté de déclencher des incendies ou des explosifs dans des bureaux de vote, tandis que d'autres ont été arrêtées pour avoir jeté de l'antiseptique vert ou de l'encre dans les urnes. De nombreuses autres personnes ont été rassemblées par la police pour avoir tenté de manifester.

Le groupe OVD-Info, qui surveille les arrestations politiques, a déclaré qu'environ 90 personnes avaient été arrêtées dans 22 villes de Russie dimanche.

PUBLICITÉ

Stanislav Andreychuk, co-président de l'organisme indépendant de surveillance des élections Golos, a déclaré que les Russes ont été fouillés à l'entrée des bureaux de vote, qu'il y a eu des tentatives de vérification des bulletins de vote remplis avant qu'ils ne soient déposés, et qu'un rapport indique que la police a exigé qu'une urne soit ouverte pour en retirer un bulletin de vote.

Les citoyens n'ont donc guère eu l'occasion de s'exprimer. Néanmoins, d'immenses files d'attente se sont formées vers midi devant les missions diplomatiques à Londres, Berlin, Paris et dans d'autres villes où vivent d'importantes communautés russes, dont beaucoup ont quitté leur pays après l'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine.

"Si nous avons la possibilité de protester, je pense qu'il est important d'utiliser toutes les opportunités", a déclaré Tatiana, 23 ans, qui votait à Tallinn, capitale de l'Estonie, et qui a dit être venue pour participer à la manifestation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Présidentielle russe : "Les conditions d’une élection libre pas réunies", estime Paris

Festival du film des droits humains : au palmarès, un zoom sur Gaza et la Russie

Russie : plusieurs incidents ont emmaillé le premier jour de l'élection présidentielle