EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le secrétaire général de l'ONU en visite à Bruxelles

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avant une réunion à Bruxelles, mercredi 20 mars.
Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avant une réunion à Bruxelles, mercredi 20 mars. Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec EVN EBU
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Accueilli mercredi à Bruxelles par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a tenté de faire entendre sa voix.

PUBLICITÉ

Avocates du règlement des crises dans le cadre du droit international, les Nations Unies voient leur influence fortement affaiblie par les conflits entre l'Ukraine et la Russie, et Israël et le Hamas, qui paralyse le Conseil de sécurité du fait des vétos de ses membres permanents, Russie et Etats-Unis en tête.

Aux côtés d'Ursula von der Leyen, le secrétaire général a déclaré qu'ils se rencontraient à "un moment particulièrement sombre, où le rôle de l'Europe sur la scène mondiale est plus important que jamais".

Concernant la situation en Ukraine, Antonio Guterres a réitéré son appel à "une paix juste, respectant la souveraineté, l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues".

Appel à un "cessez-le-feu humanitaire" à Gaza

Concernant la guerre en cours à Gaza, la président de la Commission européenne et le secrétaire général de l'ONU ont tous deux souligné la nécessité d'une aide d'urgence.

"Gaza est confrontée à la famine. C'est inacceptable. Il est essentiel de parvenir rapidement à un accord de cessez-le-feu qui permette de libérer les otages et d'acheminer davantage d'aide humanitaire à Gaza", a déclaré Ursula von der Leyen.

"Rien ne justifie les actes odieux du Hamas le 7 octobre, et rien ne justifie la punition collective du peuple palestinien", a commenté à son tour Antonio Guterres.

"J'appelle les autorités israéliennes à garantir un accès total et sans entrave aux produits humanitaires dans toute la bande de Gaza, et la communauté internationale à soutenir pleinement nos efforts humanitaires. Et nous devons continuer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin aux tueries, parvenir à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et obtenir la libération inconditionnelle des otages."

"Au-delà de ces guerres, la méfiance et la division règnent en maître", a déclaré Antonio Guterres. "Le multilatéralisme et la solidarité sont dans l'ADN de l'Union européenne", a-t-il ajouté, alors qu'un sommet consacré à l'avenir de l'ONU est prévu en septembre prochain. Antonio Guterres a exhorté l'UE et ses États membres à continuer à faire pression pour un système international plus inclusif, plus efficace et plus résilient.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une attaque de missiles russes d'ampleur touche Kyiv ce jeudi à l'aube

Bruxelles s'apprête à envoyer à l'Ukraine des milliards provenant d'avoirs russes gelés

"L'Europe doit entretenir une certaine forme de relation avec la Russie" selon János Bóka