Depuis le poste-frontière de Rafah, Le chef de l'ONU appelle à "inonder" Gaza d'aide

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'exprime après sa visite au poste-frontière de Rafah entre l'Égypte et la bande de Gaza, le samedi 23 mars 2024.
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'exprime après sa visite au poste-frontière de Rafah entre l'Égypte et la bande de Gaza, le samedi 23 mars 2024. Tous droits réservés Amr Nabil/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Amr Nabil/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

António Guterres s'est rendu samedi du côté égyptien du poste-frontière de Rafah.

PUBLICITÉ

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'est tenu samedi près d'une longue file de camions en attente et a déclaré qu'il était temps de "véritablement inonder Gaza d'une aide vitale", qualifiant la famine à l'intérieur de l'enclave d'"outrage moral". Il a appelé à un cessez-le-feu immédiat entre Israël et le Hamas.

Guterres s’est exprimé du côté égyptien de la frontière, non loin de la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, où Israël envisage de lancer une attaque terrestre malgré les avertissements généralisés d’une catastrophe potentielle. Plus de la moitié de la population de Gaza s'y est réfugiée.

"Toute nouvelle attaque ne fera qu'aggraver la situation – pire pour les civils palestiniens, pire pour les otages et pire pour tous les habitants de la région", a déclaré António Guterres.

Il a pris la parole un jour après que le Conseil de sécurité de l'ONU a échoué à adopter une résolution soutenant "un cessez-le-feu immédiat et durable".

Guterres a souligné à plusieurs reprises les difficultés d’acheminement de l’aide à Gaza, pour lesquelles les agences humanitaires internationales ont largement imputé la responsabilité à Israël.

"Ici, depuis ce passage, nous voyons le chagrin et le manque de cœur… une longue file de camions de secours bloqués d'un côté des portes, l'ombre longue de la famine de l'autre", a-t-il déclaré.

Environ 7 000 camions humanitaires attendent dans la province égyptienne du Nord Sinaï pour entrer à Gaza, a déclaré le gouverneur Mohammed Abdel-Fadeil Shousha dans un communiqué.

Guterres a ajouté : "Il est temps qu’Israël s’engage à toute épreuve pour un accès total aux biens humanitaires à Gaza, et dans l'esprit du Ramadan, de compassion, il est également temps de libérer immédiatement tous les otages."

Il a ensuite déclaré aux journalistes qu'un cessez-le-feu humanitaire et la libération des otages devraient avoir lieu en même temps.

Le Hamas détiendrait environ 100 otages ainsi que les restes de 30 autres personnes capturées lors de son attaque du 7 octobre qui a tué environ 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et déclenché la guerre.

Interrogé sur les commentaires de Guterres, le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait référence à une publication sur les réseaux sociaux du ministre des Affaires étrangères Israel Katz accusant le chef de l'ONU de permettre à l'organisation mondiale de devenir "antisémite et anti-israélienne".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre à Gaza : à l'ONU, Alger, Moscou et Pékin mettent leur veto à la demande d'un cessez-le-feu

Le corridor humanitaire maritime depuis Chypre peut-il aider Gaza ?

Violents combats autour de l’hôpital al-Chifa, pris d’assaut par les forces israéliennes