L'attaque ukrainienne en mer Noire aurait fait beaucoup de dégâts sur la flotte russe

Sasha Vakulina
Sasha Vakulina Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Sasha Vakulina (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'attaque ukrainienne en mer Noire à Sébastopol aurait fait beaucoup de dégâts sur la flotte russe, selon Kyiv. Le navire de guerre ukrainien, le Kostiantyn Olshansky, saisi par les Russes en 2014, aurait notamment été endommagé.

PUBLICITÉ

Les responsables ukrainiens ont déclaré que la frappe aérienne sur Sébastopol en Crimée occupée, dans la nuit du 23 mars, avait visé davantage de navires de la Flotte de la mer Noire (BSF en anglais) et aurait causé plus de dégâts que ce qui a été rapporté initialement.

Outre les grands navires de débarquement Yamal et Azov, Kyiv affirme avoir également frappé le navire de reconnaissance Ivan Khurs et le grand navire de débarquement Kostyantyn Olshansky.

Le Kostiantyn Olshansky faisait partie de la flotte navale ukrainienne jusqu’en 2014.

C'était l'un des nombreux navires ukrainiens saisis par les forces russes lors de l'annexion illégale de la Crimée en 2014.

Le porte-parole de la Marine, Dmytro Pletenchuk, a déclaré que les dégâts causés au navire étaient encore en cours d'évaluation, mais a précisé qu'il "n'était pas apte au combat".

Le ministère ukrainien de la Défense a déclaré que "la Russie prévoyait d’utiliser le navire contre l’Ukraine." C’est pourquoi l’Ukraine a frappé le Kostiantyn Olshansky avec un missile Neptune de fabrication ukrainienne. 

Quelques jours avant l’attaque du week-end, le ministère britannique de la Défense estimait que la marine russe avait probablement déjà limité ses opérations à l’est de la mer Noire pour préserver sa flotte alors que ses pertes augmentaient.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine se qualifie pour l'Euro 2024

Ukraine : à Kyiv, les opérations de secours ont pris fin

Kyiv de nouveau sous les bombes