Les échanges de tirs entre l'armée israélienne et le Hezbollah s'intensifient

Des secouristes cherchent des victimes après qu'un tir israélien aurait détruit un centre de secours au Liban, le 27 mars 2024.
Des secouristes cherchent des victimes après qu'un tir israélien aurait détruit un centre de secours au Liban, le 27 mars 2024. Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon les médias d'Etat libanais, seize personnes seraient mortes mercredi après des tirs de roquettes en provenance d'Israël. Côté israélien, les autorités ont déclaré qu'un homme était mort après que le Hezbollah a lancé une trentaine de roquettes.

PUBLICITÉ

Jusqu'à dix-sept morts après des échanges de tirs entre le Hezbollah et l'armée israélienne mercredi. Un tir israélien aurait notamment touché un centre de secours affilié à un groupe sunnite soutenant depuis peu le Hezbollah, groupe chiite. Selon les médias libanais, cinq personnes seraient mortes.

À Jérusalem, une délégation américaine était reçue par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu mercredi. Les Etats Unis souhaitent dissuader Israël d'envahir Rafah, ville sud de Gaza, mais les autorités israéliennes refusent pour le moment d'annuler l'opération militaire prévue. 

Israël a annoncé avoir annulé le déplacement qu'une de ses délégations devait effectuer à Washington en fin de semaine. En cause, le mécontentement israélien face à l'abstention des Etats-Unis lundi lors du vote du Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Israël espérait un veto de la part de son allié historique, et a depuis fait savoir que l'adoption de la résolution des Nations unies aurait endommagé les négociations en cours avec le Hamas, notamment concernant la libération des otages. 

Stéphane Dujarric, le porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, s'est inquiété de la situation humanitaire à Gaza, notamment concernant le nombre d'hôpitaux capables d'accueillir des patients, qui ne cesse de décroître : deux tiers des centres hospitaliers sont hors service.

La malnutrition est également un problème grandissant, à cause du manque d'aide humanitaire à Gaza. Selon le Programme alimentaire mondial, un tiers des enfants de moins de deux ans seraient en situation de malnutrition sévère, voire insauvables.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tensions entre Israël et les États-Unis après l'adoption d'une résolution appelant un cessez-le-feu

L'UE financerait les drones utilisés par Israël à Gaza, selon des observateurs

Gaza : le couloir humanitaire maritime, un "cap crucial" selon le Président de Chypre