PUBLICITÉ

Que fait l'ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad à Budapest ?

Le 23 septembre 2010, Mahmoud Ahmadinejad, président de l'Iran, brandit des exemplaires du Coran (à gauche) et de la Bible (à droite) lors de son discours à l'occasion de la 65e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.
Le 23 septembre 2010, Mahmoud Ahmadinejad, président de l'Iran, brandit des exemplaires du Coran (à gauche) et de la Bible (à droite) lors de son discours à l'occasion de la 65e session de l'Assemblée générale des Nations Unies. Tous droits réservés Richard Drew / AP
Tous droits réservés Richard Drew / AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Dans une déclaration à Euronews, l'ambassade d'Israël en Hongrie a critiqué la décision d'inviter l'ex-président iranien négationniste à s'exprimer dans une université de Budapest.

PUBLICITÉ

La conférence de l'ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad dans une université hongroise a suscité la condamnation de l'ambassade d'Israël à Budapest et de la communauté juive du pays.

M. Ahmadinejad, connu pour son hostilité à l'égard d'Israël et sa négation de l'Holocauste, devait donner deux conférences à l'université nationale de l'administration publique (Nemzeti Közszolgálati Egyetem, ou NKE), mardi et mercredi, à l'invitation de son doyen, Gergely Deli.

Selon des médias iraniens, la NKE a invité l'homme politique à une réunion scientifique sur les "valeurs communes dans l'environnement mondial".

Le média Hammihan a indiqué que M. Ahmadinejad devrait s'exprimer en tant qu'"invité spécial" sur l'importance de faire face aux menaces qui pèsent sur l'environnement. La réunion devrait se dérouler à huis clos, car elle n'est pas annoncée sur le site web de la NKE.

Entre-temps, des images de Mahmoud Ahmadinejad et de Deli à Budapest sont apparues sur des comptes de médias sociaux iraniens.

Euronews a révélé l'affaire mardi et a tenté de contacter l'université au sujet de l'ancien président iranien.

Le service de presse de la NKE a déclaré qu'il ne souhaitait pas faire de commentaires. Le ministère hongrois des Affaires étrangères n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

La visite "offense gravement" la communauté juive hongroise

L'ambassade d'Israël en Hongrie a réagi à la nouvelle en déclarant que la visite de Mahmoud Ahmadinejad à Budapest était une insulte à "la mémoire des victimes".

Dans une déclaration à Euronews, elle a indiqué que cette visite "offense gravement et piétine la mémoire des quelque 600 000 juifs hongrois qui ont été assassinés pendant l'Holocauste".

Selon la déclaration, l'ancien président iranien est "un négationniste autoproclamé qui est directement responsable des événements qui ridiculisent, rabaissent et remettent en question l'Holocauste et ses victimes", une référence à la conférence de deux jours intitulée "Examen de l'Holocauste : Vision globale", qui s'est tenue à Téhéran en 2006.

L'ambassade d'Israël en Hongrie souligne également qu'en tant que président iranien, Mahmoud Ahmadinejad a régulièrement appelé à la destruction d'Israël.

Mahmoud Ahmadinejad à Téhéran, la 26 novembre 2006.
Mahmoud Ahmadinejad à Téhéran, la 26 novembre 2006.AP Photo/Vahid Salemi

L'association des congrégations juives hongroises, Mazsihisz, a également critiqué l'invitation faite à M. Ahmadinejad.

L'association a déclaré dans un communiqué qu'il était incompréhensible que la direction de l'université nationale de l'administration publique "ait permis à M. Ahmadinejad, qui est antisémite jusqu'à la moelle, de donner une conférence dans l'une des universités d'élite hongroises".

_"Il est non seulement scandaleux mais aussi douloureux que l'ancien président iranien soit à Budapest le jour même où la communauté juive hongroise se souvient des victimes de [l'Holocauste] il y a 80 ans dans ce pays et à Auschwitz._La réception d'Ahmadinejad à Budapest offense profondément la communauté juive hongroise, qui pleure ses morts assassinés", ajoute le communiqué.

Mazsihisz a demandé que "la direction de la NKE" présente des excuses à la "communauté juive hongroise offensée" et a exigé que le gouvernement hongrois "explique comment, à la lumière des excellentes relations israélo-hongroises et de la politique de soutien du gouvernement à la communauté juive hongroise, la visite de M. Ahmadinejad en Hongrie a pu avoir lieu".

Négation de l'Holocauste

M. Ahmadinejad, qui a été président de la République islamique de 2005 à 2013, n'est pas connu en tant qu'écologiste, mais plutôt pour ses positions islamistes extrêmes, anti-américaines, anti-israéliennes et négationnistes.

Il a été l'un des promoteurs du programme nucléaire iranien et a interdit aux inspecteurs de l'ONU de visiter les installations nucléaires du pays.

Sous sa présidence, la situation des droits humains et des minorités en Iran s'est également détériorée de manière spectaculaire.

PUBLICITÉ

En 2005, dans un discours faisant l'éloge du révolutionnaire islamique iranien, l'ayatollah Khomeini, qui a été le premier dirigeant suprême de l'Iran à partir de 1979, M. Ahmadinejad a annoncé qu'"Israël doit être rayé de la carte".

Il a qualifié à plusieurs reprises l'Holocauste de "mythe" fabriqué dans le seul but de permettre au peuple juif de créer son propre État.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hongrie : faible participation au rassemblement anti-gouvernemental à Budapest

Hongrie : des milliers de personnes manifestent pour une société plus "saine"

Budapest fête son 150ème anniversaire : la capitale en fête