EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'armée israélienne annonce avoir retrouvé les corps de trois otages à Gaza

Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le mercredi 15 mai 2024.
Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le mercredi 15 mai 2024. Tous droits réservés AP Photo/Saher Alghorra
Tous droits réservés AP Photo/Saher Alghorra
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les trois otages avaient été tués par le Hamas lors du festival Tribe of Nova avant que leurs corps ne soient transportés dans le territoire palestinien, selon Israël.

PUBLICITÉ

L'armée israélienne a annoncé vendredi que ses troupes à Gaza avaient retrouvé les corps de trois otages israéliens pris par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre, dont l'israélo-allemand Shani Louk.

L'armée a identifié les deux autres corps comme étant ceux d'une femme de 28 ans, Amit Buskila, et d'un homme de 56 ans, Itzhak Gelerenter.

Tous trois ont été tués par le Hamas lors du Nova Music Festival et leurs corps ont été transportés dans le territoire palestinien, a déclaré le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l'armée, lors d'une conférence de presse.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié ces décès de "déchirants".

L'armée a indiqué que les corps avaient été retrouvés dans la nuit, sans donner plus de détails, et n'a pas précisé dans l'immédiat où ils se trouvaient. Israël a mené des opérations dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où il a déclaré disposer de renseignements sur la détention d'otages.

Aide humanitaire à Gaza

Des camions transportant de l'aide dont la bande de Gaza a grand besoin ont traversé la jetée flottante construite par des soldats américains, et sont entrés dans l'enclave assiégée et bombardée pour la première fois vendredi, alors que les restrictions israéliennes sur les passages frontaliers entravent les livraisons de nourriture et d'autres fournitures.

Les troupes américaines ont achevé l'installation de la jetée flottante jeudi, et le commandement central de l'armée américaine a déclaré que la première aide a traversé la bande de Gaza à 9 heures, ce vendredi. Il a précisé qu'aucune troupe américaine n'était descendue à terre dans le cadre de l'opération.

Cette livraison est la première d'une opération qui, selon les responsables militaires américains, pourrait atteindre 150 camions par jour.  Alors que la ville méridionale de Rafah est toujours menacée par une attaque israélienne.

Mais les États-Unis et les groupes d'aide préviennent que le projet de jetée flottante ne remplace pas les livraisons terrestres qui pourraient apporter toute la nourriture, l'eau et le carburant nécessaires dans la bande de Gaza.

Avant la guerre, plus de 500 camions entraient dans le territoire chaque jour. 

Qui assurera la distribution ?

Le Pentagone a déclaré qu'aucun renfort n'était attendu dans le processus de distribution. Le plan américain prévoit que l'ONU prenne en charge l'aide une fois qu'elle aura quitté l'embarcadère. Le programme alimentaire mondial de l'organisation mondiale la remettra ensuite aux groupes d'aide pour qu'ils la distribuent.

La distribution de l'aide n'avait pas encore commencé vendredi après-midi, a déclaré un fonctionnaire de l'ONU sous couvert d'anonymat en raison du caractère sensible de la question.

Le fonctionnaire a précisé que le processus de déchargement et de rechargement des cargaisons était toujours en cours.

L'agence de coordination de l'aide humanitaire de l'ONU a déclaré que le début de l'opération était bienvenu mais qu'il ne remplaçait pas les livraisons par voie terrestre."

"Je pense que tous les participants à l'opération l'ont dit : Toute aide à Gaza est la bienvenue, quelle que soit la route empruntée", a déclaré Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires.

Pénurie de carburant

L'acheminement de l'aide à la population de Gaza "ne peut et ne doit pas dépendre d'un dock flottant loin de l'endroit où les besoins sont les plus aigus". L'ONU avait déjà indiqué que les livraisons de carburant par voie terrestre avaient pratiquement cessé, ce qui rendrait extrêmement difficile l'acheminement de l'aide à la population de Gaza.

"Peu importe la manière dont l'aide arrive, que ce soit par mer ou par terre, sans carburant, l'aide ne parviendra pas à la population", a déclaré le porte-parole adjoint de l'ONU, Farhan Haq.

La porte-parole du Pentagone, Sabrina Singh, a déclaré que la question des livraisons de carburant était abordée dans toutes les conversations entre les États-Unis et les Israéliens. Elle a également indiqué que le plan consistait à commencer lentement par la voie maritime et à augmenter les livraisons par camion au fur et à mesure que les problèmes du système seront résolus.

PUBLICITÉ

Israël craint que le Hamas n'utilise du carburant dans la guerre, mais il affirme n'imposer aucune limite à l'entrée de l'aide humanitaire et accuse les Nations unies de retard dans la distribution des marchandises entrant à Gaza.

Sous la pression des États-Unis, Israël a ouvert deux points de passage pour acheminer l'aide dans le nord du territoire, durement touché, au cours des dernières semaines.

Il a déclaré qu'une série d'attaques du Hamas contre le principal point de passage, Kerem Shalom, avait perturbé le flux de marchandises. Les Nations unies affirment que les combats, les tirs israéliens et les conditions de sécurité chaotiques ont entravé les livraisons.

De violentes manifestations d'Israéliens ont également perturbé l'acheminement de l'aide.

Un  poste frontière clé

Israël s'est récemment emparé du poste frontière clé de Rafah dans le cadre de son offensive contre le Hamas autour de cette ville située à la frontière égyptienne, suscitant des craintes quant à la sécurité des civils tout en coupant la principale voie d'accès à la bande de Gaza pour l'aide humanitaire.

PUBLICITÉ

Le président américain Joe Biden a ordonné le projet de jetée, qui devrait coûter 320 millions de dollars. Les bateaux chargés d'aide seront déposés dans un port construit par les Israéliens au sud-ouest de la ville de Gaza, puis distribués par des groupes d'aide.

Le site a déjà été la cible de tirs de mortier pendant sa construction, et le Hamas a menacé de s'en prendre à toute force étrangère qui "occuperait" la bande de Gaza.

Joe Biden a clairement indiqué qu'il n'y aurait pas de forces américaines sur le terrain à Gaza, et que ce sont donc des entrepreneurs de pays tiers qui conduiront les camions sur le rivage.

Les forces israéliennes sont chargées de la sécurité sur le rivage, mais deux navires de guerre de la marine américaine se trouvent à proximité et peuvent protéger les troupes américaines et d'autres personnes.

L'aide destinée à la voie maritime est collectée et inspectée à Chypre, puis chargée sur des navires et acheminée sur environ 320 kilomètres jusqu'à la grande jetée flottante au large de la côte de Gaza. 

PUBLICITÉ

Là, les palettes sont transférées sur des camions qui se dirigent ensuite vers les bateaux de l'armée, qui font la navette entre la jetée et une chaussée flottante ancrée sur la plage. Une fois que les camions ont déposé l'aide, ils retournent sur les bateaux.

Sources additionnelles • AP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des dizaines de milliers de manifestants anti-Netanyahu à Jérusalem

Benjamin Netanyahu dissout le cabinet de guerre israélien

Netanyahu dénonce les "pauses tactiques" proposées par Tsahal pour permettre l'acheminement de l'aide à Gaza