EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Bruxelles appelle à l'unité après la fronde de Tsipras contre la péninsule ibérique

Bruxelles appelle à l'unité après la fronde de Tsipras contre la péninsule ibérique
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'Union européenne calme le jeu et appelle à l'unité, apres les accusations de la Grèce contre les gouvernements de Madrid et Lisbonne

PUBLICITÉ

Alexis Tsipras, trublion de l’Europe ? Bruxelles appelle à l’unité, après l’accrochage diplomatique du week- end.
Le Premier ministre grec s’en est pris aux gouvernements conservateurs à Madrid et Lisbonne, les accusant de s‘être montrés intransigeants dans les négociations sur la dette grecque : “Nous avons trouvé en face de nous un axe de pouvoir, avait dit Tsipras samedi, avec un but politique clair que certaines personnes pourraient ne pas avoir vu, dirigé par les gouvernements de l’Espagne et du Portugal.”

Selon Athènes, les pays de la péninsule ibérique agissent à des fins électorales. A quelques semaines d‘élections en Espagne, la bonne image de Podemos, le mouvement proche du parti grec Syriza au pouvoir, inquiète les partis traditionnels, dont la droite de Mariano Rajoy
, qui contre-attaque : “Nous ne sommes pas responsables de la frustration générée par la gauche radicale grecque, a déclaré dimanche le Premier ministre espagnol, qui a promis des choses qu’elle savait impossibles à tenir, ce qui a maintenant été prouvé.”

Alors, Tsipras, trublion ? Le gouvernement allemand a lui aussi réagi : Tsipras a commis “une faute très inhabituelle” en s’en prenant à ses partenaires, ce qui “ne se fait pas dans l’Eurogroupe”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024