Dette : l'Argentine solde ses comptes avec les fonds vautours

Dette : l'Argentine solde ses comptes avec les fonds vautours
Par Anne Glémarec avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Sénat a approuvé le remboursement des fonds spéculatifs américains, tournant ainsi la page de la faillite de 2001.

PUBLICITÉ

Le Sénat argentin a donné son feu vert au remboursement des fonds vautours américains NML Capital et Aurelius, mettant fin au contentieux sur la dette. Buenos Aires se donne jusqu’au 14 avril pour leur verser 4,65 milliards de dollars. C’est 75% de leur dû, 25 fois leur mise initiale.

Ce vote est historique du fait de l’ampleur de ses implications pour l’Argentine,“ s’est félicitée la vice-présidente argentine, Gabriela Michetti. “Parce qu’il a pour ambition de solder le contentieux sur la dette héritée de la faillite de 2001, qui nous opposait à 7% seulement de nos créanciers.

Une victoire politique pour le nouveau Président Mauricio Macri, qui honore ainsi une promesse de campagne. Tourner la page de la dette va en effet permettre à l’Argentine de lever des fonds sur les marchés internationaux de capitaux.

Ce règlement ne fait cependant pas l’unanimité : devant le parlement, des manifestants communistes ont dénoncé son injustice. Ils estiment que les fonds vautours auraient dû être contraints d’accepter la restructuration de la dette validée par 93% des créanciers. Ces derniers n’ont touché que 30 à 40% de la valeur de leurs bons.

Les fonds vautours avaient refusé la décote et entamé des procédures judiciaires aux Etats-Unis, car une partie de la dette avait été émise sur la place financière de New-York.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où la classe moyenne paie-t-elle les impôts les plus élevés et les plus bas en Europe ?

Les milléniaux, en passe de devenir la génération la plus riche de l'histoire

L'inflation a poursuivi son reflux dans la zone euro en février, revenant à 2,6% sur un an