Royaume-Uni : sauver la sidérurgie

Royaume-Uni : sauver la sidérurgie
Par Anne Glémarec avec REUTERS, AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le premier ministre David Cameron a interrompu ses vacances pour tenir une réunion de crise à Londres.

PUBLICITÉ

La décision de l’Indien Tata Steel de quitter la Grande-Bretagne a brutalement arraché David Cameron au soleil des Canaries, où il passait ses vacances de Pâques.
Le Premier ministre britannique est rentré précipitamment à Londres pour une réunion de crise sur l’avenir de la filière sidérurgique. Rien de concret n’a été arrêté.

Today I have met with ministers to discuss the future of Port Talbot.

— David Cameron (@David_Cameron) March 31, 2016

Nous n‘écartons aucune option,“ a-t-il assuré, avant de préciser : “je ne crois pas que nationaliser soit la bonne réponse. Nous voulons assurer un avenir sur le long terme à Port Talbot et aux autres usines sidérurgiques du Royaume-Uni.

Workers and their families face a worrying time, and our priority is to help those likely to be affected.

— David Cameron (@David_Cameron) March 31, 2016

Le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, s’est lui rendu justement à Port Talbot, au Pays de Galles, premier site sidérurgique du pays. Face à l’urgence de la situation, il a lancé une pétition en faveur d’un rappel des parlementaires en vacances. Elle avait recueilli plus de 114.000 signature jeudi midi. “Si nous n’intervenons pas pour protéger cette usine sidérurgique et les autres, ce sera la fin de la filière en Grande-Bretagne,“ a-t-il prévenu.

Le désengagement de Tata Steel met en péril 40.000 emplois directs et indirects au Royaume Uni. David Cameron s’est envolé pour Washington sans convoquer de séance extraordinaire à Westminster

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Allemagne enregistre une baisse de la croissance économique au dernier trimestre 2023

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse

Le marché unique européen met les objectifs écologiques et numériques au centre de ses préoccupations