EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Joseph Stiglitz : " il faut changer le mandat de la BCE "

Joseph Stiglitz : " il faut changer le mandat de la BCE "
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans son dernier livre, le Prix Nobel d'économie explique pourquoi la zone euro était vouée à l'échec dès sa conception et propose des solutions hors normes.

PUBLICITÉ

C’est le livre qui vient bousculer la pensée économique dominante en zone euro. Dans “l’Euro : comment la monnaie unique menace l’avenir de ‘Europe“, l’Américain Joseph Stiglitz, Prix Nobel d‘économie, propose des solutions à la crise hors des sentiers battus. Oleksandra Valulina l’a rencontré à Paris.

Oleksandra Vakulina, euronews :

L’action de la Banque centrale européenne est-elle suffisante ?

Joseph Stiglitz, Prix Nobel d‘économie :

Je pense qu’il y a des limites à ce qu’une banque centrale peut faire. Donc le problème n’est pas tant la politique monétaire, même la meilleure – ce qui n’est pas le cas ici – mais même avec la meilleure politique, il aurait été pratiquement impossible de faire fonctionner la zone euro, même avec un décideur politique de génie.

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a appelé les gouvernements à se retrousser les manches pour épauler son action. Quand on demande à Joseph Stiglitz si cette démarche lui paraît censée, sa réponse est catégorique :

Je ne crois pas, non. Son diagnostic consiste à essayer de rejeter la faute sur les victimes. Quand il dit ‘les gouvernements’, la question est : quels gouvernements ? Si l’Allemagne devait gonfler son économie, laisser ses prix grimper plutôt que de faire porter le poids de l’ajustement à des pays comme l’Espagne et le Portugal, cela aiderait beaucoup. Mais la question fondamentale est la structure de la zone euro. Il faut changer le mandat de la Banque centrale européenne et créer d’autres institutions. Des pays particuliers ne peuvent pas résoudre le problème à eux seuls.

Josef Stiglitz envisage notamment des divorces à l’amiable entre pays membres ou une zone euro à plusieurs vitesses, chaque groupe de pays homogènes utilisant un euro différent.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024

Prix de la bière en Europe : combien les supporters paieront-ils pendant l'Euro 2024 ?