EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Deutsche Bank et Berlin démentent tout plan de sauvetage

Deutsche Bank et Berlin démentent tout plan de sauvetage
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La première banque privée allemande et la Chancellerie tentent en vain de faire taire les rumeurs de presse qui ont fait plonger l'action Deutsche Bank à un plus bas historique mardi.

PUBLICITÉ

La Deutsche Bank à l’unisson avec Berlin pour tenter de faire taire les rumeurs sur un plan de sauvetage public.

Le patron du colosse bancaire allemand, le britannique John Cryan, assure dans les colonnes du journal le plus lu d’Allemagne, Bild, n’avoir jamais démarché la chancelière Merkel en ce sens.

#JohnCryan in BILD</a> interview: government aid is not an option for <a href="https://twitter.com/hashtag/DeutscheBank?src=hash">#DeutscheBank</a></p>&mdash; Deutsche Bank (DeutscheBank) 28 septembre 2016

La banque est menacée d’une amende record de plus de 12 milliards d’euros aux Etats-Unis, liées à la crise des subprimes. Pour démontrer sa capacité à trouver des fonds, elle a annoncé la cession de sa filiale d’assurance Abbey Life pour 1,1 milliard d’euros.

L’hebdomadaire Die Zeit à paraître ce jeudi revient pourtant à la charge et affirme que Berlin négocie avec Bruxelles un éventuel sauvetage de la Deutsche Bank. La banque et le Ministère des Finances ont, là encore, démenti de concert.

Trotz aller Dementi arbeitet die Bundesregierung an einem Notfallplan für die Deutsche Bank, berichtet DIEZEIT</a>. <a href="https://t.co/eefQBqtPK9">https://t.co/eefQBqtPK9</a></p>&mdash; ZEIT ONLINE (zeitonline) 28 septembre 2016

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les marchés européens se préparent à l'agitation politique en France

L'euro se renforce à l'idée que le RN puisse ne pas obtenir la majorité absolue en France

Législatives en France : quel effet sur le marché européen de la dette souveraine ?