EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'économie turque est (officiellement) en récession

L'économie turque est (officiellement) en récession
Tous droits réservés 
Par Olivier Peguy
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il faut deux trimestres de suite de recul de la croissance pour qu'on parle de récession. Et bien c'est le cas de la Turquie. Et ce n'était pas arrivé depuis 2009.

PUBLICITÉ

Il faut deux trimestres de suite de recul de la croissance pour qu'on parle de récession, disent les économistes. Et bien c'est le cas de la Turquie. Et ce n'était pas arrivé depuis 2009.

L'office national des statistiques (Tüik) a publié ses chiffres ce lundi. Au 4ème trimestre 2018, le produit intérieur brut (PIB) s'est contracté de 3%. Au 3ème trimestre, le recul était d'1,1%.

Sur l'ensemble de l'année, l'économie turque reste dans le vert (+2,6%). Mais c'est nettement moins bien que les années précédentes (+7,4% en 2017, +8,49% en 2013).

En cause, la très forte chute de la livre, la monnaie turque, liée notamment aux tensions diplomatiques entre Ankara et Washington. Et puis, il y a les interrogations des analystes autour des politiques économiques menées par le gouvernement turc.

> « Turquie : les cinq raisons de l'effondrement de la livre »

> « Les États-Unis menacent à nouveau la Turquie de sanctions »

En tout cas, ces mauvais chiffres tombent mal pour le président Recep Tayyip Erdogan, à trois semaines d'élections municipales.

Le gouvernement tente de minimiser l'annonce de cette récession en indiquant que "le pire est derrière nous", comme l'a écrit sur Twitter le ministre des Finances, Berat Albayrak.

- avec AFP et Reuters -

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'impact de la panne informatique mondiale de Microsoft sur les entreprises du monde entier

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche