EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Anéanti par le coronavirus, le secteur aérien aurait une espérance de vie de deux mois

Anéanti par le coronavirus, le secteur aérien aurait une espérance de vie de deux mois
Tous droits réservés Christophe Ena/AP
Tous droits réservés Christophe Ena/AP
Par Pierre Michaud
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est le terrible avertissement lancé par les spécialistes du secteur. Les avions cloués au sol, les compagnies aérienne licencient à tour de bras et annulent tous leurs vols.

PUBLICITÉ

La pandémie de Covid-19 pourrait entraîner la faillite de la plupart des compagnies aériennes mondiales d'ici la fin mai, à moins que les gouvernements et le secteur ne prennent des mesures coordonnées pour éviter une telle catastrophe. La fermeture des frontières aux quatre coins de la planète n'offre pas de perspectives bien plus réjouissantes.

C'est CAPA, le principal fournisseur d'informations sur le marché de l'aviation et des voyages, qui révèle que les transporteurs épuisent rapidement leurs réserves de trésorerie, parce que leurs avions sont cloués au sol ou volent à vide.

Le groupe Air France-KLM a annoncé ce lundi qu'il allait réduire d'environ 80% son offre de vols et qu'il prévoit de licencier 3 000 de ses 40 000 employés.

De son côté, la compagnie allemande Lufthansa a annoncé que plus de 30 000 vols seront annulés jusqu'à la fin du mois d'avril.

British Airways a déjà averti son personnel de la suppression prochaine de nombreux postes. Jusqu'à la fin mai, elle a réduit de 75 % le nombre de sièges disponibles à la vente.

Les compagnies à bas prix Ryanair et Easyjet ont également annoncé une réduction d'environ 80 % de leurs opérations aériennes.

Les patrons des compagnies aériennes britanniques demandent au gouvernement une aide financière d'urgence immédiate de 5 à 8 milliards d'euros pour éviter que l'industrie ne soit potentiellement anéantie par la pandémie de coronavirus.

L'Association internationale du transport aérien estime que les compagnies internationales pourraient être confrontées à une perte de revenus pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros cette année.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024

Prix de la bière en Europe : combien les supporters paieront-ils pendant l'Euro 2024 ?