PUBLICITÉ

Coronavirus : un organe de l'UE plaide pour une application de traçage paneuropéenne

Une femme envoie un message sur son téléphone portable à Tybee Island en Georgie
Une femme envoie un message sur son téléphone portable à Tybee Island en Georgie Tous droits réservés Stephen B. Morton/Atlanta Journal-Constitution via AP
Tous droits réservés Stephen B. Morton/Atlanta Journal-Constitution via AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour enrayer la propagation du Covid-19, plusieurs États européens envisagent de développer des applications de traçage, comme cela a été le cas dans certains pays Asiatiques. Mais les associations de défense des libertés individuelles s'alarment d'une possible violation des données personnelles.

PUBLICITÉ

Pour enrayer la propagation du coronavirus, plusieurs États européens envisagent de développer des applications de traçage, comme cela a été le cas dans certains pays Asiatiques.

Ces applications mobiles permettraient un suivi par téléphone pour retrouver des personnes qui ont été en contact avec des malades du Covid-19, ou pour surveiller celles en isolement.

Mais les associations de défense des libertés individuelles s'alarment d'une possible violation des données personnelles. Elles redoutent par ailleurs que ces initiatives soient pérennisées, une fois la crise sanitaire passée.

A la place, le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD) appelle à développer un outils paneuropéen, qui produirait, selon lui, de meilleurs résultats, tout en étant plus conforme aux règles encadrant la vie privée.

"Le CEPD est conscient qu'un certain nombre d'États membres de l'UE ont développé, ou sont en train de développer, des applications mobiles qui utilisent différentes approches pour protéger la santé publique et pour traiter les données personnelles, explique le directeur du CEPD, Wojciech Wiewiórowski. L'utilisation d'identifiants temporaires et de la technologie bluetooth pour la recherche de contacts semble être une bonne voie pour parvenir à une protection efficace de la vie privée et des données personnelles".

"Dans l'idéal, une coordination avec l'Organisation mondiale de la santé devrait également avoir lieu, afin de garantir la protection des données dans le monde entier dès la conception", a-t-il ajouté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les débats se poursuivent au sein de l’UE sur l’usage d’applications de traçage du coronavirus

Recherche nounours pour égayer confinement

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025