EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Pétrole : accord pour faire baisser la production dès le mois de mai

Pétrole : accord pour faire baisser la production dès le mois de mai
Tous droits réservés Eric Gay/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Eric Gay/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Oleksandra Vakulina
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À partir du 1er mai, les plus grands producteurs de pétrole du monde réduiront leur production de 9,7 millions de barils par jour, la plus importante baisse de production jamais enregistrée.

PUBLICITÉ

Baisser la production pour faire remonter les prix... À partir du 1er mai, les plus grands producteurs de pétrole du monde réduiront leur production de 9,7 millions de barils par jour, la plus importante baisse de production jamais enregistrée.

Cette coordination rare au niveau mondial sur le marché pétrolier intervient alors que le secteur de l'énergie n'a jamais fait face à une chute aussi soudaine de la demande.

Selon les derniers tweets de Donald Trump, qui remercie la Russie et l'Arabie Saoudite, la baisse de production envisagée serait même de 20 millions de barils par jour.

Washington a fait pression sur l'Arabie saoudite pour obtenir un accord, menaçant de taxes douanières sur ses exportations de pétrole et même un retrait possible de son aide militaire à ce qui est l'un de ses plus anciens alliés au Moyen-Orient.

Robin Mills, analyste pétrolier : "Et c'est un peu hypocrite parce que, le pays qui a augmenté sa production de pétrole ces dernières années a été les États-Unis, pas l'Arabie saoudite ou la Russie."

Mais plusieurs experts craignent que cette baisse de la production ne suffise pas pour contrer les effets profonds de la crise et que le marché reste saturé de brut pour le reste de l'année.

Journaliste • Maxime Biosse Duplan

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale