EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Lufthansa : les actionnaires approuvent le plan de sauvetage à plus de 98%

Lufthansa : les actionnaires approuvent le plan de sauvetage à plus de 98%
Tous droits réservés Michael Probst/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Michael Probst/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Vincent Coste avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les actionnaires de la compagnie aérienne allemande ont massivement validé ce plan, doté d'une enveloppe de 9 milliards d'euros, pour lutter contre les effets de la crise due à la pandémie de Covid-19.

PUBLICITÉ

Le plan de sauvetage de la compagnie aérienne allemande Lufthansa a été approuvé ce jeudi à plus de 98% par ses actionnaires. Ce plan doté de 9 milliards d'euros, pour face à la crise due au coronavirus, avait déjà été approuvé par Bruxelles.

"Il s'agit sans aucun doute d'un moment historique pour notre entreprise", avait déclaré plus tôt dans la journée le PDG de la compagnie, Carsten Spohr, lors de l'assemblée générale des actionnaires avant le vote de ces derniers. 

Plusieurs dizaines d'employés s'étaient rassemblés devant le siège, à Cologne, pour réclamer un vote positif sur le plan de sauvetage.

Ce plan prévoit le retour de l'Etat allemand au capital de la compagnie, à hauteur d'au moins 20%, pour la première fois depuis la privatisation complète de la compagnie en 1997.

La Commission européenne, gardienne de la concurrence, a annoncé dans la matinée qu'elle validait pour sa part le projet, insistant sur les conditions acceptées en contrepartie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques

Arrêt des livraisons de gaz : le géant allemand Uniper pourra réclamer des milliards à Gazprom