EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Forum économique de Bruxelles : les défis d'une économie résiliente dans l'UE

En partenariat avec The European Commission
Real Economy
Real Economy Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Naomi Lloyd
Publié le Mis à jour
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La transformation de l'économie européenne au sortir de la pandémie était au cœur du Forum économique de Bruxelles. Deux commissaires européens et la directrice générale de l'OMC nous donnent leur point de vue.

Le Forum économique de Bruxelles est l'événement phare de l'Union européenne dédié à l'économie et organisé au sein de la Commission européenne. Dirigeants de premier plan, universitaires, représentants de la société civile et chefs d'entreprise européens y débattent des défis économiques les plus urgents. Habituellement, plus d'un millier de personnes y participent, mais cette année, le forum a été retransmis en direct depuis un studio à la Commission.

Cette édition est intervenue alors que selon les dernières prévisions économiques, la reprise est en cours dans l'Union. Ses économies devraient retrouver leur niveau d'avant la pandémie d'ici à la fin 2022.

Cette année, les débats ont été dominés par cette grande question : comment transformer l'économie européenne au sortir de la pandémie ? Un sujet qui concerne particulièrement les dirigeants de petites entreprises. Bon nombre d'entre eux sont inquiets sur leur avenir à l'heure où le versement des aides d'État s'arrête. Nous avons évoqué ses défis avec quelques-uns de ceux que nous avons rencontrés au cours de cette saison d'émissions, mais aussi avec des personnalités de premier plan qui ont participé au Forum pour connaître les solutions qu'ils proposent.

Difficultés de recrutement

En Slovénie, Greg Yurkovich dirige deux pizzerias dans la capitale Ljubljana. Pendant quelques mois, il a touché des aides publiques pour lui permettre de conserver son personnel. Il nous indique qu'aujourd'hui, la difficulté pour lui, "c'est la pénurie de main-d'œuvre dans l'hôtellerie et la restauration." Il s'inquiète également de savoir "comment motiver les gens pour qu'ils travaillent de nouveau dans ce secteur et qu'ils participent à la relance de l'économie."

Paolo Gentiloni, commissaire européen en charge de l'économie, confirme que "les petites entreprises ont été sévèrement touchées par cette crise." Mais il ajoute : "Nous avons au moins deux outils importants qui sont destinés aux PME : le premier, c'est le programme de la Banque européenne d'investissement et le deuxième, c'est ce que l'on appelle InvestEU."

euronews
Paolo Gentiloni, commissaire européen chargé de l'économie, dans Real Economyeuronews

Des règles identiques pour tous

En Lituanie, Dovile Ambrazeviciute est propriétaire de deux magasins de plantes à Vilnius. Comme Greg Yurkovich, elle a reçu une aide d'État pour maintenir son activité. Elle indique aujourd'hui : "Notre plus grande inquiétude, c'est de savoir si on va survivre parce qu'on est très endetté et l'économie tourne au ralenti. Ce qu'on aimerait," renchérit-elle, "c'est que l'Union européenne mette en place des règles identiques pour tous les États membres et toutes les entreprises, quel que soit le lieu où elles se trouvent."

Paolo Gentiloni reconnaît que "la crise n'a pas pour effet de mettre tout le monde sur un pied d'égalité." La Commission européenne sait que "pendant la crise, les différences entre régions et les disparités de revenus dans l'ensemble des pays s'accentuent." Il rappelle que le plan de relance européen NextGenerationEU a justement pour objectif de "renforcer l'inclusion sociale et réduire les inégalités."

Changement climatique et petites entreprises

En Espagne, après avoir perdu son emploi, la graphiste Laura Cardenas Corrales a créé son activité en ligne. Elle a réussi à se sortir de cette mauvaise passe, mais elle s'inquiète du changement climatique. Elle aimerait savoir "si à l'avenir, l'Union européenne accordera des aides aux petites entreprises pour qu'elles contribuent à rendre l'économie de l'Europe plus respectueuse de l'environnement."

Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif de la Commission européenne, répond qu'il y aura "des aides, par exemple en matière de financement pour la recherche et l'innovation." Il rappelle la proposition de la Commission d'introduire "un mécanisme d'ajustement carbone aux frontières pour s'assurer que les importations provenant de pays moins ambitieux en termes de réduction d'émissions soient soumises à ce mécanisme et que nous ayons des règles du jeu équitables."

euronews
Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif de la Commission européenne, dans Real Economyeuronews

Phénomène de relocalisation

En Finlande, Bengt Westerholm est PDG de l'une des plus importantes entreprises de transport de fret privées du pays. En décembre, sa société avait de nombreuses cargaisons bloquées en Chine.

Le dirigeant a des inquiétudes différentes. Il explique que "le fret aérien a encore beaucoup de mal à redécoller" et que "les liaisons maritimes entre l'Extrême-Orient et l'Europe sont encore cinq fois plus chères qu'il y a deux ans."

Il nous indique que "de nombreuses entreprises finlandaises cherchent à avoir des fournisseurs en Europe ou plus proches de l'Europe parce qu'aujourd'hui, on est tous conscients des risques."

La directrice générale de l'Organisation mondiale du Commerce, Ngozi Okonjo-Iweala qui a participé également au Forum économique de Bruxelles pour évoquer le rôle de l'Union européenne au sein du système d'échanges international précise à cet égard : "Au début de la pandémie, le commerce international a été perturbé." Mais elle ajoute : "On assiste davantage à une diversification qui inclut d'autres pays d'Asie, par exemple, plutôt qu'à un grand mouvement de relocalisation." Selon elle, "on aura un peu de relocalisation, mais on ne s'attend pas à ce que ce soit la tendance dominante."

Disparités économiques dans le monde

Les prévisions économiques sont positives pour l'Europe, mais des pays émergents et en développement se retrouvent dans une situation beaucoup plus compliquée.

euronews
La directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala dans Real Economyeuronews

D'après Ngozi Okonjo-Iweala, "ce qui explique en grande partie, cette disparité, c'est l'inégalité d'accès aux vaccins." Pour y remédier, elle estime que l'on "doit rapidement fournir des vaccins aux pays et aux régions qui n'en ont pas."

"L'Union européenne fait partie de ceux qui ont le plus exporté de vaccins, pour autant, les Européens ont mis en place des restrictions à l'exportation : j'aimerais que l'Union lève ces règles," insiste-t-elle.

Valdis Dombrovskis voit les choses différemment : "Nous avons mis en place un système de contrôle et d'autorisation d'exportation, mais de manière générale, il ne s'agit pas de restreindre les exportations de vaccins," assure-t-il. Il explique que "l'Union européenne est le premier exportateur de vaccins dans le monde. Depuis décembre, nous avons exporté environ 385 millions de vaccins dans plus d'une centaine de pays : ce qui représente près de la moitié de la production de vaccins dans l'Union," fait-il remarquer.

Les défis à venir

La directrice générale de l'OMC redoute les "pressions inflationnistes en raison de l'ampleur des mesures de relance que de nombreux pays ont prises" tout en estimant que celles-ci sont "une bonne chose."

Ngozi Okonjo-Iweala indique que l'inclusion, en particulier des femmes et des chômeurs, mais aussi la reprise en Afrique sont des défis dont l'Europe doit tenir compte.

Valdis Dombrovskis assure que "la place des femmes sur le marché du travail est une priorité de longue date pour l'Union européenne" et que dans le cadre de la nouvelle politique commerciale européenne, "les pays voisins de l'UE au Sud, à l'Est et en Afrique sont des régions prioritaires pour la coopération."

La pandémie de Covid-19 a généré des difficultés innombrables dans le monde, pas seulement dans le domaine de la santé. Les perspectives économiques européennes commencent à s'améliorer, mais des efforts continus sont encore nécessaires pour bâtir une économie européenne post-pandémique plus résiliente.

Journaliste • Naomi Lloyd

Video editor • Sebastien Leroy

Sources additionnelles • Production : Camille Cadet ; équipe de tournage Bruxelles : Bram Verbeke/ Jorne Van Damme / Karel Verstreken ; motion design : NEWIC

Partager cet article

À découvrir également

Investissements dans l'UE : que peut-on attendre du programme InvestEU ?

Comment en finir avec la pauvreté qui touche un enfant sur quatre dans l'UE ?