Zone euro : Bruxelles prévoit une récession en fin d'année avec une inflation plus forte que prévu

Le commissaire européen à l'économie Paolo Gentiloni à Bruxelles, archives, 2021
Le commissaire européen à l'économie Paolo Gentiloni à Bruxelles, archives, 2021 Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Nous avons des mois difficiles devant nous", a reconnu le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni

PUBLICITÉ

Les mois à venir seront "difficiles" a prévenu le commissaire européen à l'Economie ce vendredi lors d'une conférence de presse. Bruxelles a revu à la baisse la progression du PIB pour les pays de l'Eurozone.

Dés la fin d'année, l'Europe va entrer en récession et subir une inflation plus forte que prévu en raison de la flambée des prix de l'énergie liée à la guerre en Ukraine.

"Le potentiel de perturbations économiques supplémentaires dues à la guerre menée par la Russie est loin d'être épuisé. La plus grande menace vient de l'évolution défavorable du marché du gaz et du risque de pénurie, non pas cet hiver, mais l'hiver prochain", a expliqué Paolo Gentiloni.

Inflation plus forte que prévu

L'Allemagne est la première économie de la zone mais aussi l'une des plus dépendantes au gaz russe. Elle devrait enregistrer l'an prochain la plus faible performance des pays de l'UE avec un recul de 0,6% de son PIB, contre, 0,4 % en France. Le pic de l'inflation devrait lui être atteint d'ici la fin de l'année.

Bruxelles a revu en forte hausse sa prévision d'inflation dans la zone euro pour 2023, à 6,1%, contre seulement 4% anticipé jusqu'ici. "L'incertitude reste exceptionnellement élevée" en raison de la guerre et pourrait conduire à des chiffres encore moins bons, a cependant mis en garde Paolo Gentiloni.

Parmi les notes positives, le marché du travail européen devrait rester solide. Le taux de chômage, qui se situe à un plus bas historique, ne devrait augmenter "que marginalement", passant de 6,8% cette année à 7,2% en 2023 dans la zone euro.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le FMI améliore ses prévisions économiques pour la zone euro

Baisse du prix du gaz, recul de l'inflation: la zone euro peut-elle éviter la récession?

La Suisse et l'Islande ont les salaires les plus élevés de l'UE et de l'EEE