EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Comment les ménages et les entreprises européens font-ils face à la crise énergétique ?

En partenariat avec The European Commission
Comment les ménages et les entreprises européens font-ils face à la crise énergétique ?
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Bryan Carter
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Commission européenne a adopté l'encadrement temporaire de crise pour les aides d'État en mars 2022 afin de soutenir l'économie européenne. L'objectif est d'aider les ménages et les entreprises.

La crise énergétique continue de peser sur les économies, les entreprises et les consommateurs européens. Pour cet épisode de Real Economy, Euronews est à Rome pour voir comment certaines des mesures mises en place au niveau européen ont contribué à atténuer le problème.

Les rues de la Ville éternelle sont toujours aussi animées, mais elles ne peuvent pas occulter le fait que l'augmentation du coût de la vie touche aujourd'hui les Italiens de toutes catégories sociales.

La hausse des prix de l'énergie en Europe a entraîné un taux d'inflation annuel de 8,5 % dans la zone euro. En Italie, avec 10,9%, le coût de la vie a augmenté encore plus.

Ces hausses de prix brutales ne touchent pas seulement les consommateurs. Elles affectent également les entreprises énergivores, comme Gruppo Francia, une usine de production de mozzarella, située dans la banlieue de Rome.

"Nous avons 250 employés travaillant dans nos deux usines. Nous produisons 20 millions de kilos de fromage de différents types et spécialités", déclare Massimo Panagia, PDG de Gruppo Francia Latticini. 

Le PDG de l’entreprise nous révèle que ses factures d'énergie en 2022 étaient trois fois plus élevées que l'année précédente. Si les investissements dans le biogaz et les panneaux solaires ont réussi à réduire en partie les coûts, ils continuent de peser lourdement sur des entreprises comme la sienne.

"Concrètement, cela représente entre 1,3 et 1,4 million d'euros de coûts supplémentaires. Par conséquent, le coût de notre production a beaucoup augmenté", explique l'homme d'affaires italien. 

euronews
Massimo Panagia, PDG de Gruppo Francia Latticini.euronews

Les mesures prises par l'UE sont-elles efficaces ?

Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Commission européenne a adopté l'encadrement temporaire de crise pour les aides d'État en mars 2022 afin de soutenir l'économie européenne.

Il permet aux États membres :

  • d'accorder des montants d'aide limités aux entreprises touchées par la guerre ou les sanctions.
  • de fournir des liquidités aux entreprises
  • de compenser les prix élevés de l'énergie subis par les entreprises.

En Italie, plus de 50 milliards d'euros d'aides d'État ont été approuvés par Bruxelles, dont des crédits d'impôt.

Compte tenu de la facture énergétique, chaque entreprise pouvait comptabiliser 30% de ce montant, et utiliser cette somme comme crédit pour couvrir une partie des impôts à payer pour les mois à venir. Mais d'après Massimo Panagia ce mécanisme n'avait pas un impact significatif sur le flux de trésorerie à court terme.

Ce constat est également partagé par Mauro Savoia, gérant d'un garage automobile à Rome. Après avoir vu ses factures d'énergie doubler en un an, il a également bénéficié d'un crédit d'impôt, mais il estime qu'il faudrait en faire davantage pour aider les petites entreprises.

euronews
Mauro Savoia, gérant d'un garage automobile à Rome, en Italie.euronews

"Il n'y a pas eu d'aide financière particulière. Nous nous attendions au moins à une aide économique ou à des subventions pour aider les entreprises pour la fin de l'année", explique-t-il à euronews. 

Évaluer et repenser le marché énergétique

La guerre en Ukraine a mis en évidence la nécessité de repenser l'approvisionnement, la consommation et la production d'énergie. Pour en savoir plus sur ces questions importantes, nous nous sommes entretenus avec Simone Tagliapietra, expert en énergie du groupe de réflexion Bruegel basé à Bruxelles.

Simone Tagliapietra : "Au cours des derniers mois, les prix de l'énergie ont fortement baissé dans toute l'Europe. Les ménages verront donc, dans les semaines et les mois à venir, leurs factures d'énergie diminuer. Mais ces factures seront encore deux ou trois fois plus élevées que celles que nous avions par le passé."

Bryan Carter, euronews : "L'Europe a mis en place l'encadrement temporaire de crise pour tenter de faire face à la crise énergétique. Est-ce suffisant ou cela va-t-il conduire, comme certains le suggèrent, à une distorsion du marché ?

Simone Tagliapietra : "En temps de crise, l'une des réponses habituelles de l'Europe est d'assouplir un peu les règles relatives aux aides d'État. Quel est donc le problème ? Eh bien, lorsque l'on assouplit et que l'on affaiblit les politiques de concurrence en Europe, par exemple avec les règles en matière d'aides d'État, généralement ce sont les deux plus grands pays, à savoir l'Allemagne et la France, qui en profitent le plus. Ce sont eux, notamment l'Allemagne, qui dispose plus de l’espace fiscal, c'est-à-dire de l'argent à dépenser pour subventionner leurs entreprises. Ainsi, en 2022, nous nous sommes retrouvés dans une situation où 80 % des aides d'État ont été allouées par uniquement par l'Allemagne et la France."

Bryan Carter : "En Italie nous avons rencontré deux dirigeants d'entreprises qui ont bénéficié de crédits d'impôt. Mais, les deux ont déclaré que cela n'était pas suffisant pour les aider. Alors, comment pouvons-nous nous assurer que ces entreprises obtiennent réellement l'aide dont elles ont besoin ?"

Simone Tagliapietra : "Il y avait un ensemble de mesures, le crédit d'impôt en était une, mais il y avait aussi la réduction de la TVA. Alors, bien sûr, les entreprises ont vu leurs factures d'énergie augmenter de trois ou quatre fois. Mais nous devons considérer que sans l'intervention du gouvernement, les factures d'énergie auraient augmenté bien plus que cela."

Bryan Carter : "Nous avons constaté au cours de cette crise que le marché de l'électricité est très vulnérable aux chocs de prix, et l'UE a lancé une consultation pour tenter de réformer ce marché. Quel est votre point de vue à ce sujet ?"

Simone Tagliapietra : "Nous ne pouvons pas espérer que cela puisse résoudre la crise énergétique. Quelle est la cause de cette crise ? Il y a avant tout un déséquilibre entre la demande et l'offre de gaz, notamment après l’invasion de la Russie. Donc la seule façon pour l'Europe de sortir de manière durable de cette crise au cours des prochains mois est de corriger ce déséquilibre, et c’est ce que vous faites en réduisant votre demande et en maximisant l'offre, notamment avec des alternatives. Ce qui signifie construire des unités flottantes de stockage et de gazéification, comme le fait l'Allemagne. Ce qui implique également de signer de nouveaux accords avec les fournisseurs de gaz naturel liquéfié. Vous devez aussi promouvoir l'énergie solaire pour se débarrasser du gaz dans la production d'électricité, et soutenir le déploiement de pompes à chaleur dans les maisons pour se débarrasser de la chaudière à gaz. Ce sont les seules solutions structurelles à la crise énergétique en Europe."

Partager cet article

À découvrir également

Comment mieux répondre aux besoins en soins de longue durée dans l'UE

Comment le gouvernement croate aide ses citoyens à aimer l'euro