La Commission européenne recommande la fin progressive des aides énergétiques

Le Commissaire européen en charge de l'Economie Paolo Gentiloni
Le Commissaire européen en charge de l'Economie Paolo Gentiloni Tous droits réservés AP Photo/Virginia Mayo
Par Efi Koutsokosta
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Commission européenne recommande de réduire d’ici la fin de l’année les plans de soutien mis en place pour répondre à la flambée des coûts de l’énergie.

PUBLICITÉ

Tous les Etats membres de l'Union européenne devraient mettre un terme d'ici la fin de l'année à leurs mesures de soutien pour lutter contre la hausse des prix de l'énergie. C'est la recommandation faite mercredi par la Commission européenne afin de rester dans les clous des règles budgétaires.

Selon l'institution, si les gouvernements décident de maintenir ces outils, ils doivent alors cibler les foyers les plus vulnérables et les entreprises les plus fragiles.

"La principale mesure consiste à réduire progressivement les mesures de soutien universel dans le domaine de l'énergie", juge le Commissaire européen en charge de l’Economie, Paolo Gentiloni.

La Commission a décidé pendant la pandémie de Covid-19 de suspendre les règles budgétaires mais cette pause doit prendre fin l'année prochaine. Une révision de ce cadre est d'ailleurs en cours de négociation, le débat reste cependant très ouvert sur la façon de préserver les investissements tout en réduisant la dette et les déficits dans le même temps.

"Malgré la baisse du niveau de la dette et du déficit par rapport au PIB et la nécessité d'adopter des politiques fiscales plus prudentes, nous ne sommes pas en train d'entrer dans la boucle que nous avons connue lors des crises précédentes, à savoir réduire, réduire, réduire le niveau des investissements publics", assure Paolo Gentiloni.

Dans le cas français, le rapport souligne que Paris ne remplit pas les critères relatifs au déficit, comme 15 aux Etats membres. Mais la France n'est pas non plus en ligne avec les règles budgétaire en matière de dette. Dans ces conditions, la Commission pourrait donc lancer au printemps de l'année prochaine une procédure pour déficit excessif.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les banques françaises investissent des milliards dans les prêts écologiques

France : l'inflation a ralenti en novembre à +3,4% sur un an

Quels seront les motifs des nouveaux billets de banque en euros ?