EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Zone euro : la BCE relève ses taux au plus haut niveau depuis mai 2001

La BCE à Francfort, en Allemagne, samedi 12 mars 2016.
La BCE à Francfort, en Allemagne, samedi 12 mars 2016. Tous droits réservés Michael Probst/AP
Tous droits réservés Michael Probst/AP
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé jeudi son taux d'intérêt de référence à son plus haut niveau depuis mai 2001, tout en laissant planer l'incertitude pour la suite alors que l'effet du resserrement monétaire se fait sentir sur l'économie.

PUBLICITÉ

Un an après avoir lancé le cycle de relèvement des taux le plus rapide de leur histoire, de 4,25 points de pourcentage à ce jour, les gardiens de l'euro ont maintenu le cap.

L’augmentation des taux de 0,25 point de pourcentage décidée jeudi, comme en juin, porte le taux de dépôt des liquidités bancaires à la BCE, qui fait référence, à 3,75%, au plus haut depuis le printemps 2001. C'est la neuvième hausse d'affilée.

La BCE a par ailleurs décidé de ramener à 0% la rémunération d'une partie des réserves des banques à son guichet, qui ont un caractère obligatoire, ce qui va réduire la facture qu'elle doit payer en intérêts sur les réserves qui représentent encore plusieurs billions d'euros.

"L’inflation continue de ralentir" en 2023, mais "devrait toujours rester trop forte pendant une trop longue période", a justifié la BCE dans un communiqué détaillant ses décisions.

En zone euro, l'inflation est certes en recul, à 5,5% sur un an en juin, mais surtout grâce au tassement des prix de l'énergie, et en restant très au-delà de l'objectif de 2% fixé par la BCE.

Les hausses successives de taux commencent à susciter des craintes.

La politique des taux élevés est "risquée" et pourrait "prolonger la phase de faiblesse économique en Europe et en Allemagne que nous vivons actuellement", a déclaré le président de l’institut berlinois DIW Marcel Fratzscher jeudi à un groupe de médias allemand.

Flou

Et la suite? La BCE va fixer ses taux d'intérêt directeurs "à des niveaux suffisamment restrictifs" et ce "pour assurer un retour au plus tôt de l'inflation" à 2%, explique l'institution.

Cela ne permet pas de conclure qu'une nouvelle hausse des taux se profile déjà pour sa prochaine réunion en septembre.

Le gouverneur de la Banque des Pays-Bas, Klaas Knot, indiquait récemment qu'une nouvelle hausse des taux à la rentrée est "au mieux, une possibilité, mais certainement pas une certitude".

En septembre l'institut disposera de nouvelles projections économiques et aura pris connaissance de l'évolution de l'inflation jusqu'en août.

Critiques

Aux Etats-Unis, la banque centrale américaine a montré la voie mercredi en décidant d'une nouvelle hausse de son taux directeur, d'un quart de point à 5,5%, la onzième depuis mars 2022. Le taux est à son plus haut depuis 2001.

En zone euro, les effets de la hausse cumulée des taux sont déjà perceptibles: la demande de crédit, provenant en particulier des entreprises, a atteint son niveau le plus bas depuis 20 ans lors du deuxième trimestre, avait indiqué la BCE mardi.

Problème: cela intervient au moment où les entreprises doivent investir en masse pour verdir leur activité et accentuer le virage numérique.

Une dizaine de militants écologistes d’Attac ont manifesté jeudi face à l’immeuble de la BCE, pour alerter sur la politique de l’argent cher qui à leurs yeux tue dans l’oeuf les efforts à mener pour financer la transition verte de l’économie.

PUBLICITÉ

La zone euro est tombée en légère récession l'hiver dernier, mais les dernières prévisions du Fonds monétaire international voient le PIB (produit intérieur brut) de la région progresser de 0,9% (+0,1 point) en 2023, malgré un recul en Allemagne (-0,3%), seul pays du G7 qui devrait voir la récession perdurer.

La BCE veut freiner l'économie afin que les entreprises et commerces renoncent à augmenter les prix, et que leurs employés modèrent les revendications salariales, qui ont tendance à entretenir l'inflation.

En amont de la réunion de politique monétaire du jour, le cours restrictif de la BCE a été critiqué dans certaines économies européennes fragiles.

Cette politique pourrait créer "une situation plus difficile pour la croissance au niveau européen", avait déclaré mi-juillet le ministre des Finances du Portugal Fernando Medina.

PUBLICITÉ

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni avait elle critiqué fin juin la "recette simpliste" consistant à augmenter les taux d'intérêt pour lutter contre l'inflation, craignant que "le remède se révèle plus dommageable que la maladie".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques