Combien les ménages européens arrivent-ils à économiser chaque mois ?

Shopping en Autriche (photo d'archives)
Shopping en Autriche (photo d'archives) Tous droits réservés Hans Punz/AP2007
Par Servet Yanatma
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Euronews Business examine le montant que les Européens sont en mesure d'épargner chaque mois, alors que la crise du coût de la vie continue de frapper les budgets des ménages.

PUBLICITÉ

En 2022, les ménages de l'Union européenne (UE) ont épargné près d'un huitième de leur revenu disponible, soit environ 12,7 %, bien qu'ils aient mis moins d'argent de côté pour les mauvais jours qu'en 2021.

C'est ce qui ressort de l'étude intitulée "Household Saving Behavior in the Euro Area" ("Epargne des Ménages dans la Zone Euro", Julia Le Blanc, et al. 2016), qui indique également que l'épargne de précaution est le motif le plus souvent cité dans tous les pays de la zone euro, suivi de l'épargne pour la retraite.

Euronews Business a examiné de plus près les données à travers l'Europe pour voir quels pays ont les taux d'épargne des ménages les plus élevés et les plus bas. En outre, nous explorons les raisons qui expliquent les différences significatives entre les pays européens.

Pour rappel, le revenu disponible des ménages est ce dont ils disposent pour dépenser et épargner après impôts et transferts. Le taux d'épargne des ménages est défini comme l'épargne brute des ménages divisée par le revenu disponible brut par Eurostat, l'office statistique officiel de l'UE.

Pays ayant les taux d'épargne les plus élevés

Selon Eurostat, en 2022, le taux d'épargne brut des ménages dans l'Union Européenne variait de -4 % en Grèce à 19,9 % en Allemagne. La Suisse, qui ne fait pas partie de l'UE, affiche le taux de plus élevé d'Europe avec 23,4%. 

Sept pays de l'UE affichaient des taux d'épargne des ménages supérieurs à 15 %. L'Allemagne était suivie par les Pays-Bas (19,4 %), le Luxembourg (18,1 %) et la France (17,1 %).

Ces pays ont pu épargner davantage car les ménages disposaient d'un revenu disponible plus élevé.

Pays où les gens dépensent plus qu'ils ne gagnent

La Grèce (-4 %) et la Pologne (-0,8 %) affichent des taux d'épargne des ménages négatifs. Cela signifie que les ménages de ces deux pays ont dépensé plus que leur revenu disponible brut. Cela suggère qu'ils ont soit utilisé l'épargne accumulée au cours des périodes précédentes, soit emprunté pour financer leurs dépenses.

Douze membres de l'UE, dont la Grèce et la Pologne, ont enregistré des taux d'épargne inférieurs à 10 % en 2022.

Les taux d'épargne dans d'autres pays européens étaient les suivants : Suisse (23,4 %), Suède (16 %), Autriche (15,2 %), Belgique (12,9 %), Italie (9,8 %) et Royaume-Uni (6,5 %, 2019).

Comme le montre la carte ci-dessous, les taux d'épargne des ménages n'indiquent pas de clivage important entre les différentes régions d'Europe, telles que les États occidentaux, nordiques, méridionaux et orientaux. Seuls trois pays baltes affichent des taux inférieurs à 5 %.

Épargne des ménages par habitant dans l'UE

Si l'on considère les chiffres plutôt que les taux, l'épargne brute des ménages par habitant dans l'UE s'élevait à 2 723 € en 2022. Elle variait de -523 € en Grèce à 8 136 € au Luxembourg dans l'UE. La Suisse, un pays de l'AELE, avait l'épargne des ménages par habitant la plus élevée avec 13 676 €.

Outre le Luxembourg, l'épargne des ménages par habitant était supérieure à 4 000 € dans les pays suivants : Allemagne (5 912 €), Pays-Bas (5 638 €), Autriche (4 567 €), Suède (4 481 €), France (4 287 €), Norvège (4 243 €) et Danemark (4 067 €).

L'épargne des ménages par habitant était inférieure à 1 000 € dans sept États membres de l'UE, parmi lesquels la Grèce et la Pologne affichaient des valeurs négatives.

Se rapprocher des niveaux d'avant COVID-19

Si l'on considère les deux dernières décennies, les taux d'épargne des ménages dans l'UE et dans la zone euro ont augmenté de façon spectaculaire pendant la pandémie de COVID-19, c'est-à-dire en 2020 et 2021. Le taux d'épargne de l'UE était auparavant resté relativement stable, entre 11,6 % et 13,5 %, de 2002 à 2019.

Ce taux n'avait jamais dépassé 13,5 % dans l'UE avant la pandémie. Il est passé à 18,5 % en 2020 et à 16,4 % en 2021. Les chiffres de 2022 suggèrent que le taux d'épargne de l'UE se rapproche des niveaux d'avant la pandémie de COVID-19.

Les principales raisons d'épargner

L'une des raisons pour lesquelles l'épargne a considérablement augmenté pendant la crise COVID-19 est que certaines possibilités de dépenses ont été restreintes. Il s'agit notamment de l'achat de services d'accueil, de divertissement et de voyage ; ce phénomène a été particulièrement marqué en 2020, selon Eurostat.

L'étude explique également que les taux d'épargne des ménages ont tendance à augmenter pendant les périodes d'incertitude économique, car les ménages épargnent davantage lorsque le risque de perdre un emploi augmente, et ils décident souvent de  différer les dépenses pour les biens et services non essentiels.

PUBLICITÉ

Une étude récente de Can Xu, publiée dans Economic Analysis and Policy, explique la hausse observée pendant la pandémie de COVID-19 par la théorie de "l'épargne de précaution". Une incertitude accrue a un effet positif sur l'épargne parce que les ménages sont prudents et veulent se protéger d'éventuels imprévus, ce qui a un impact négatif significatif sur la consommation courante et un impact positif sur l'épargne.

Basé sur les données 2008-2011, un article universitaire de Julia Le Blanc et ses collègues a également constaté que l'épargne de précaution est le motif le plus souvent cité dans tous les pays de la zone euro, suivi de l'épargne pour la retraite. L'article révèle aussi que les variables liées à la structure du système fiscal et à la générosité des systèmes de sécurité sociale et d'aide sociale sont des déterminants importants de l'épargne des ménages.

Différences entre les pays

Selon un document publié par la Commission européenne, les niveaux de revenus, la dépendance liée à l'âge et l'incertitude peuvent expliquer plus de la moitié de la variance des taux d'épargne.

Ce document, intitulé "Household saving rates in the EU : Why do they differ so much ?" ("Taux d'épargne des ménages dans l'UE : Pourquoi de telles différences ?"), de Stijn Rocher et Michael H. Stierle, examine les taux d'épargne entre 2000 et 2012 dans 25 pays de l'UE. Selon l'étude, les taux d'épargne des ménages diffèrent considérablement entre les pays de l'UE et les différences se sont avérées persistantes dans le temps.

Les pays riches épargnent davantage

Il va sans dire que les pays les plus riches sont en mesure d'épargner davantage, tandis que les pays où la dépendance à l'égard du vieillissement est élevée ont des taux d'épargne plus faibles, car la population en âge de travailler a tendance à épargner davantage que les personnes âgées et les jeunes.

PUBLICITÉ

La faiblesse des finances publiques encourage également les ménages à épargner davantage. Il a également été constaté qu'une inflation plus élevée était liée à des taux d'épargne des ménages plus faibles.

Les différences significatives des revenus et de l'épargne en Europe démontrent l'ampleur des inégalités sur le continent.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Europe : les inégalités de pouvoir d'achat persistent sur le continent

Frais de retour : comment faire des économies sur vos achats de Noël ?

Où la classe moyenne paie-t-elle les impôts les plus élevés et les plus bas en Europe ?