Comment une publicité de Zara a déclenché une campagne de boycott contre la marque

Des passants devant un magasin Zara fermé en raison des sanctions dans un centre commercial de Saint-Pétersbourg, en Russie, le mardi 31 mai 2022.
Des passants devant un magasin Zara fermé en raison des sanctions dans un centre commercial de Saint-Pétersbourg, en Russie, le mardi 31 mai 2022. Tous droits réservés AP Photo
Par Doloresz Katanich avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

De grandes marques comme l'espagnole Zara et l'allemande Puma sont confrontées à une campagne de boycott palestinienne de plus en plus large.

PUBLICITÉ

Zara a présenté ses excuses et retiré de son site web et de son application une campagne publicitaire mettant en scène des mannequins aux membres manquants et des statues enveloppées de blanc, après que certains militants pro-palestiniens aient appelé au boycott de la marque de prêt-à-porter, a rapporté Reuters.

Inditex, qui possède Zara, a déclaré que ce changement faisait partie de sa procédure normale de renouvellement du contenu.

La société a ensuite publié des excuses sur son compte Instagram, qui a été inondé de dizaines de milliers de commentaires furieux, dont beaucoup incluent des drapeaux palestiniens, alors que le mot "#BoycottZara" est en vogue sur la plateforme de messagerie X.

Sur l'une des photos, une personne porte un mannequin enveloppé de blanc, sur une autre, un buste est allongé sur le sol et une autre montre un mannequin sans bras. Les critiques se sont plaints qu'elles ressemblaient à des photos de cadavres enveloppés dans des linceuls blancs à Gaza.

Sur son compte Instagram, la marque espagnole a publié le commentaire suivant : 

"Suite aux nombreux commentaires sur notre dernière campagne Zara Atelier 'The Jacket' (La Veste), nous voudrions partager ceci avec nos clients :

Cette campagne publicitaire, qui a été conçue en juillet et photographiée en septembre, présente une série d'images de sculptures inachevées dans un studio de sculpteur, et a été créée avec pour seul objectif de présenter des vêtements artisanaux dans un contexte artistique.

Malheureusement, certains clients ont été choqués par ces images, qui ont depuis été supprimées, en y voyant quelque chose de très différent de notre intention initiale.

Zara regrette ce malentendu et souhaite réaffirmer son profond respect envers tous".

La marque n'a pas commenté les appels au boycott, mais a précisé que la collection "Atelier" avait été conçue avant le début de la guerre entre Israël et le Hamas, le 7 octobre. Les commentaires Instagram ont répondu : "Peu importe la date de conception, n'importe qui peut comprendre qu'il n'est pas nécessaire de la mettre en ligne".

Lors du lancement de la collection le 7 décembre, Zara a déclaré qu'elle s'inspirait de la couture masculine des siècles passés. Les photos semblent montrer un atelier d'artiste avec des échelles, des matériaux d'emballage, des caisses en bois et des grues, ainsi que des assistants portant des combinaisons de travail.

Les appels au boycott se multiplient depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas

Cette réaction met en lumière la sensibilité accrue des marques internationales face à l'intensification des combats à Gaza et à la multiplication des appels au boycott des entreprises.

Le PDG de Web Summit a démissionné en octobre après avoir fait des commentaires sur le conflit entre Israël et le Hamas.

Les campagnes de boycott liées à la guerre ont touché des marques occidentales, telles que McDonald's et Starbucks, dans certains pays arabes, principalement en Égypte et en Jordanie, mais aussi au Koweït et au Maroc.

Certaines des entreprises visées par la campagne sont perçues comme ayant adopté des positions pro-israéliennes, tandis que d'autres auraient des liens financiers avec Israël ou des investissements dans ce pays.

L'année dernière, Zara s'est attiré les foudres de certains Palestiniens et Israéliens après que le directeur de la franchise locale de la marque en Israël a organisé un événement de campagne pour un politicien ultranationaliste.

La marque allemande Puma est la dernière à avoir été affectée. L'entreprise de vêtements de sport a annoncé mardi qu'elle mettrait fin à son parrainage de l'équipe nationale de football d'Israël l'année prochaine, mais elle affirme qu'il s'agit d'une décision prise en 2022, bien avant l'attaque du Hamas du 7 octobre, d'après le Financial Times.

"Alors que deux nouvelles équipes nationales signées seront annoncées plus tard cette année et en 2024, les contrats de certaines fédérations telles que la Serbie et Israël expireront en 2024", a déclaré un porte-parole à Reuters.

PUBLICITÉ

Toutefois, avant l'attentat du 7 octobre, le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), dirigé par les Palestiniens, avait appelé au boycott de l'entreprise de vêtements de sport en raison de son parrainage de l'équipe israélienne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Boycotter des entreprises s'avère-t-il payant ?

Pressions internationales pour un cessez-le-feu à Gaza

USA : pourquoi les conservateurs boycottent la bière Bud Light ?