Le marché unique européen met les objectifs écologiques et numériques au centre de ses préoccupations

Des visiteurs mangent du gâteau de cheminée, un plat de fête traditionnel hongrois, sur l'un des marchés de Noël en plein air les plus célèbres d'Europe, le marché de l'Avent Bazilika, dans le centre de Budapest.
Des visiteurs mangent du gâteau de cheminée, un plat de fête traditionnel hongrois, sur l'un des marchés de Noël en plein air les plus célèbres d'Europe, le marché de l'Avent Bazilika, dans le centre de Budapest. Tous droits réservés Denes Erdos/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Denes Erdos/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Découvrez comment le marché unique européen prévoit de se concentrer davantage sur les objectifs numériques et écologiques en 2024.

PUBLICITÉ

Le marché unique européen a été créé en 1993 pour permettre la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux dans l'ensemble de l'Union européenne. Il s'agit du plus grand bloc commercial au monde, composé de 27 États membres de l'Union européenne et de plus de 440 millions de consommateurs.

Le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège ont également accès à l'Union européenne par le biais de l'accord sur l'Espace économique européen, mais avec certaines exceptions. La Suisse, quant à elle, ne peut accéder que partiellement à ce marché unique par le biais d'accords bilatéraux.

Depuis sa création, le marché unique européen a permis à l'économie de l'UE d'avoir accès à des sources d'approvisionnement variées, à un large bassin de demande et à plusieurs possibilités d'expansion de la production et de l'innovation. Il contribue également à la mise en place de conditions de travail et de droits sociaux solides, tout en renforçant la position de négociation de l'UE au niveau mondial.

Toutefois, la complexité et la mise en œuvre des règles restent un défi permanent.

La Commission européenne a récemment publié son rapport annuel 2024 sur le marché unique et la compétitivité, qui décrit les objectifs, les défis et les avantages du marché unique européen au cours de l'année écoulée. Ce rapport a été recommandé par le Conseil européen de mars 2023 et va plus loin que les précédents rapports annuels sur le marché unique afin de mieux contrôler sa compétitivité.

Le rapport met principalement en évidence neuf moteurs de la compétitivité du marché unique, ainsi que les progrès ou les reculs annuels auxquels ils ont été confrontés jusqu'à présent. Ces moteurs sont les suivants :

  • Investissements publics et infrastructures
  • Energie
  • Education et compétences
  • Recherche et innovation
  • Circularité
  • Accès aux capitaux privés
  • Fonctionnement du marché unique
  • Autonomie commerciale et stratégique ouverte
  • Numérisation

Évolution des défis géopolitiques et économiques pour le marché unique européen

À la suite des revers subis par plusieurs secteurs en raison de la pandémie de Covid-19 et de l'invasion russe de l'Ukraine, la Commission européenne a pris plusieurs mesures pour améliorer la résilience du bloc commercial.

Il s'agit notamment de réduire la dépendance à l'égard de l'énergie russe, d'établir des partenaires d'approvisionnement plus diversifiés et de donner la priorité aux transitions numérique et verte. D'autres objectifs climatiques, tels que l'objectif "zéro émission" et les objectifs de réduction des émissions, ont également été mis en avant.

Toutefois, des défis permanents tels que les tensions géopolitiques, les risques liés aux avancées technologiques comme l'intelligence artificielle, les pénuries de main-d'œuvre et la flambée de l'inflation et des taux d'intérêt continuent de faire peser une menace sur ces objectifs. La domination croissante de la Chine dans les secteurs des véhicules électriques et des semi-conducteurs constitue également une autre menace pour l'UE.

Les conditions financières de l'UE se sont également considérablement dégradées l'année dernière, ce qui a contribué à ce que les entreprises aient du mal à investir. Cette situation s'explique principalement par la flambée des taux d'intérêt et par le durcissement des conditions d'octroi des lignes de crédit et des nouveaux prêts.

D'un autre côté, l'UE dispose d'infrastructures, de recherches et de services de grande qualité, d'une base manufacturière supérieure et d'une longueur d'avance dans le développement de technologies propres. Ces éléments pourraient grandement contribuer à relever les défis susmentionnés, en particulier lorsqu'il s'agit de développer ses propres véhicules électriques et semi-conducteurs.

Des mesures telles que le mécanisme de relance et de résilience (RRF), les fonds de la politique de cohésion de l'UE et d'autres programmes similaires ont également beaucoup contribué à faire avancer la transition numérique et verte, même en période de faible investissement en capital et de confiance vacillante.

En outre, à la fin de l'année dernière, le Conseil européen a également travaillé sur des projets d'élargissement de l'Union européenne, qui augmenteraient également la portée du marché unique, en s'efforçant d'inclure davantage de pays candidats. Il s'agit également d'améliorer les accords de libre-échange complet et approfondi déjà conclus avec la Moldavie et l'Ukraine pour 2023-2024.

Les objectifs écologiques et numériques sous les feux de la rampe

Le premier rapport annuel sur les principales conclusions de l'Observatoire européen des écosystèmes industriels (EMI) est un document de travail des services de la Commission qui accompagne le rapport susmentionné. L'EMI est utilisé par les membres de l'industrie de l'UE, les décideurs politiques et les États membres pour évaluer les progrès de la double transition dans tous les secteurs, en examinant le taux d'adoption de la technologie par les entreprises et les particuliers. Il évalue également la compétitivité des technologies de l'UE par rapport à ses homologues mondiaux.

Selon l'EMI, en 2022, seules 69 % des petites et moyennes entreprises (PME) avaient un niveau d'intensité numérique de base, ce qui était encore loin de l'objectif de 90 % que s'est fixé l'UE d'ici à 2030.

L'intensité numérique est mesurée par l'indice d'intensiténumérique, qui prend en compte 12 paramètres numériques choisis, par exemple l'utilisation de l'IA, d'un site web, des médias sociaux, l'accès aux ordinateurs pour les employés, etc.

Les entreprises dont le niveau d'intensité numérique est basique répondent à au moins quatre de ces douze paramètres, tandis que les entreprises dont l'intensité numérique est élevée répondent à sept à neuf de ces normes. Les entreprises ayant un niveau d'intensité numérique très élevé respectent entre 10 et 12 des paramètres.

Toutefois, l'EMI note que 49 % des PME ont déclaré accélérer leurs investissements dans les technologies numériques, l'aérospatiale et la défense, les entreprises actives dans les technologies vertes et l'agroalimentaire étant en tête de liste.

PUBLICITÉ

Certains secteurs basés sur les services, tels que le tourisme, ont également dû faire face à un déficit de compétences, car la disponibilité des compétences numériques et écologiques était limitée, malgré une forte demande. Les secteurs de la création et de la culture, ainsi que la construction, ont connu une demande particulièrement élevée en matière de compétences numériques.

Les entreprises numériques des secteurs de l'électronique, de la mobilité et de la vente au détail sont celles qui ont reçu le plus d'investissements de la part des sociétés européennes de capital-risque et de capital-investissement en 2021. Toutefois, le financement privé est encore assez faible dans l'UE, par rapport aux États-Unis, qui comptent beaucoup plus d'entreprises à grande échelle que l'Europe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

De nombreux Européens ne comprennent pas les fondamentaux de l'économie

Les Européens à faibles revenus mènent une lutte acharnée contre le coût du logement

Voici pourquoi l'économie allemande reste la plus en difficulté en Europe