Comment bien utiliser l'IA dans le monde du travail ?

Des personnes se reflètent dans la fenêtre d'un bâtiment sur la Promenade de Davos avec un slogan sur l'IA à côté du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, le jeudi 18 janvier 2024.
Des personnes se reflètent dans la fenêtre d'un bâtiment sur la Promenade de Davos avec un slogan sur l'IA à côté du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, le jeudi 18 janvier 2024. Tous droits réservés Markus Schreiber/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Markus Schreiber/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Selon Arun Sundararanjan, professeur à l'université de New York, compléter l'IA avec les compétences humaines pourrait être un avantage dans le monde du travail.

PUBLICITÉ

Arun Sundararajan, qui enseigne l'entrepreneuriat et les technologies numériques à la "Stern School of Business", affirme, à Euronews Business : "Je pense que les personnes qui comprennent comment tirer parti de l'IA, pour compléter leur humanité, auront plus de facilité que celles qui essaient de s'éloigner de l'IA, car vous savez que l'IA générative a, à un moment donné, de très fortes chances de reproduire tout ou partie de ce que vous faites.

"C'est pourquoi une première étape importante pour savoir comment passer à ce que je vais faire ensuite consiste à bien utiliser l'IA, de sorte qu'au moins vous vous renseignez sur ce qu'elle sait faire. Quelle sera sa qualité dans quelques années ? Et quelles sont les niches que je peux exploiter, en tant qu'être humain, pour rester pertinent ?", ajoute-t-il. 

Comment les entrepreneurs peuvent-ils utiliser l'IA pour compléter leurs capacités humaines ?

Selon Arun Sundararajan, l'IA peut être très utile dans les situations où elle prend en charge les tâches les plus routinières ou les plus chronophages, comme répondre aux courriels, créer des présentations, écrire d'interminables lignes de code, etc.

Les entrepreneurs sont ainsi libres de s'occuper des tâches plus créatives ou plus délicates, comme l'idéation. Il s'agit de penser à de nouveaux produits, de trouver de nouveaux marchés cibles, ainsi que de nouvelles façons d'améliorer et de réorganiser les produits existants.

Ainsi, en combinant le meilleur de l'IA et des capacités humaines, les entrepreneurs peuvent offrir à leurs clients des produits plus efficaces et de meilleure qualité, tout en conservant la touche humaine.

Arun Sundararanjan explique : "Pour moi, l'une des plus grandes promesses de l'IA, et en particulier de l'IA générative, est la possibilité de donner aux gens des capacités qu'ils n'ont pas, et de créer une toute nouvelle génération de micro-entrepreneurs qui possèdent une minuscule part de l'économie".

"De nouveaux travailleurs de la santé, de nouveaux analystes financiers, de nouveaux éducateurs, de nouveaux assistants juridiques, de nouveaux créatifs, qui peuvent tous avoir la motivation et les idées, mais pas les compétences techniques ou créatives ou une partie du savoir-faire pour être en mesure de traduire cette vision entrepreneuriale dans la réalité", ajoute-t-il. 

Arun Sundararanjan souligne également que, dans plusieurs cas, même des personnes qui n'ont pas l'intention de devenir entrepreneurs peuvent être amenées à le faire en raison de toutes les possibilités offertes par l'IA générative.

De même, dans le domaine de l'éducation, les entrepreneurs ainsi que les éducateurs peuvent utiliser l'IA pour offrir une éducation de haute qualité aux communautés défavorisées ou aux pays moins développés qui n'ont pas toujours les mêmes possibilités.

Les frontières entre l'IA et le capital humain sont vitales

Quels que soient les progrès que l'IA pourrait contribuer à apporter sur les lieux de travail, il faut toujours établir une frontière entre la technologie et le capital humain, afin d'encourager l'esprit d'entreprise et de protéger les emplois.

Évoquant certains des dangers liés à l'utilisation de l'IA par les entreprises dans les processus de travail, Arun Sundararajan affirme : "Je pense que beaucoup d'entreprises vont personnaliser l'IA pour leurs meilleurs employés, en saisissant la manière dont ils font leur travail, la manière dont ils rédigent des propositions commerciales réussies, la manière dont ils écrivent un bon contenu marketing".

"Et je pense que c'est là que le danger commence à croître pour l'employé car, si vos capacités commencent à être reproduites dans un système d'IA qui a peut-être été développé au départ pour vous aider à travailler, que se passera-t-il lorsque vous quitterez l'entreprise ?"

"Votre assistant IA, votre jumeau numérique, pourrait rester derrière et quelqu'un qui est payé la moitié de ce que vous faites pourrait finir par être presque aussi productif que vous, parce qu'il a votre capital intellectuel", confieArun Sundararajan. 

À court terme, bien que l'IA puisse contribuer à libérer une partie de la charge de travail des employés, elle pourrait également décourager les travailleurs très performants de donner le meilleur d'eux-mêmes dans un travail, de peur d'être facilement remplacés par l'IA. Ainsi, ils pourraient vouloir conserver une partie de leur capital humain, afin d'être toujours un candidat attractif pour leur prochain emploi.

À long terme, cela pourrait conduire à ce que plusieurs employés soient sous-payés et à des pertes d'emplois plus importantes à l'échelle mondiale, car l'IA parvient de mieux en mieux à reproduire le travail humain.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Intelligence artificielle : le recours à la surveillance de masse pourrait s'intensifier en Europe

L'UE s'accorde sur une régulation historique de l'intelligence artificielle

L'intelligence artificielle risque-t-elle de nous mener vers l'extinction ?