PUBLICITÉ

Des Patriots pour l'Ukraine : les appels se multiplient pour que les pays de l'UE fournissent des systèmes de défense aérienne

Le haut représentant Josep Borrell a présidé la réunion conjointe des ministres des affaires étrangères et de la défense à Luxembourg.
Le haut représentant Josep Borrell a présidé la réunion conjointe des ministres des affaires étrangères et de la défense à Luxembourg. Tous droits réservés Alexandros Michailidis/Alexandros Michailidis
Tous droits réservés Alexandros Michailidis/Alexandros Michailidis
Par Jorge Liboreiro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les pays de l'Union européenne qui possèdent des systèmes de défense aérienne sont pressés d'accroître leur aide à l'Ukraine.

PUBLICITÉ

La question de l'assistance a pris un caractère d'urgence après que la Russie a renouvelé ses attaques avec des drones et des missiles contre l'Ukraine, détruisant des infrastructures critiques et des bâtiments résidentiels, et tuant des dizaines de civils.

L'Allemagne a déclaré ce mois-ci qu'elle enverrait à Kyiv une troisième batterie Patriot, un système avancé de fabrication américaine capable d'intercepter les projectiles entrants, et a mis en place une initiative visant à encourager d'autres pays à faire don de défenses aériennes supplémentaires.

Le président ukrainien, Volodymr Zelensky, a demandé au moins sept systèmes Patriot supplémentaires, ou des équipements similaires, pour protéger le ciel.

"Nous n'excluons pas que l'infrastructure de nos autres centrales nucléaires et réseaux de distribution soit également menacée par le terrorisme russe", a souligné le président ukrainien la semaine dernière aux dirigeants de l'UE.

"Cela ne peut être arrêté que par la défense aérienne, par des systèmes spécifiques tels que Patriot, IRIS-T, SAMP-T, NASAMS... Des systèmes que vous possédez. Ils sont nécessaires en Ukraine en ce moment même - nécessaires pour empêcher Poutine de s'appuyer sur des méthodes terroristes".

L'OTAN a également abordé la question la semaine dernière lors d'une réunion avec des représentants ukrainiens. Le secrétaire général Jens Stoltenberg a expliqué que les alliés avaient "cartographié" les capacités existantes des systèmes aériens et que de nouvelles annonces seraient faites "bientôt".

Toutefois, aucun autre engagement n'a suivi la promesse de Berlin.

Cette situation a renforcé les regards vers l'Espagne, la Grèce, les Pays-Bas et la Roumanie, les autres pays de l'UE qui possèdent des systèmes Patriot. Outre leur efficacité prouvée, ce dispositif a l'avantage d'être connus de l'armée ukrainienne. Cependant, leur fabrication peut prendre jusqu'à deux ans, ce qui les rend plus difficiles à remplacer à court terme.

La Pologne possède également deux systèmes Patriot, mais ils sont nécessaires à la défense du pays, qui partage une frontière avec l'Ukraine et l'enclave russe de Kaliningrad.

Lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense lundi, le Haut représentant, Josep Borrell, a fait monter la pression politique en demandant des livraisons de batteries et de munitions.

"Nous devons insister sur la capacité des États membres de l'Union européenne à accroître leur soutien à l'Ukraine", a insisté le responsable espagnol à son arrivée.

"Nous devons fournir des intercepteurs aux batteries dont ils disposent déjà et en augmenter le nombre. Voyons ce que les États membres sont capables de faire, de fournir. Parce qu'à Bruxelles, nous n'en avons pas".

La ministre néerlandaise des Affaires étrangères, Hanke Bruins Slot, a précisé que son pays étudiait "toutes les possibilités" et a exprimé son soutien à la nouvelle initiative de l'Allemagne. Elle a toutefois prévenu qu'il serait "difficile" d'épuiser les stocks du pays.

Interrogé sur une éventuelle contribution de l'Espagne, José Manuel Albares Bueno a évité de répondre directement et a expliqué que l'Espagne se tiendrait "toujours" aux côtés de l'Ukraine.

"Nous sommes très conscients de la nécessité de disposer de systèmes de défense aérienne et en particulier de systèmes Patriot", a-t-il ajouté.

La réunion de lundi a eu lieu quelques jours après que le Congrès américain a voté en faveur d'un projet de loi qui débloquerait 61 milliards de dollars (57,4 milliards d'euros) pour fournir des équipements militaires à l'Ukraine. Cette avancée a été saluée par les responsables européens, qui se sont efforcés de compenser l'absence de soutien américain et craignent que les pénuries auxquelles sont confrontées les forces armées ukrainiennes ne renforcent encore la position de la Russie.

Toutefois, le fait que l'aide américaine soit de nouveau sur les rails ne signifie pas que l'UE puisse réduire ses efforts, ont prévenu les ministres lundi.

"À ce stade, nous pouvons dire que nous avons évité une balle historique, mais malheureusement, de nombreuses autres balles sont en route. Nous pouvons donc nous réjouir pour un jour, mais nous devons nous préparer à la bataille de demain. Il ne peut y avoir de recul, ni d'arrêt de l'assistance", a insisté le Lituanien Gabrielius Landsbergis.

PUBLICITÉ

"Tout le monde doit continuer à aller de l'avant", a-t-il ajouté.

Le ministre suédois de la défense, Pål Jonson, s'est fait l'écho de cet appel, soulignant l'évolution de la guerre et les petites avancées réalisées par les troupes russes au cours des dernières semaines.

"Nous devons passer à la vitesse supérieure, c'est absolument crucial", a rappelé Pål Jonson à la presse, "le défi se situe actuellement au niveau des forces terrestres, la trajectoire va dans la mauvaise direction".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie a attaqué Kostiantynivka, près du Donetsk, avec une bombe aérienne guidée

L'Ukraine attend l'arrivée de l'aide américaine avec impatience

États-Unis : la Chambre des représentants approuve l'aide à l'Ukraine, à Israël et à Taïwan