EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Steven Spielberg récompensé par un Ours d'or à la Berlinale

ZDF via EBU
ZDF via EBU Tous droits réservés Steven Spielberg et son Ours d'or d'honneur
Tous droits réservés Steven Spielberg et son Ours d'or d'honneur
Par Frédéric Ponsard
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une carrière immense, d'E.T. à La Liste de Schindler, en passant par Indiana Jones ou Les Dents de la mer... Steven Spielberg reçoit à Berlin un Ours d'or d'honneur et rappelle sa judéité, alors que son dernier film, "The Fabelsman" sort sur les écrans.

PUBLICITÉ

Steven Spielberg s'est vu remettre par la Berlinale un Ours d'Or d'honneur pour l'ensemble d'une carrière qui a changé l'histoire du cinéma, des "Dents de la Mer" à "E.T." en passant par "La Liste de Schindler".

Steven Spielberg a reçu à Berlin un Ours d'Or honorifique pour l'ensemble de sa carrière.

Il est aujourd'hui le metteur en scène le plus connu et reconnu au monde.

C'est Bono, grand fan du cinéaste, qui lui a remis l'Ours d'or.

Une ovation pour le cinéaste de 76 ans, sous les yeux de celle qui est sa femme depuis 30 ans, Kate Capshaw. )

"Cet honneur a une signification particulière pour moi, parce que je suis un réalisateur juif et que j'aime à croire qu'il s'agit d'un de ces petits moments continu, avec cet effort permanent et beaucoup plus vaste de guérison des endroits brisés de l'histoire, ce que les juifs appellent 'Tikkun olam', la réparation et la restauration du monde."
Steven Spielberg
Réalisateur

Il est également revenu sur le tournage de "The Fabelmans", son film quasi-autobiographique qui sort mercredi en France, et raconte l'histoire d'un enfant qui tente de faire face à la séparation de ses parents, et la naissance parallèle de la vocation d'un cinéaste.

"Il fallait raconter une histoire avec plein de moments rigolos mais aussi beaucoup de scènes qui ont été traumatisantes. Rien que de recréer ces scènes, ça a été très dur", a-t-il confié.

"J'ai toujours voulu raconter l'histoire de ma mère, de mon père et de ma soeur, et cette sorte de lutte incroyable entre l'art et la famille. Je l'ai eu en tête toute ma vie, ça a infusé dans tous mes films, tous mes films sont personnels et beaucoup sont sur la famille, mais rien n'est aussi personnel que "The Fabelmans".

A 76 ans, Spielberg se dit "toujours aussi excité" par le cinéma : trouver une histoire à filmer, "ça dépasse tout le reste dans ma vie, sauf peut-être la naissance d'un enfant", a-t-il ajouté.

Steven Spielberg a confié aussi travailler sur un projet d'adaptation en série télévisée d'un scénario original de Stanley Kubrick sur Napoléon, dans ses tiroirs depuis des années.

Nous "sommes en train de monter une grande production" pour une série en sept épisodes pour la chaîne américaine HBO à partir de ce scénario écrit en 1961, a-t-il assuré lors d'une conférence de presse à Berlin.

Spielberg avait déjà évoqué il y a dix ans le fait qu'il développait pour une mini-série ce scénario écrit par le réalisateur de "2001 : l'Odyssée de l'Espace" et "Orange Mécanique", et qui lui a déjà inspiré "AI : Intelligence artificielle" (2001).

Kubrick, décédé en 1999, n'est jamais venu à bout de son propre projet de biopic de Napoléon.

Video editor • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Berlinale 2023 : une 73e édition sur fond de revendications politiques

Les temps forts de la Berlinale : un palmarès quasi-exclusivement féminin

Donald Sutherland, la star de "Don't Look Now", "M.A.S.H.", "The Hunger Games", est décédé à 88 ans