Les Beatles deviennent ukrainiens pour la nouvelle édition de l'Eurovision

Les Fab Four arborent désormais de nouvelles tenues: des Vyshyvanka traditionnelles ukrainiennes
Les Fab Four arborent désormais de nouvelles tenues: des Vyshyvanka traditionnelles ukrainiennes Tous droits réservés @bbceurovision
Tous droits réservés @bbceurovision
Par David Mouriquand
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La statue des Beatles à Liverpool a été habillée de vyshyvankas blanches, un costume national ukrainien, en prévision de l’Eurovision qui se déroulera dans la ville. La BBC a choisi d’utiliser la police de caractères Penny Lane pour l’événement, en hommage au tube des Beatles de 1967.

PUBLICITÉ

La statue des Beatles à Liverpool vient de faire peau neuve. Quelques semaines avant l'édition 2023 de l'Eurovision qui doit se tenir dans la ville côtière, les Fab Four ont revêtus des Vyshyvanka, les chemises traditionnelles ukrainiennes, en hommage au pays déchiré par la guerre.

La fête ukrainienne Vyshyvanka Day, qui a généralement lieu la troisième semaine de mai, voit les habitants du pays embrasser leur histoire folklorique et porter des costumes traditionnels.

Arrivée en deuxième place à l'Eurovision 2022, le Royaume-Uni accueille l'évènement à la place du vainqueur, l'Ukraine, en raison de la guerre sur son territoire, et les Beatles en seront les mascottes. 

La BBC a déclaré que l'Ukraine serait un "thème riche qui traverserait" l'événement, et les couleurs du drapeau ukrainien ont été vues autour de Liverpool, y compris sur la sculpture du Superlambanana.

Canva
La sculpture du Superlambanana à LiverpoolCanva

L'Eurovision 2023 aura lieu au M&S Bank Arena de Liverpool. Les demi-finales auront lieu les 9 et 11 mai, tandis que la grande finale aura lieu le 13 mai et sera également diffusée dans les cinémas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Liverpool finalise les derniers préparatifs de l'Eurovision

L'Ukraine, qui a remporté l'Eurovision, ne pourra pas accueillir le concours l'année prochaine

Alfredo Cunha, le photographe que la révolution n'a pas laissé dormir