La fin de la fast fashion ? L'UE l'espère

Une femme cherche des vêtements usagés parmi des tonnes de déchets dans le désert d'Atacama, au Chili.
Une femme cherche des vêtements usagés parmi des tonnes de déchets dans le désert d'Atacama, au Chili. Tous droits réservés AFP via Getty Images
Tous droits réservés AFP via Getty Images
Par Saskia O'Donoghue
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

On estime que l'industrie de la mode est l'un des plus grands pollueurs au monde, responsable d'environ 20 % des eaux usées de la planète et d'environ 10 % des émissions de gaz à effet de serre. L'Europe s'est donnée pour objectif de changer cette situation, mais est-ce une possibilité réelle ?

PUBLICITÉ

La fast fashion serait-elle enfin arrivée à bout de souffle ? C'est en tout cas ce que pense l'Union européenne.

Alors que de nombreux consommateurs, sous l'impulsion de la génération Z "woke", affirment vouloir faire des choix plus durables en matière d'habillement, l'UE ne fait peut-être que prendre ses désirs pour des réalités.

Les leaders du secteur, Boohoo, Pretty Little Thing et ASOS, ont en effet vu leurs bénéfices diminuer ces dernières années, mais Zara et H&M ont enregistré des gains considérables.

Quant à Shein, en dépit de ses fréquentes réclamations en matière de droits d'auteur et de la visite vivement critiquée que la compagnie avait organisée avec des influenceurs dans ses usines,  elle continue d'attirer des milliers de clients, tous avides de vêtements bon marché et à la mode.

Le fait même que le géant chinois soit capable d'ajouter quotidiennement 6 000 nouvelles pièces à son site web suggère que le concept de "fast fashion" n'est pas près de rapidement disparaître. 

Francisco Seco/The AP
Le shopping reste pour beaucoup de personnes leur loisir préféré - mais à quel prix ?Francisco Seco/The AP

L'Union européenne espère toutefois que ce modèle de consommation de vêtements nuisible appartiendra bientôt au passé.

Le mois dernier, elle a adopté des recommandations stratégiques, notamment des politiques visant à rendre les vêtements plus résistants, réparables et recyclables. Ils ont également soutenu des règlements qui suggèrent que la production doit respecter les droits de l'homme, les droits sociaux et les droits d'étiquetage, le bien-être des animaux et l'environnement tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

"Les consommateurs ne peuvent à eux seuls réformer le secteur mondial du textile par leurs habitudes d'achat. Si nous laissons le marché s'autoréguler, nous laissons la porte ouverte à un modèle de fast fashion qui exploite les personnes et les ressources de la planète", souligne l'eurodéputée Delara Burkhardt, qui ajoute : "L'UE doit légalement obliger les fabricants et les grandes entreprises de mode à opérer de manière plus durable".

Thierry Monasse/Getty
Delara Burkhardt est l'une des eurodéputés derrière les plans de l'UEThierry Monasse/Getty

Le coût réel de la fast fashion

Mme Burkhardt et d'innombrables autres députés européens appellent depuis longtemps à des changements dans l'industrie de la fast fashion, critiquant son attitude cavalière à l'égard des êtres humains et de l'environnement.

"Les catastrophes qui se sont produites par le passé, comme l'effondrement de l'usine Rana Plaza au Bangladesh, les décharges de textiles qui se multiplient au Ghana et au Népal, la pollution de l'eau et les microplastiques dans nos océans, montrent ce qui se passe lorsque nous ne respectons pas ce principe", explique-t-elle. "Nous avons attendu assez longtemps - il est temps de changer les choses !"

Si l'idée est novatrice dans son principe, des inquiétudes apparaissent de toutes parts quant à l'efficacité réelle du règlement à aider les pays situés en dehors de l'Europe.

Des régions telles que le désert d'Atacama au Chili et les nations africaines du Ghana et du Kenya sont actuellement les principales responsables de la majeure partie des déchets textiles dans le monde.

Le désert d'Atacama s'est vu attribuer le titre indésirable de "benne à ordures du monde" à la suite d'informations selon lesquelles cet espace abrite environ 741 acres de vêtements abandonnés. Cela équivaut à une surface aussi grande que Central Park.

AFP via Getty Images
Vue aérienne de vastes piles de vêtements usagés jetés dans le désert d'AtacamaAFP via Getty Images

De nombreux vêtements n'ont jamais été portés et, en raison de leur mauvaise qualité, sont impossibles à revendre.

Le Chili est le premier importateur de vêtements d'occasion d'Amérique du Sud, mais le volume de la fast fashion produit signifie qu'une grande partie de ces vêtements est simplement jetée.

La montagne de vêtements provenant de la fast fashion, dont on ne veut plus, n'est pas seulement une horreur pour les yeux : elle est également néfaste pour l'environnement et pour les personnes vivant à proximité.

C'est également le cas dans des pays d'Afrique comme le Ghana.

Ce pays importe chaque semaine 15 millions de vêtements de seconde main. Connu localement sous le nom de "obroni wawu" - ou "vêtements de l'homme blanc mort", le Ghana est le plus grand importateur de vêtements usagés au monde.

PUBLICITÉ

Les vêtements donnés aux boutiques de charité par des pays comme le Royaume-Uni, les États-Unis et la Chine sont vendus à des exportateurs et à des importateurs qui poursuivent la chaîne en les vendant à des vendeurs sur des marchés comme celui de Kantamanto à Accra.

Wikimedia Commons
Le marché de Kantamanto à Accra compte des milliers d'échoppes proposant des vêtements de détaillants bas de gamme.Wikimedia Commons

Kantamanto accueille des milliers d'étals, qui proposent tous des vêtements de détaillants bas de gamme tels que H&M, Primark et New Look. De nombreux vêtements portent encore l'étiquette d'un magasin de charité.

Il est impossible de tout vendre, étant donné l'ampleur des pièces exposées.

La Fondation Or, qui finance des projets à impact social en Afrique, estime qu'environ 40 % des vêtements de Kantamanto partent à la poubelle.

Si certains sont éliminés par les services de gestion des déchets, d'autres sont brûlés près du marché, ce qui rejette dans l'air la pollution des tissus non naturels.

PUBLICITÉ
Wikimedia Commons
La lagune de Korle est extrêmement polluée par les déchets de la fast fashionWikimedia Commons

Le reste est jeté dans des décharges informelles. La communauté d'Old Fadama se trouve à seulement trois kilomètres du marché, mais elle est désormais utilisée comme décharge pour les déchets vestimentaires.

Quelque 80 000 personnes habitent la région, mais ce n'est pas un endroit agréable à vivre. De nombreuses maisons sont construites sur des déchets et les animaux sont contraints de paître sur de vastes tas d'ordures.

Le Korle Lagoon, qui mène à l'océan, se trouve à proximité. De là, les déchets sont rejetés en mer, et les plages du pays sont recouvertes de monticules de vêtements et de textiles dont on ne veut plus.

"Les personnes et la planète sont plus importants que les bénéfices de l'industrie textile."
Delara Burkhardt
MEP

L'UE espère passer d'un modèle linéaire à un modèle circulaire, dans lequel chaque vêtement peut être réutilisé, recyclé ou, à tout le moins, rendu biodégradable et compostable.

Il s'agit d'un objectif sensé à une époque où beaucoup d'entre nous réalisent à quel point il est crucial de s'attaquer à l'impact négatif de la "fast fashion" sur la planète.

PUBLICITÉ

Toutefois, les critiques ont déclaré que cela ne suffira pas de dénoncer la tendance néfaste et la nature tentante des vêtements bon marché et facilement accessibles.

SOPA Images/Getty
Exposition de sacs de vêtements de seconde main au KenyaSOPA Images/Getty

Pourquoi est-il si difficile de se débarrasser de la fast fashion ?

Dans un contexte de récession économique et de hausse de l'inflation, il n'est pas surprenant qu'un grand nombre de personnes au budget serré aient du mal à se détourner des marques qui proposent des vêtements à la mode et, surtout, très bon marché.

Même si certains d'entre nous ont pu échapper à l'emprise de la fast fashion en choisissant des options circulaires, il semble que les alternatives ne soient pas vraiment meilleures.

"Souvent présentés comme une option écologique, les services de location de vêtements à la mode se sont révélés moins durables que le fait de jeter les vêtements après usage, ce qui ajoute à la confusion des consommateurs sur la façon d'être plus verts", expliquent les analystes de consommation de Canvas8 à Euronews Culture.

La fondation Ellen MacArthur estime que 30 % des vêtements neufs fabriqués chaque année ne sont jamais portés et il semble que le problème ne soit pas seulement la durabilité - ou le manque de durabilité - mais aussi la qualité des vêtements.

PUBLICITÉ
SOPA Images/Getty
Une tringle de vêtements de seconde main en soldes au KenyaSOPA Images/Getty

Une étude française réalisée en 2022 a conclu que si 35 % des personnes déclarent jeter leurs vêtements parce qu'ils sont usés, 56 % d'entre elles affirment que c'est parce que les vêtements ne leur conviennent pas ou qu'elles s'en lassent.

Il semble que plus de 50 % des vêtements soient jetés pour des raisons autres que leur durabilité. Le problème est en grande partie imputable au consommateur et pas seulement aux marques de fast fashion elles-mêmes.

Cally Russell, PDG et cofondatrice d'Unfolded, explique à Euronews Culture : "Nous avons une surproduction de masse, due au fait que les marques ne savent pas quoi faire pour les consommateurs et se contentent de courir après les ventes - elles peuvent le faire parce qu'elles fonctionnent avec des niveaux de profit élevés. Malheureusement, les marques qui ont créé ce problème ne seront pas celles qui le régleront".

L'industrie de la mode rapide peut-elle vraiment être stoppée ?

Certains estiment que l'accent mis par l'UE sur la revente et la réparation ne semble pas avoir de sens sur le plan financier et qu'il ne suffira pas à changer les attitudes des consommateurs.

Plusieurs marques de fast fashion font déjà des progrès pour faire durer leurs vêtements plus longtemps, ce qui est tout à leur honneur. Le géant de la distribution Zara a récemment commencé à proposer un service de réparation, mais lorsque le prix moyen de 70 % des vêtements achetés en France n'est que de 8,20 euros, il est peu probable que de nombreuses personnes choisissent de payer plus que cela simplement pour qu'un bouton soit recousu ou qu'une robe soit réajustée.

PUBLICITÉ
Thomas Trutschel/Photothek/Getty
Zara a récemment lancé un service de réparationThomas Trutschel/Photothek/Getty

Si beaucoup ont critiqué l'aspect réparation et réutilisation des projets de l'Union européenne, les propositions relatives à la responsabilité élargie des producteurs (REP) ont été davantage saluées.

Dans le cadre de ce système, les détaillants seront financièrement responsables de toutes les étapes de la fin de vie des vêtements. Cela comprend la collecte, le tri et le recyclage des vêtements.

Les propositions relatives à la REP sont encore à l'état d'ébauche et aucun détail n'a encore été rendu public. Mais, à moins que les marques ne soient frappées d'une lourde taxe, il est peu probable qu'elles modifient leur approche de la production ou leurs modèles commerciaux.

_"Malheureusement, la législation ne suffit pas à résoudre le problème de la fast fashion. La réglementation est le point de départ du changement, mais tant qu'il y aura une demande de la part des consommateurs, les entreprises trouveront des moyens de contourner la réglementation ou de l'édulcorer",_précise Cally Russell, qui ajoute : "La véritable façon de s'attaquer au problème de la fast fashion est d'éduquer les clients et de leur montrer qu'il y a d'autres façons de s'engager dans la mode".

Alain Pitton/Alain Pitton/NurPhoto
Des membres de la branche toulousaine d'Extinction Rebellion manifeste dans un magasin SHEIN, 2022Alain Pitton/Alain Pitton/NurPhoto

Dans quelle mesure peut-on espérer mettre un terme à la culture de la fast fashion ?

Il est évident que les attitudes d'une partie croissante des consommateurs sont en train de changer.

PUBLICITÉ

Selon les données d'eBay, les vêtements d'occasion représentent 22 % de la garde-robe des 18-34 ans au Royaume-Uni, et ce chiffre est susceptible d'augmenter.

Une grande partie de cette tranche d'âge est composée de la génération Z, dont beaucoup choisissent activement d'acheter des vêtements dans des friperies et sur des applications d'échange de vêtements.

Cependant, les posts TikTok qui présentent des vêtements coûtant quelques centimes dans des marques comme Shein sont encore trop tentants pour beaucoup. Pour les internautes, il est souvent important de ne jamais être vu deux fois dans la même tenue, quelles qu'en soient les conséquences.

Alors que les analystes de consommation de Canvas8 ont constaté que 43 % des Britanniques se sont sentis coupables d'acheter des articles de marques comme Zara et H&M, seuls 17 % d'entre eux ont l'intention de dépenser moins pour la fast fashion au cours des cinq prochaines années.

Le prix semble être à l'origine de cette tendance, 72 % des personnes interrogées déclarant qu'elles choisissent d'acheter des produits de la fast fashion parce qu'ils sont "d'un bon rapport qualité-prix".

PUBLICITÉ

Dans la même étude, plus de la moitié des Britanniques ont admis qu'ils en savaient très peu sur l'impact de la fast fashion, et nombre d'entre eux ont déclaré qu'ils souhaiteraient obtenir davantage d'informations auprès de sources officielles.

Romy Arroyo Fernandez/Romy Arroyo Fernandez/NurPhoto
Des activistes XR manifestent contre le Black Friday à Amsterdam, 2021Romy Arroyo Fernandez/Romy Arroyo Fernandez/NurPhoto

L'une des critiques formulées à l'encontre des projets de l'Union Européenne concerne l'absence d'introduction d'une législation sur le salaire minimum vital.

Si cette législation était mise en place, les détaillants ne pourraient plus vendre de vêtements à des prix défiant toute concurrence, car ils ne pourraient plus compter sur une main-d'œuvre bon marché.

Shein, en particulier, a souvent été critiqué comme étant particulièrement coupable de cette pratique, un certain nombre d'allégations ayant été formulées à l'encontre de ses politiques en matière de travail.

JADE GAO/AFP via Getty Images
Des ouvriers confectionnent des vêtements dans une usine de Shein, une entreprise accusée depuis longtemps d'abus en matière de travail.JADE GAO/AFP via Getty Images

L'année dernière, la chaîne de télévision britannique Channel 4 a envoyé un travailleur sous couverture dans deux usines Shein à Guangzhou et a découvert que les travailleurs recevaient un salaire de base de seulement 4 000 yuans par mois - soit environ 503 euros - pour des journées pouvant durer jusqu'à 18 heures et qu'ils étaient censés produire 500 pièces de vêtements par jour avec un seul jour de congé par mois.

PUBLICITÉ

De nombreux travailleurs, souvent des femmes, se retrouvent ainsi piégés dans la pauvreté, contraints de produire plus de vêtements plus rapidement afin de conserver l'emploi dont ils ont désespérément besoin. Des salaires plus élevés permettraient de réduire la surproduction de masse et d'améliorer les conditions de vie de ces travailleurs.

Mike Kemp/Getty
La succursale d'Oxford Circus de l'enseigne de fast fashion Primark, sur la rue commerçante la plus fréquentée d'Europe.Mike Kemp/Getty

Si les propositions de l'Union Européenne vont certainement dans le bon sens, il est clair qu'elles ne vont pas assez loin pour mettre un terme définitif à la "fast fashion".

Dans l'idéal, les consommateurs devront prendre leurs distances avec ce secteur et faire des choix plus judicieux, mais la situation économique actuelle reste un véritable défi pour beaucoup.

Le conseil de Cally Russell aux personnes disposant d'un budget limité ?

"Il faut cesser de rechercher le succès rapide que procure la fast fashion et commencer à acheter moins. Cela ne signifie pas qu'il faille dépenser plus, mais acheter des pièces plus polyvalentes et fabriquées dans le respect de la planète."

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le recyclage mécanique, une technique durable pour donner une nouvelle vie à nos vêtements

L"upcycling" ou recyclage "par le haut" à la mode dans le secteur textile

La Suisse a peut-être remporté l'Eurovision, mais les chiffres du streaming donnent-ils une image différente ?