EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Comment les artistes de rue européens réagissent à la guerre entre Israël et le Hamas

Œuvre originale du duo d'artistes de rue LeDiesis
Œuvre originale du duo d'artistes de rue LeDiesis Tous droits réservés LeDiesis 2023
Tous droits réservés LeDiesis 2023
Par Andrea Carlo
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des peintures murales aux mosaïques en passant par les peintures numériques et les affiches politiques, Euronews Culture s'intéresse à la manière dont les artistes de rue réagissent à la guerre entre Israël et le Hamas.

PUBLICITÉ

La guerre et les conflits alimentent toujours les formes d'imagination artistique les plus puissantes, comme le "Guernica" de Picasso, la "Liberté guidant le peuple" de Delacroix ou la poésie de Wilfried Owen.

La lutte incessante entre Israéliens et Palestiniens, et la bataille sanglante sans précédent qui oppose aujourd'hui Israël au Hamas, laissent également des traces dans les rues du monde entier.

Comment les artistes de rue européens réagissent-ils au conflit actuel entre Israël et le Hamas ? Euronews Culture se penche sur quelques exemples à travers le continent.

1) "Un autre monde est possible" (Londres, Royaume-Uni)

Peu de gens sont capables de faire réagir le monde - et de tenir les médias en haleine - comme le fait l'enfant terrible du monde de l'art, Banksy.

Il n'est donc pas surprenant, que lorsqu'une fresque ressemblant à celle de Banksy est apparue sur un mur d'Edgware Road, à Londres, au début du mois d'octobre, il ait suffi de mentionner le nom (ou le pseudonyme) de l'artiste, pour que les fans affluent.

La peinture murale représente trois personnes tirant un bras robotisé à l'aide de cordes, accompagnées de l'inscription "Un autre monde est possible" peinte à la bombe.

Le style est indubitablement banskien. Mais l'insaisissable artiste de Bristol est-il à l'origine de cette nouvelle création ? S'agit-il d'une référence à la guerre entre Israël et le Hamas ? Ou plutôt d'un commentaire sur l'influence croissante de l'intelligence artificielle et de la technologie dans la société ?

Personne ne le sait avec certitude, Banksy n'ayant pas encore répondu. Compte tenu de la date de création de l'œuvre et de l'intérêt de longue date de l'artiste pour le conflit israélo-palestinien, certains ont établi un lien avec la récente montée des hostilités, y voyant un commentaire sur "l'ordre mondial actuel".

La signification de l'art, comme la beauté, étant dans l'œil de celui qui regarde, nous garderons cette mystérieuse peinture murale sur notre liste jusqu'à nouvel ordre.

2) "#Résisteàl'occupation" (Naples, Italie)

Le photographe et artiste primé, Eduardo Castaldo, s'est déjà fait un nom en tant que fervent défenseur de la cause palestinienne, utilisant ses œuvres d'art pour sensibiliser au sort de ceux qui vivent à Gaza et en Cisjordanie.

Il n'a donc pas fallu longtemps à cet activiste napolitain de 46 ans pour mobiliser ses ressources créatives. 

Le mois dernier, Eduardo Castaldo a transformé une publicité Nike "Just Do It" en une affiche pro-palestinienne intitulée #ResistTheOccupation. Le basketteur, DeMar DeRozan, a été transformé en combattant de rue palestinien, tandis que son ballon de basket a été repeint et transformé en cocktail Molotov.

L'œuvre controversée d'Eduardo Castaldo a toutefois été interrompue, après l'intervention des forces de l'ordre, qui l'ont emmené dans un poste de police local. L'artiste italien affirme avoir été soumis à quatre heures d'interrogatoire et condamné à une amende de 400 euros.

Eduardo Castaldo a publié la vidéo sur son compte Instagram, accompagnée d'une déclaration critiquant les actions israéliennes.

3) "L'accaparement des terres par Dieu" (Bergen, Norvège)

Un coup d'œil rapide à la peinture murale de l'artiste de rue norvégien, AFK, ne susciterait pas immédiatement des images d'un Moyen-Orient déchiré par la guerre. Il s'agit d'une œuvre florale délicate peinte sur une porte néoclassique du centre de Bergen (Fosswinckels Gate), en Norvège, qui semble dépourvue de toute connotation politique flagrante.

PUBLICITÉ

Pourtant, un examen plus approfondi révèle des sous-entendus plus sombres. Des barbelés, des plaques de béton ébréchées et des crânes dépeignent la souffrance et la désolation. La peinture dégouline des lys blancs et brillants - la peinture murale de l'AFK pleure, représentant à la fois l'innocence perdue et la renaissance, après le tumulte.

La fresque de l'AFK, intitulée "God's land grab", a été inspirée par le travail de Gabor Maté, un spécialiste hongrois-canadien des traumatismes et un survivant de l'Holocauste.

AFK a créé la fresque à la fin de l'année 2022, mais l'a republiée sur ses réseaux sociaux en réponse au conflit.

Dans un post Instagram, l'artiste a fourni une réflexion détaillée sur les récents événements en Israël et à Gaza.

PUBLICITÉ

"Mes pensées vont aux familles touchées, et mon cœur souffre pour les innocents tués dans ce conflit", déclare-t-il. "[L]es complexités historiques et actuelles soulignent la nécessité d'un dialogue ouvert et respectueux, d'une volonté de comprendre les racines du conflit, et d'une compréhension profonde du rôle que joue la santé mentale dans le façonnement de notre monde individuel et collectif."

AFK (acronyme de "Away from [the] Keyboard") est un pochoiriste et sculpteur norvégien, actif depuis 2013 dans divers pays européens. Fervent défenseur du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, son travail est profondément politique et reconnaissable à son imagerie vive, à sa maîtrise technique et à son utilisation massive de teintes roses et violettes.

4) "Peace, Please" (en ligne)

Une petite fille, enveloppée dans un drapeau palestinien, se tient devant un mur fissuré sur lequel est griffonné le mot "Peace". Sur la pointe des pieds, elle ajoute un "L" et un "S", transformant le mot en "S'il vous plaît".

C'est une image poignante, qui attirerait sans aucun doute l'attention de n'importe quel passant.

PUBLICITÉ

Et pourtant, elle ne se trouve dans aucune rue. Il s'agit plutôt d'une forme d'art de rue numérique, la dernière création de Dido, peintre italien basé à Rome, qui a déjà suscité un vif intérêt sur les réseaux sociaux.

Le peintre en herbe crée des simulacres d'art de rue qu'il publie ensuite sur son compte Instagram. Bien que nombre de ses peintures ne soient pas ouvertement politiques, il interpelle certains thèmes sociaux dans son travail, allant du changement climatique à la crise des migrants en Europe.

En ce qui concerne sa dernière création, Dido a tenu à souligner que - malgré ce qui peut apparaître comme un message ouvertement pro-palestinien - son œuvre d'art vise à centrer les expériences des victimes de la guerre plutôt que tout sentiment politique.

"Même si je suis d'accord avec la cause palestinienne, cette œuvre ne doit pas être interprétée comme une protestation contre Israël, mais plutôt contre tout type de guerre et de violence", confie-t-il, à Euronews Culture.

PUBLICITÉ

5) "Peace & Love" (Ravenne, Italie)

Il n'est pas fréquent d'entendre parler de mosaïques, du conflit israélo-palestinien et de Banksy dans le même souffle.

Pourtant, un artiste de rue italien est parvenu à réaliser l'inconcevable.

Giovanni Magnoli, connu sous le nom de "Refreshink", est un artiste de rue italien actif depuis les années 1990. En hommage au pochoir emblématique de Banksy, intitulé "Flower thrower", une peinture murale réalisée en 2003 en Cisjordanie, Refreshink a décidé de créer sa propre version, "Peace & Love", sous forme de mosaïque.

L'œuvre de Refreshink est exposée au Musée d'art de Ravenne, une ville du nord de l'Italie classée par l'UNESCO et réputée pour ses magnifiques mosaïques byzantines et romanes, ainsi que pour son exposition biannuelle de mosaïques.

PUBLICITÉ

6) "Nous croyons en l'unité" (Rome, Italie)

Depuis plus de quatre ans, le duo féministe, Lediesis, basé à Florence, fait descendre le girl power dans les rues d'Italie, en affichant dans les villes de la péninsule, ses peintures caractéristiques de femmes célèbres habillées en héroïnes de films d'action. Leur objectif est de "jouer, renverser et désidentifier les rôles traditionnels des hommes et des femmes", en particulier dans un pays où les femmes sont confrontées à des obstacles considérables dans leur vie professionnelle et personnelle.

Mais la dernière installation de Lediesis est décidément moins triomphante, et plutôt teintée d'émotion et de pathos.

Le tableau représente deux jeunes filles, vues de dos, qui se font des câlins. Ce qui pourrait sembler être une image incontestable de l'amitié féminine est cependant trahi par les drapeaux dans le dos des filles, l'un palestinien, l'autre israélien.

Créée peu après l'attaque de Gaza et affichée dans les rues du ghetto juif de Rome, Lediesis a voulu donner une image de l'amour et de l'amitié qui transcende les factions, racontée spécifiquement d'un point de vue féminin et reflétant l'amitié des artistes elles-mêmes.

PUBLICITÉ

Le motif de l'amour au-delà des frontières n'est pas nouveau et n'est pas explicitement politique en soi, bien loin du travail des artistes de rue qui imprègnent souvent leur art d'une imagerie belliqueuse ou partisane.

Mais dans un conflit aussi âpre et partisan que celui qui ravage Israël et Gaza, même un appel à la paix peut être un acte intrinsèquement politique. Et comme l'illustrent les commentaires sous le post Instagram, certains n'ont pas vu d'un bon œil la dernière création de Lediesis, l'accusant de créer une "fausse" équivalence entre les deux camps qui blanchit le contexte historique du conflit.

Le duo s'est peut-être retrouvé, volontairement ou non, dans le feu croisé d'un débat houleux, mais il reste ferme dans sa volonté de se dissocier de toute conversation politique.

"Nous ne prenons pas de positions politiques et nous ne pensons pas qu'il soit facile d'aborder le sujet dans un moment aussi délicat", affirme le duo à Euronews Culture. "Tout ce que nous pouvons faire, c'est apporter un message d'espoir dans l'obscurité de la nuit".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Banksy confirme être l'auteur d'une nouvelle fresque à Londres

DJ Jyoty revient pour Euronews, sur les raisons qui l'ont poussée à "boycotter l'Allemagne"

Direction les Dolomites, pour découvrir 8 artistes à ne pas manquer à la Biennale Gherdëina