Vincent Munier nous emmène "En Forêt" au plus près du monde animal sauvage

Vincent Munier
Vincent Munier Tous droits réservés Musée des Confluences
Tous droits réservés Musée des Confluences
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Photographe et cinéaste émérite, césarisé pour "La Panthère des neiges", Vincent Munier présente sa dernière exposition au Musée des Confluences de Lyon, sur la vie sauvage près de chez lui, dans le massif des Vosges. Un émerveillement.

PUBLICITÉ

La nature au plus près, c'est le credo du photographe et cinéaste Vincent Munier.

Il a voyagé dans les contrées les plus reculées, des pôles au Tibet et photographié les animaux les plus sauvages de la planète, la panthère des neiges en tête, et qui lui a valu avec sa coréalisatrice Marie Amiguet, le César du Meilleur documentaire en 2022.

Sa nouvelle exposition "En Forêt", présentée au Musée des Confluences de Lyon est une plongée dans les forêts près desquels il a grandi dans l'Est de la France, dans le massif des Vosges.

Un projet initié par le Musée des Confluences qui, depuis l'an dernier, s'est ouvert aussi à la photographie. Vincent Munier succède ainsi au grand Marc Riboud. 

Pour le photographe, la démarche du Musée lui a plus immédiatement : "L'équipe du Musée des Confluences est venu me voir dans les Vosges, et j'en ai été ravi parce qu'on m'accroche parfois l'étiquette de "photographe aventurier", du grand Nord au grand Sud, ou le Tibet comme pour "La Panthère des neiges". Mais finalement, je n'ai jamais cessé de photographier autour de chez moi, et c'est là où j'ai fait mes armes, où j'ai appris comment m'effacer pour observer les bêtes."

Derrière ses talents d'artisan photographe de haut niveau, Vincent Munier est un familier du vivant, ardent défenseur de la nature contre les ravages et les appétits avides des hommes : "La forêt est un milieu qui est fascinant et très riche, qu'il est difficile aussi d'appréhender, et qui souffre évidemment. A l'instar de ce qu'il se passe dans l'agriculture, on a aussi une sylviculture qui est souvent intensive et nos forêts souffrent parce qu'il n'y a plus de vie tout simplement, ou alors des arbres de même essence, de même calibre pour la production du bois. Du coup, nous on se défend un peu de cela pour montrer tout simplement qu'il a des forces de résistance et qu'outre la beauté que je montre, il faut militer pour garder des forêts variées."

Son arme fatale : la patience. Le principe : l'affut, pendant des heures voire des jours pour saisir parfois une brève et fugace apparition, ou alors se retrouver en témoin de tout ce que la nature peut offrir de merveilleux.

A propos de l'affut, Vincent Munier se dit "totalement possédé par l'attente d'une rencontre, et cette envie de mettre en avant les bêtes en quelque sorte. On les a mis de côté finalement, c'est ça qui m'affecte et qui m'attriste le plus. L'homme s'est avancé en solitaire, en dominateur, et les animaux en spectacle ou en accessoire, et bien sûr pas au même rang. Une position verticale qui m'agace énormément : cette position hégémonique de notre espèce sur les autres."

Le constat est sans appel : le monde sauvage est grignoté par l'homme, au détriment de la diversité de la faune et de la flore.

Une planère mis à mal mais dont Vincent Munier veut montrer la beauté, que cela soit à l'autre bout du monde comme près de chez soi, même si "cela fait longtemps, quelques années, que je ne voyage plus. C'est pourtant mon métier, mais en fait on peut avoir une émotion aussi intense face à une panthère des neiges qu'à un lynx, un chat sauvage ou même une petite mésange... Les choses paraissent souvent ordinaire mais si on fait attention et que l'on prend le temps, alors tout cela devient extraordinaire !"

Pour en apprendre plus sur Vincent Munier et son art de photographier :

L'exposition "En Forêt" est à découvrir jusqu'en 2025 au Musée des Confluences de Lyon.

Video editor • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur

Andrey Gugnin remporte le premier prix de 150 000 € au concours international Classic Piano 2024

Le festival Balkan Trafik! explore la Moldavie et ses minorités culturelles