EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Accusations d'antisémitisme, piratages et accusations criminelles : la controverse de la Berlinale expliquée

Extrait de la page piratée du Panorama de la Berlinale - La controverse du Festival du film de Berlin 2024 expliquée
Extrait de la page piratée du Panorama de la Berlinale - La controverse du Festival du film de Berlin 2024 expliquée Tous droits réservés X
Tous droits réservés X
Par David Mouriquand
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Une édition très politisée du Festival international du film de Berlin s'est achevée le week-end dernier, mais le festival berlinois est désormais plongé dans une controverse qui ternit gravement sa réputation. Voici pourquoi.

PUBLICITÉ

Le festival du film de Berlin se targue d'être un festival politiquement actif, mais ce n'était pas le but recherché... La fin de la 74e édition de cette année a dégénéré au-delà de toute attente.

La Berlinale a annoncé, lundi 26 février, qu'elle avait engagé des poursuites pénales à la suite du piratage de sa section Panorama sur Instagram, qui a été utilisé pour publier des messages "antisémites".

Dans un communiqué, le festival berlinois a déclaré que le canal Instagram de sa section Panorama avait été brièvement piraté pendant le week-end, après la remise des prix, et que "des messages antisémites sous forme d'images et de textes sur la guerre au Moyen-Orient avec le logo de la Berlinale avaient été postés sur le canal".

Les infographies postées par les pirates comprenaient des déclarations telles que "Un génocide est un génocide. Nous sommes tous complices" et que les adeptes doivent "se débarrasser de l'idée que la culpabilité allemande nous absout de l'histoire de notre pays ou de nos crimes actuels". Ils ont également appelé à un "cessez-le-feu immédiat et permanent" à Gaza.

L'un des messages se lit comme suit : "de notre passé nazi non résolu à notre présent génocidaire, nous avons toujours été du mauvais côté de l'histoire. Mais il n'est pas trop tard pour changer notre avenir".

Les organisateurs ont affirmé que ces déclarations n'émanaient pas de la Berlinale et ne représentaient pas la position du festival sur la guerre Israël-Gaza.

"La chaîne Instagram de la section Berlinale Panorama a été brièvement piratée et des posts images-textes antisémites sur la guerre au Moyen-Orient avec le logo de la Berlinale ont été postés sur la chaîne. Ces déclarations ne proviennent pas du festival et ne représentent pas la position du festival."

Le festival a ajouté : "la Berlinale condamne cet acte criminel dans les termes les plus forts possibles, a supprimé les messages et a lancé une enquête. En outre, la Berlinale a porté plainte contre des inconnus. L'Office pénal de l'État (LKA) a entamé une enquête".

Après une édition politiquement chargée, les organisateurs du festival ont également tenté de distancier la direction de la Berlinale des positions prises par certains des lauréats.

Une cérémonie de remise des prix controversée

Le Palestinien Basel Adra (à droite) et l'Israélien Yuval Abraham (à gauche) reçoivent le prix commémoratif pour "No Other Land".
Le Palestinien Basel Adra (à droite) et l'Israélien Yuval Abraham (à gauche) reçoivent le prix commémoratif pour "No Other Land".Markus Schreiber/AP

Certains cinéastes ont profité de la cérémonie de clôture pour faire des déclarations.

Mati Diop, lauréate de l'Ours d'or pour son documentaire "Dahomey", a fait une déclaration politique directe en acceptant son prix : _"je suis aux côtés de la Palestine",_a-t-elle affirmé. 

Avant son discours de remerciement, le cinéaste américain, Ben Russell, qui a reçu un prix pour son film "Direct Action", réalisé par la section Encounters, a été vu portant un keffieh, signe de solidarité avec les Palestiniens.

Par ailleurs, la cinéaste américaine, Eliza Hittman, a profité de son passage sur scène pour appeler à un cessez-le-feu à Gaza.

"En tant que réalisatrice juive ayant remporté l'Ours d'argent en 2020, il est important pour moi d'être ici", a expliqué Eliza Hittman. "Il n'y a pas de guerre juste, et plus les gens essaient de se convaincre qu'il y a une guerre juste, plus ils commettent un acte grotesque d'auto-illusion."

Guillaume Cailleau et Ben Russell posent avec le prix du meilleur film des Rencontres pour "Direct Action".
Guillaume Cailleau et Ben Russell posent avec le prix du meilleur film des Rencontres pour "Direct Action".Nadja Wohlleben/AP

L'un des discours les plus chargés de la soirée a été prononcé par Basel Adra et Yuval Abraham, un duo de réalisateurs palestino-israéliens à l'origine du documentaire "No Other Land", lauréat du prix de la Berlinale.

PUBLICITÉ

Dans son discours de remerciement, Basel Adra a confié qu'il était difficile de faire la fête alors que ses compatriotes palestiniens de Gaza étaient "massacrés". Il a appelé l'Allemagne à "respecter les appels de l'ONU et à cesser d'envoyer des armes à Israël".

Abraham est ensuite monté sur scène : "nous nous tenons devant vous. Nous avons le même âge. Je suis israélien, Basel est palestinien. Et dans deux jours, nous retournerons sur une terre où nous ne sommes pas égaux", a-t-il dit. 

Il poursuit : "je suis sous la loi civile, Basel est sous la loi militaire. Nous vivons à 30 minutes l'un de l'autre, mais j'ai le droit de vote. Basel n'a pas le droit de vote. Je suis libre de me déplacer où je veux dans ce pays. Basel, comme des millions de Palestiniens, est enfermé dans la Cisjordanie occupée. Cette situation d'apartheid entre nous, cette inégalité, doit cesser".

Après le discours d'acceptation de "No Other Land", Abraham a commencé à recevoir des menaces de mort.

PUBLICITÉ

Le maire de Berlin réagit

Les discours d'Yuval Abraham et de Basel Adra ont été critiqués par le maire de Berlin, Kai Wegner, du parti de l'Union chrétienne-démocrate.

Sur X, il a écrit : "l'antisémitisme n'a pas sa place à Berlin, et cela vaut aussi pour la scène artistique. J'attends de la nouvelle direction de la Berlinale qu'elle veille à ce que de tels incidents ne se reproduisent plus".

Kai Wegner n'a pas précisé quel aspect de la cérémonie il contestait, mais il a ajouté :  "Berlin a une position claire en matière de liberté. Berlin est résolument du côté d'Israël. Cela ne fait aucun doute. Le Hamas porte l'entière responsabilité des souffrances profondes en Israël et dans la bande de Gaza. Lui seul a le pouvoir de mettre fin à ces souffrances en libérant tous les otages et en déposant les armes. Il n'y a pas de place pour la relativisation ici".

Les organisateurs du festival de Berlin ont insisté sur le fait que les "déclarations parfois partiales et militantes des lauréats étaient l'expression d'opinions personnelles".

PUBLICITÉ

"Elles ne reflètent en aucun cas la position du festival", ont-ils précisé, se distançant une fois de plus des remarques controversées en faveur de la Palestine.

"Nous comprenons l'indignation suscitée par le fait que les déclarations de certains lauréats ont été perçues comme trop partiales et, dans certains cas, inappropriées", a écrit Mariëtte Rissenbeek, directrice exécutive sortante de la Berlinale, dans son propre communiqué.

"Dans la période précédant le festival et pendant celui-ci, nous avons indiqué très clairement le point de vue de la Berlinale sur la guerre au Moyen-Orient et nous avons précisé que nous ne partagions pas les positions unilatérales", a-t-elle encore précisé. "Toutefois, la Berlinale se considère, aujourd'hui comme hier, comme une plateforme de dialogue ouvert entre les cultures et les pays. Nous devons donc également tolérer les opinions et les déclarations qui contredisent nos propres opinions, tant que ces déclarations ne sont pas discriminatoires à l'égard de personnes ou de groupes de personnes d'une manière raciste ou discriminatoire similaire ou qu'elles ne dépassent pas les limites légales".

La Berlinale de cette année était la dernière édition dirigée par Carlo Chatrian et Mariëtte Rissenbeek.

PUBLICITÉ

La prochaine édition sera dirigée par Tricia Tuttle, ancienne directrice du Festival du film de Londres, qui était présente lors de la cérémonie de clôture.

Une mauvaise image pour la Berlinale

La controverse soulève d'importantes questions sur la liberté d'expression et sur la manière dont un festival qui prétend célébrer un dialogue ouvert peut prendre ses distances par rapport aux opinions des artistes qu'il a invités en premier lieu.

Ces artistes se sont exprimés pacifiquement et il est pour le moins déprimant d'entendre le maire de Berlin qualifier d'"antisémites" les expressions de solidarité et les demandes de cessez-le-feu des lauréats.

"Une enquête sur quoi maintenant ? Mon Dieu, nous sommes en plein dans le miroir de la folie".

PUBLICITÉ

"Un certain nombre d'artistes, qui ne sont pas employés par le festival et ne lui sont pas redevables, ont exprimé pacifiquement leur point de vue sur la Palestine. Qu'y a-t-il à enquêter ? C'est épouvantable."

"Embarras pour un festival autrefois dynamique"

"Lâche et pathétique. Si la Berlinale ne peut pas défendre haut et fort l'opposition de ses cinéastes à un génocide en cours, alors quel est l'intérêt de la Berlinale ?"

"80 ans plus tard, vous êtes toujours un festival nazi."

PUBLICITÉ

"Honte à vous. L'année prochaine, je penserai à boycotter activement ce festival".

Ces incidents de fin de festival ont non seulement provoqué la colère des professionnels, des critiques et des fans du festival de cinéma berlinois, mais ils ont également mis en lumière le rôle et les responsabilités des institutions culturelles lorsqu'il s'agit de traiter de questions à connotation politique.

Les événements culturels mondiaux, en particulier ceux qui favorisent un espace de débat politique tout en étant un espace d'expression artistique, doivent faire mieux. Alors que l'enquête sur l'affichage non autorisé se poursuit, la Berlinale devra faire face aux conséquences plus larges pour sa réputation, qui est désormais ternie.

Ce n'est pas une bonne nouvelle pour un festival qui cherche à maintenir son rôle non seulement dans la communauté cinématographique internationale, mais aussi en tant que bastion de la liberté d'expression.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Berlinale : une édition 2024 très engagée

Le pansement, nouvelle tendance des supporters de Donald Trump

Emmy Awards 2024 : "Shōgun" et "The Bear" en tête des nominations, "True Detective" dans l'histoire