This content is not available in your region

Compenser les émissions de CO2

euronews_icons_loading
COP26
COP26   -   Tous droits réservés  euronews
Par Jeremy Wilks

Si nous voulons ralentir le réchauffement de la planète, les scientifiques affirment que nous allons devoir retirer des milliards de tonnes de CO2 de l'atmosphère. Comment faire ? En plantant des arbres ? En utilisant des machines ? Cet Explainer livre quelques éléments de réponse.

Une usine à l'allure futuriste appartenant à la société suisse ClimeWorks et implantée en Islande, aspire le CO2 de l'atmosphère. Les machines utilisent de l'énergie géothermique renouvelable. Le CO2 est pompé sous terre et pétrifié dans la roche à 1 000 mètres de profondeur.

Cette usine de captage a coûté 10 millions d'euros et est capable d’aspirer 4 000 tonnes de CO2 par an. Cela représente 2 500 euros par tonne. Cette nouvelle technologie est coûteuse, mais bénéficie d'un soutien politique et commercial important. Ainsi, une fois le concept élargi, le prix pourrait descendre à 150 euros la tonne.

De nombreux écologistes n'apprécient pas la technologie de captage du CO2. Ils affirment que nous devrions simplement planter des arbres, machines naturelles de captage du carbone. Mais il en faut vraiment beaucoup pour compenser nos émissions.

- Les arbres comme alliés -

Un arbre moyen contient environ une tonne de CO2, et l'Européen moyen émet cinq à sept tonnes de CO2 par an.

Pour compenser ses émissions, chacun d'entre nous devrait donc planter, à partir de maintenant, cinq à sept arbres par an pour le restant de sa vie.

Avons-nous au moins assez de terres pour planter ces arbres ? Pas vraiment, si nous voulons aussi cultiver de la nourriture. Les promoteurs d'une sylviculture responsable affirment que la plantation d'arbres doit être considérée comme une sorte d'option complémentaire une fois la réduction des émissions maximisée.

"Lorsque nous aurons épuisé toutes les options de réduction des émissions et de fixation du CO2, les arbres seront un grand allié", assure Diego Florian de l'Ong FSC Italia.

Nous avons donc besoin à la fois d'arbres et de machines, mais surtout de réduire la demande d'énergie et de passer à une énergie propre.